Navigation – Plan du site

La pierre dans la construction monumentale troyenne au XVIe siècle : choix des matériaux et stratégies d’approvisionnement

Construction stone in the Burgundian city of Troyes in 16th century: choice of materials and strategies of building sites’ supplying
Der Stein in den Gebäuden der Stadt Troyes im 16. Jahrhundert : Auswahl der Materialien und Steinversorgungsstrategien
Cédric Roms
p. 19-32

Résumés

La ville de Troyes (Aube) retrouve à partir du milieu du XVe siècle et encore davantage au XVIe siècle un nouvel essor économique qui se traduit par des travaux de construction de grande ampleur nécessitant un volume considérable de pierre à bâtir provenant de plusieurs centres carriers. Les carrières des villages voisins de Troyes ont fourni de la craie qui, bien qu’indurée et de bonne qualité, ne permet pas pour autant la réalisation de blocs de grand appareil et reste sensible aux intempéries. Il a donc été nécessaire d’utiliser des calcaires de meilleure qualité, parfois amenés à grands frais. Approvisionnant les chantiers troyens depuis la fin du XIIe siècle la pierre des carrières de Tonnerre (Yonne) doit, à partir de la fin du XVe siècle, faire face à la concurrence d’autres calcaires. La diversification des centres carriers approvisionnant Troyes s’explique en partie par une forte demande en pierre que les carrières de Tonnerre ne peuvent plus satisfaire. Les choix sont aussi conditionnés par les qualités techniques et esthétiques des matériaux ainsi que par le coût de la pierre : de nombreuses églises sont encore construites en craie à Troyes au XVIe siècle. Les nouvelles stratégies d’approvisionnement en pierre des chantiers troyens, et les moyens financiers mis en œuvre à cette fin, participent au nouveau rayonnement de la capitale champenoise au début de la Renaissance, après un long repli du à la guerre de Cent Ans et à la fin des foires de Champagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Françoise Bibolet dir., Histoire de Troyes, Troyes, Les Éditions de la Maison du Boulanger, 199 (...)

1La ville de Troyes, dans l’Aube, ancienne capitale des comtes de Champagne, se situe sur la Seine à 170 km au sud-est de Paris. La ville médiévale sort de l’enceinte du castrum gallo-romain au XIIe siècle sous l’impulsion des comtes de Champagne et l’évolution des fortifications se poursuit jusqu’au XVIe siècle. Après la crise, Troyes connaît un nouvel essor à la fin du XVe et au XVIe, en partie dû aux industries traditionnelles du textile et du cuir ainsi que celle du papier qui se développe depuis le XIVe siècle. Troyes, ville de transit entre Italie, Lyonnais et Flandre, redevient une ville de foire à la fin du XVe siècle1. Le retour de la prospérité permet la réalisation de nouveaux chantiers. C’est ainsi au cours de cette période que de nombreux travaux de construction touchent les églises de la ville. La cathédrale, en chantier depuis le début du XIIIe siècle, se voit doter d’un portail occidental conçu par Martin Chambiges ; une tour est ajoutée à l’église Sainte-Madeleine et l’on accède désormais à l’église Saint-Jacques-aux-Nonnains par le « beau portail ». L’église Saint-Jean-au-Marché s’agrandit d’un nouveau chevet. Plusieurs églises sont reconstruites après l’incendie de 1524 qui ruine le quart sud-ouest de la ville.

2La situation géographique de la ville de Troyes, dans la plaine alluvionnaire de la Seine creusée dans la craie, a imposé aux constructeurs d’aller chercher au loin la pierre à bâtir de qualité pour les édifices monumentaux (ill. 1).

Ill. 1 : Carte géologique de l’Aube et localisation des carrières citées dans le texte

Ill. 1 : Carte géologique de l’Aube et localisation des carrières citées dans le texte

DAO C. Roms, 2008

  • 2 . Cédric Roms, « Approvisionnement en pierre à bâtir d’une église du XIe-XIIe siècle à Troyes : pr (...)

3La pierre de taille a pu dans certains cas être remplacée par des matériaux de substitution et de récupération : c’est le cas de la tour-clocher de l’église Saint-Jacques-aux-Nonnains, dont une partie de l’élévation est constituée de cuves de sarcophage imitant des blocs de grand appareil2. Malgré ces palliatifs, il a été nécessaire de faire venir, souvent à grand frais, des pierres de qualité : du Chaourçois et du Barséquanais au XIIIe siècle – pour la cathédrale et pour l’église Saint-Urbain –, du Tonnerrois à partir du XIIIe siècle, pour la cathédrale et les fortifications. La pierre de Tonnerre va par ailleurs dominer dans la construction monumentale à Troyes dès le XIVe siècle, à l’exclusion de tout autre matériau lithique, si ce n’est la craie.

  • 3 . Pierre Piétresson de Saint-Aubin, La Fourniture de la pierre sur les grands chantiers troyens d (...)

4Le premier historien à se pencher sur la question, Pierre Piétresson de Saint-Aubin, publia au début du XXe siècle une étude sur la fourniture en pierre des chantiers troyens aux époques médiévale et moderne3. Le résultat des recherches présenté ici, limité au XVIe siècle, s’inscrit dans un travail en cours sur la pierre dans la construction religieuse troyenne au Moyen Âge et à l’époque moderne, intégrant sources écrites et archéologiques.

  • 4 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre des chantiers troyens de fortification au début d (...)
  • 5 . Est exclu de cette étude l’approvisionnement en pavés du Barséquanais et en grès du Nogentais. (...)

5Face à la forte demande en pierre de la ville pour la modernisation de la vieille enceinte4 et des différentes églises et à la crainte de manquer de matière première, de nouveaux centres carriers sont sollicités, comme Savonnières, dans la Meuse, et d’autres plus anciens sont à nouveau exploités5. Le XVIe siècle marque donc la fin d’une domination sans partage du calcaire de Tonnerre.

Les pierres mises en œuvre

La craie (Turonien et Cénomanien)

  • 6 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, Cahier d’étage : Cénomanien, Troyes, Association géologique de (...)
  • 7 . Philippe Lamourère, « Du bon usage de la craie », La Vie en Champagne, Troyes, Association Cham (...)
  • 8 . On appelle découvert la terre et la pierre non exploitables.
  • 9 . Arch. dép. Aube, G 1589, 1521-1524, fol. 111 v°.

6La craie affleure dans les villages voisins de Troyes. Ces formations de gros bancs durs fournissent un matériau à grains fins, allant du gris clair au blanc6. Tendre, la craie est adaptée à la sculpture et à la stéréotomie, mais elle présente une faible résistance mécanique et est particulièrement sensible aux infiltrations d’eau et au gel7. On tire des carrières voisines de Troyes des moellons provenant des bancs supérieurs situés sous le découvert8. Plus bas se trouve la « bonne pierre » d’où on peut tirer des « gros blotz jusques à l’eaue », comme expliquent les textes médiévaux9. C’est de ces bancs inférieurs qu’est extraite la pierre de taille.

  • 10 . Fouille préventive réalisée place de la Libération à Troyes en plusieurs interventions entre ao (...)

7La proximité des carrières, en majorité à moins de 10 km de la ville, et sa qualité relativement bonne en font un matériau incontournable dans la construction troyenne, qu’il s’agisse de bâtiments civils ou religieux, modestes ou riches. Abondante, proche, d’un coût modéré, la craie est tout indiquée pour garnir autant les importants murs de soutènement des églises troyennes que les fortifications. Pour les fondations de la tour nord du portail occidental de la cathédrale, 2 276 voitures de moellons de craie ont été livrées au cours de l’année 1506-1507 ; dans la carrière du Pont-Hubert appartenant au chapitre cathédral, entre 198 m² et 243 m² ont été ouverts à cette occasion. Cinq ans plus tard, pour la tour sud, 410 m² de cette même carrière furent exploités pour tirer 2 545 m3 de pierre livrée sur le chantier par 2 268 voitures. La fouille récente de l’église Notre-Dame et de Saint-Jacques-aux-Nonnains a confirmé l’emploi exclusif de la craie en fondation10.

  • 11 . Arch. dép. Aube, 15 G 37, 1523-1524, fol. 100 v°, 104v° et 105 r°.
  • 12 . Arch. dép. Aube, 19 G 9*, 1536-1537, 76 v°.

8Grâce à sa faible densité, la craie est aussi utilisée pour la réalisation des voûtes, que ce soit sous forme de voûtains ou pour le tas de charge. En 1523-1524, pour voûter la chapelle Notre-Dame de l’église Saint-Jean-au-Marché, 1 450 « pendans » de craie ont été livrés de la carrière de Sainte-Maure, proche de Troyes11. Quatre chars de gros moellons sont amenés d’une carrière du Pont-Hubert en 1536-1537, « pour maillonner le tas de charge » d’une des chapelles de Saint-Panthaléon12.

  • 13 . Jean Milony, Essais sur la batisse de Troyes, dédié aux Citoyens par Milony, Architecte & Profe (...)

9La craie sert aussi en élévation ; la tour de l’église Saint-Nizier est construite avec de la craie provenant de Saint-Parres-aux-Tertres13. Elle résiste toutefois moins bien aux intempéries que les calcaires durs employés à Troyes.

Les calcaires du Barséquanais et du Chaourçois (Portlandien)

10Les calcaires durs les plus proches se trouvent dans un rayon de 30 à 40 km au sud de Troyes. Les carrières sont situées à proximité de Bar-sur-Seine et de Chaource. S’ils ont été abondamment utilisés dans la cathédrale au XIIIe et au XIVe siècle, ils semblent ensuite tomber en désuétude.

  • 14 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, Description géologique du canton de Bar-sur-Seine, Troyes, Asso (...)
  • 15 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, op. cit., p. 16-19 ; Cahier d’étage : Portlandien, Troyes, Asso (...)

11L’étude des églises des villages qui se trouvent à proximité des carrières permet de connaître la nature des bancs exploités lorsque l’état de conservation des carrières rend impossible les observations. Les maçonneries des églises de Bar-sur-Seine et de Bourguignons sont réalisées à l’aide de moellons taillés dans un calcaire sublithographique beige à gris à cassure conchoïdale, observé dans la partie supérieure de fronts de taille encore visibles. Les pierres de taille proviennent quant à elles d’un niveau de calcaire compact lumachellique riche en fragments de coquilles d’huître. On trouve près de Chaource, à Pargues, Lagesse ou Chesley des calcaires oolithiques surmontés par des bancs de calcaire cariés14. Enfin, un petit niveau de calcaire récifal identique à ceux exploités dans la Meuse été identifié dans la région de Chaource15.

  • 16 . Arch. dép. Aube, G 2592, 1218.
  • 17 . Arch. dép. Aube, G 1563, 1451-1452, fol. 259 r° ; G1594, 1533-1537.
  • 18 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.
  • 19 . Arch. dép. Aube, 16 G 55, 1533-1540, fol. 65 r°.

12Les carrières du Chaourçois et du Barséquanais fournissent à nouveau les chantiers troyens au XVIe siècle. La carrière d’Aigremont près de Bourguignons, connue dès 121816, est alors à nouveau mentionnée dans les comptes17. Mais c’est essentiellement sur les chantiers des fortifications que la pierre de Bourguignons est employée. Pour les travaux du Bastion de Guise (1532-1541), elle supplante les autres calcaires durs et représente 98,4 % des achats18. Son transport se fait par voie fluviale. En 1534-1535, quatre-vingt-trois pierres de Bourguignons sont « cherié[es] et mené[es] des le port de Croncelz jusques au symetiere de l’eglise » Sainte-Madeleine pour être mises en œuvre dans la tour (ill. 2)19.

Ill. 2 : Assises de la tour de la Madeleine en pierre de Bourguignons

Ill. 2 : Assises de la tour de la Madeleine en pierre de Bourguignons

Cl. C. Roms, 2008

  • 20 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

13Malgré le renouveau des calcaires du Barséquanais et du Chaourçois, la pierre de Tonnerre domine toujours dans la construction religieuse et est employée pour les éléments décoratifs des remparts20.

La pierre de Tonnerre (Kimméridgien inférieur)

  • 21 . Cédric Roms, Les Carrières de pierre de Tonnerre aux époques médiévale et moderne, mémoire de m (...)
  • 22 . Jean Milony, op. cit., p. 11-12.

14Il s’agit d’un calcaire très blanc, très pur, épais jusqu’à 55 mètres dans la vallée de l’Armançon. Le faciès le plus répandu est celui d’un calcaire cryptocristallin, crayeux et tendre, à structure grumeleuse21. Les carrières se situent à proximité du hameau d’Angy, à 8 km au sud-est de Tonnerre et à 60 km de Troyes. Jean Milony, architecte troyen du XVIIIe siècle, y distingue trois bancs : « le franc banc, est le plus solide, la pierre en est très-dure […] ; le second […] appellé statuaire, il sert à faire les statues […] ; le troisieme banc est nommé morveux, il est le plus abondant »22.

  • 23 . Soit 2 232 litres.
  • 24 . Arch. dép. Aube, G 1584, 1514-1515, fol. 80 v°.
  • 25 . Cédric Roms, La pierre de Tonnerre dans la construction religieuse troyenne aux époques médiéva (...)
  • 26 . Arch. dép. Aube, G 1578 à G1588.
  • 27 . Arch. dép. Aube, 22 H 756, 2e moitié XVe, fol. 61 r° et 62 r°.
  • 28 . Cédric Roms, « Extraction de la pierre de Tonnerre (Yonne) : l’exemple de la Cave Noire », dans (...)

15Cette pierre de qualité, aisée à tailler et résistante, est mise en œuvre dans les différentes parties des édifices. À l’exception de la craie, employée en fondation, pour les voûtes et les pavés, c’est la seule pierre à bâtir employée dans la construction du chevet de Saint-Jean-au-Marché entre 1519 et 1579. Dans la cathédrale, outre la pierre de taille, elle est employée pour la statuaire, pour faire « deux granz auges de pierre de Tonnerre du dur ban […] pour les monter sur les haultes voltes et les tenir conservées plainnes d’eaue et mesmement en temps d’este pour le danger du feu et tiennent bien icelles deux auges environ quatre queues23 d’eaue »24, pour les réseaux des fenêtres et des roses25. Entre 1508 et 1521, pour les travaux des tours de la cathédrale, cent quarante-trois marches sont livrées26. La pierre de Tonnerre est utilisée lors des travaux de la chambre de l’abbesse de l’abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains pour faire des cimaises et des corbeaux27. Enfin, certains bancs d’extraction permettent de tirer verticalement de grands blocs jusqu’à 1,90 m de haut. Ce type de pierre permet d’éviter de mettre en œuvre des éléments architecturaux en délit, ce qui garantit une meilleure solidité. Peut-être faut-il rapprocher ces grands blocs verticaux des « pierres à piliers » mentionnées dans certains comptes de Saint-Jean, blocs qui coûtent plus cher à l’extraction28.

La pierre de Savonnières (Portlandien)

  • 29 . Gilles Fronteau, « L'oolite vacuolaire : caractéristiques, mise en œuvre et altération », Bulle (...)

16Ce calcaire oolithique vacuolaire gris-beige est exploité dans la Meuse dans les carrières de Savonnières-en-Perthois et d’Aulnois-en-Perthois près de Saint-Dizier, à environ 90 km de Troyes. Il peut comporter quelques intercalations coquillières. Au centre du bassin carrier, il ne contient que des oolithes au nucléus plus ou moins dissout, ainsi que des lamellibranches29.

  • 30 . Arch. dép. Aube, G 1562, 1582-1588, fol. 340 v°.

17Cette pierre apparaît dans les comptes du chapitre cathédral en 1487-1488, date à laquelle 11 m3 de pierre d’Aulnay sont livrés30. Utilisée comme bloc d’appareil, les dimensions sont données aux carriers pour leur mise en forme :

  • 31 . 97,29 m3.
  • 32 . 32,47 cm.
  • 33 . 40,60 cm.
  • 34 . 48,71 cm.
  • 35 . 2,60 m à 2,92 m.
  • 36 . 3,57 m à 3,90 m.
  • 37 . 4,55 m, 4,87 m et 5,20 m.
  • 38 . Arch. dép. Aube, G 1578, 1508-1509, fol. 140 v°-141 r°.

Fut marchandé […] à Jehan Maran, maistre macon de la terre et seignoirie de Sainct Disier, et Nicolas La Guaine, marchant demorant audit lieu, de eschemillier et approprier trois cens blotz de pierre desdictes perrieres qui sont trois mil piedz31 selon la mesure et eschantillon que leurs a donné led. Jehancon et le tout par l’ordonnance de maistre Martin Cambische. Et lesquelz trois cens blocz doibvent faire les dessusdictz en trois haulteurs : c’est assavoir la premiere haulteur de douze poussez32, la IIe de quinze poussez33 et la IIIe et derreniere haulteur de XVIII poulcez34. Et doibvent lesd. blocz estre de longueur et largeur proportionnez en facon qu’elles facent lison les unes sur les autres. Dont les moindres desd. blotz doibvent estre de huict à neuf piedz35, les moyennes de XI à XII piedz36 et les derreniers et plus grandes de XIIII, XV et XVI piedz37 […]38.

  • 39 . Arch. dép. Aube, G 1574, 1503-1504, fol. 338 r°.

18La pierre de Savonnières, se prêtant aisément à la taille, est aussi employée dans les réseaux de fenêtres. En 1503-1504, Jeançon Garnache, maître maçon de la cathédrale, se rend à Aulnois pour savoir « si on n’y pourroit trouver les tables, grans meneaux et aultres pierres ad ce convenables et qu’il a trouvé estre propre […] pour les formettes qu’il convient reffaire […] »39. En revanche, cette pierre qui est utilisée pour les chantiers de la cathédrale et des fortifications ne semble pas l’être dans les autres édifices étudiés.

S’approvisionner en pierre à bâtir

19Plusieurs solutions s’offrent au maître d’œuvre pour se fournir en pierre. Il peut exploiter une carrière à son profit ou bien, le plus fréquemment, l’acheter à un carrier, surtout lorsque les « perrieres » se trouvent loin de Troyes, dans des localités où les églises troyennes n’ont pas de possessions.

Exploiter une carrière

  • 40 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1506-1507, fol. 130 v°.
  • 41 . Ibid., fol. 58 r° à 59 v°.
  • 42 . Brice Collet, « Les carrières du Pont Hubert » dans Pont-Sainte-Marie du village à la ville, Troy (...)

20Le chapitre cathédral achète en 1506-1507, 738 m² de vignes au « finage du Pons Sainct Marie ou lieudict sur les Perrieres du Pont Humbert »40. L’exploitation de la carrière en faire-valoir direct est confiée par marché la même année à Jean et à Guillaume Dujardin : ils sont tenus de faire un découvert de 198 à 243 m² moyennant la somme de 215 livres 15 deniers41. Régulièrement, le chapitre dut acheter de nouvelles terres afin d’agrandir la carrière. La ville de Troyes possède elle aussi une carrière au Pont-Hubert dont l’exploitation cesse vers 1506. En 1532, la municipalité convertit sept terrains qu’elle vient d’acquérir en carrière dont elle exploite 5 735 m² entre 1532 et 154142.

  • 43 . Arch. dép. Aube, G 2592, 1218.

21Mais il n’est pas toujours nécessaire d’être propriétaire d’une carrière. Depuis 1218, le chapitre cathédral peut tirer de la pierre de la carrière d’Aigremont, près de Bourguignons, après que Milon, comte de Bar-sur-Seine, en accord avec sa famille, lui ait cédé le libre usage de la carrière, aussi longtemps que nécessaire43. En 1451-1452, l’exploitation est confiée à deux maçons qui s’y rendent plusieurs fois pour y faire les découverts et apporter du matériel.

  • 44 . Arch. dép. Aube, G 1568, 1585-1587, fol. 279 r°.
  • 45 . Ibid., fol. 279 r°-v°.

22Enfin, il reste la possibilité de louer une carrière. Le chapitre cathédral prend ainsi à ferme pour 20 ans la carrière du Charme, qui appartient à l’abbaye de Quincy, située dans l’Yonne, près de Balnot-la-Grange (Aube). Le marché est conclu le 8 novembre 1486 moyennant la somme de 60 livres par an44. Au préalable, Étienne Luquot, un maçon de la cathédrale, s’est rendu sur place afin d’estimer la qualité de la pierre et la quantité qui pourra en être tirée. L’extraction lui est confiée ; il touche un salaire de 5 sous par jour et 5 deniers par pied cube de pierre tirée. Avec lui travaillent cinq ouvriers et un autre maçon de la cathédrale45.

23Cependant, dans la plupart des cas, pour les carrières les plus éloignées, les maîtres d’œuvre sont contraints d’acheter la pierre à des carriers.

Acheter la pierre : l’exemple des carrières de Tonnerre

24La pierre livrée aux chantiers troyens sous l’appellation de pierre de Tonnerre provient de carrières contigües, proches du hameau d’Angy. L’une appartient au seigneur de Tanlay et de Saint-Vinnemer et l’autre à l’hôpital de Tonnerre (ill. 3).

Ill. 3 : « Plan figuré et reconnoissance de bornes entre le bois en réserve de l’hôpital de Tonnerre » avec représentation des carrières d’Angy

Ill. 3 : « Plan figuré et reconnoissance de bornes entre le bois en réserve de l’hôpital de Tonnerre » avec représentation des carrières d’Angy

Arch. Hôpital de Tonnerre, B 47, 1787

Cl. C. Roms, 2008

  • 46 . Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9111, fol. 207 v°.
  • 47 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 1, 1333-1393, fol. 135 r°.
  • 48 . Arch. dép. Yonne, E 190, Cartulaire du comté de Tonnerre, XIIIe-XVe siècle, p. 139.

25La première mention de carrières près d’Angy date de 1295, dans les comptes du chapitre cathédral de Troyes46. Les sources indiquant les possessions de l’hôpital sont plus récentes : 1379-138047. En 1404, il est précisé dans l’état des possessions de Robert de Chalus, seigneur de Tanlay et de Saint-Vinnemer, que « la perrière d’Ange […] peut valoir par an environ sexante sols » de revenu d’affermage48.

26Les carriers les exploitent à ferme en faire-valoir direct et revendent la pierre aux chantiers. En général pour le XVIe siècle, la pierre est vendue au prix de 8 deniers le pied cube, auxquels s’ajoutent bien évidemment le coût du transport qui peut représenter jusqu’à 80 % du prix total de la pierre de Tonnerre rendue sur le chantier de construction.

  • 49 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 1, 1500-1501, fol. 17 v°.
  • 50 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 27, 1522-1523, fol. 4 v°.
  • 51 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 34, 1534-1535, fol. 4 v°.
  • 52 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 42, 1546-1547, fol. 43 r°.
  • 53 . Arch. dép. Aube, 15 G 76, 1558-1559, fol. 10 r°.

27Ces carriers peuvent exploiter les carrières sur de longues années, voire des générations. Laurent Germain tient à ferme la carrière de l’hôpital de Tonnerre de 149649 jusqu’en 1522, date à laquelle il ne peut suivre l’augmentation du bail50. Il continue de vendre de petites quantités de pierre jusqu’en 1525, date à laquelle on peut situer son décès. La famille Le Roy – les frères Étienne et Antoine, puis Jean, fils du second – exploite des carrières à Angy entre 1501et 1545. Autre carrier, Guillaume Gogois tient les deux carrières de l’hôpital de 153451 à sa mort en 154652, relayé ensuite par Pierre Gogois jusqu’à la fin de la vie de ce dernier en 155953.

  • 54 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.
  • 55 . Arch. dép. Aube, 108G7, 1537-1538, fol. 57 r° et 65 v°.
  • 56 . Arch. dép. Aube, 108 G 9, 1543-1544, fol. 11 r°.

28Ces carrières ont fourni d’importants volumes de pierre pour les chantiers troyens : un minimum de 1 866 m3 pour Saint-Jean sur les trente et une années conservées entre 1519 et 1571, 2 809 m3 entre 1502-1503 et 1523-1524 pour la cathédrale et 1 524 m3 pour les fortifications entre 1497 et 154154. Mais elles n’ont pas approvisionné que les chantiers troyens. En 1537-1538, 214 m3 sont tirés des carrières de Laurent Germain et d’Antoine Le Roy pour être mis en œuvre dans le transept de l’église de Chaource55. Les livraisons de pierre de Tonnerre sur ce chantier se poursuivent jusqu’en 1573-157456.

Une diversification des choix de calcaires durs au XVIe siècle 

  • 57 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1507-1508, fol. 396 r°.
  • 58 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1506-1507, fol. 60 r°.

29Les maçons sont responsables du choix des pierres à bâtir et, pour cela, ils font de fréquents voyages dans les carrières afin de déterminer si telle ou telle pierre est convenable. Comme nous l’avons vu, Étienne Luquot se rend à la carrière du Charme afin de savoir s’il est intéressant d’en tirer la pierre. En 1507, Jeançon Garnache, maître maçon, demande à Laurent Germain « de esquarrer et eschemiller » la pierre « du ban des Cloz et du franc banc dur »57. Il se rend aussi dans les carrières d’Aulnois et de Savonnières pour « monstrer à Nicolas Picardel, maistre desd. perrieres, les sortes de pierres qu’il convient pour les premieres assises de lad. tour »58. Ces choix concernent essentiellement les calcaires durs indispensables pour la pierre de taille ; la craie s’impose en raison de sa proximité, du faible coût du transport – le recours à la corvée étant employé – et de son usage spécifique dans certaines parties des bâtiments. Le rôle des maçons est primordial, mais il reste difficile de définir leurs critères.

Des critères esthétiques ?

30Le passage des calcaires du Barséquanais et du Chaourçois à celui de Tonnerre au XIVe siècle répond certainement à une évolution des critères esthétiques et techniques. On passe ainsi de pierres cariées grises ou détritiques et veinées jaunes à une pierre contenant peu de fossiles et très blanche. Au XVIe siècle, la réapparition des calcaires du Barséquanais et du Chaourçois, de manière ponctuelle pour les églises et plus généralisée pour les fortifications, résulte plus certainement de facteurs économiques qu’esthétiques.

  • 59 . Brice Collet , « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

31L’apparition de la pierre de Savonnières au XVIe siècle pourrait résulter d’un changement de critères esthétiques : les maçons ont pu vouloir délaisser les matériaux blancs (Tonnerre, craie) au profit de calcaires plus foncés, ou vouloir réaliser des effets de polychromie. Il ne semble cependant pas que cela soit le cas. En effet, la pierre de Savonnières ne supplante jamais celle de Tonnerre, que ce soit pour les fortifications ou la cathédrale59. Sur ce dernier bâtiment, aucun jeu de couleur n’est réalisé : les blocs semblent être posés selon les arrivages et les disponibilités. Les pierres de Tonnerre et de Savonnières livrées sur le chantier de la cathédrale sont aux mêmes dimensions, elles sont donc interchangeables dans la maçonnerie. Il semble qu’à Troyes les pierres blanches soient toujours à la mode au XVIe siècle, celle de Tonnerre dominant très largement dans la construction religieuse (ill. 4).

Ill. 4 : Vue du beffroi et du chevet de l’église Saint-Jean-au-Marché construits en pierre de Tonnerre

Ill. 4 : Vue du beffroi et du chevet de l’église Saint-Jean-au-Marché construits en pierre de Tonnerre

Cl. C. Roms, 2008

Des critères techniques ?

  • 60 . Ibid.

32La pierre de Tonnerre, malgré la diffusion de celle de Bourguignons, est toujours utilisée pour la construction du bastion de Guise. Son emploi est toutefois spécifique : elle sert à la réalisation des éléments décoratifs60. Elle est donc utilisée pour ses propriétés techniques spécifiques.

  • 61 . Arch. dép. Aube, G 1569, 1488-1489, fol. 30 v°.
  • 62 . Arch. dép. Aube, G 1580, 1509-1511, fol. 227 r°.

33Le choix de la pierre de Savonnières au détriment de celle de Tonnerre peut être dicté par des avantages techniques. C’est du moins ce que peut laisser supposer le voyage du carrier d’Aulnoys sur le chantier de la cathédrale à la demande du maître d’œuvre « affin d’avoir de ladicte pierre pour ce qu’on dit qu’elle est plus aisée à tailler que l’autre de Tonneurre »61. Il est vrai que certains bancs de calcaire de Tonnerre sont plus durs, notamment celui dit « aux Cloux ». En 1509-1511, les maçons qui taillent les pierres des premières assises « du pillier du grant portail nouvellement commancé » sont contraints de se rendre chez le serrurier pour qu’il reforge « tant pointes que breteures […] pour ce que lesdictes asscetes sont toutes du banc des Cloux »62. Néanmoins, ces deux calcaires sont employés dans les mêmes parties de l’édifice pour la réalisation d’éléments architecturaux sculptés comme pour la pierre de taille.

Des critères économiques ?

  • 63 . Arch. dép. Aube, G 1587, 1518-1519, fol. 95 r°.

34À Troyes, la nécessité de faire venir de loin de la pierre à bâtir de qualité conduit les maîtres d’œuvre à la payer parfois très chère. Les pierres de Savonnières et de Tonnerre ne sont ainsi employées que sur les chantiers bénéficiant d’importants moyens financiers. Seuls les chantiers de la cathédrale et des fortifications emploient la pierre de Savonnières. Les calcaires du Tonnerrois sont plus répandus : cathédrale, fortifications, églises de la paroisse Saint-Jean, la tour de l’église de la Madeleine… Ces deux matériaux livrés sur le chantier de la cathédrale ont un prix de revient assez proche, compris entre 25 et 30 deniers le pied cube, pour une période comprise entre 1506 et 1524. La pierre de Tonnerre, pourtant plus proche, reste toutefois légèrement plus chère. Elle coûte 8 deniers le pied cube à extraire tout au long du XVIe siècle. Le transport est responsable de sa cherté ; il peut représenter jusqu’à 80 % de son coût. La pierre de Savonnières paraît moins onéreuse. L’entête des chapitres concernant les dépenses de pierre de Savonnières indique qu’il s’agit de la « despense pour le charroy de la periere d’Aulnay, Savonnieres et les environs desquelles perrieres on ne paie poinct de foretaige »63. Cette précision signifie-t-elle que le chapitre cathédral ne paie pas l’extraction de cette pierre ou bien est-elle payée par les charretiers qui le répercutent sur le prix du transport ? Cette seconde solution semble la plus pertinente : on peut aisément douter du fait que les carriers ne soient pas payés. Par ailleurs, il n’est indiqué nulle part que le chapitre exploite ces carrières en faire-valoir direct. Face aux lacunes des sources, il n’est pour l’instant pas possible de comparer la différence entre les coûts d’extraction et de transport pour les pierres tirées de Savonnières et de Tonnerre.

  • 64 . Brice Collet, « L’approvisionnement en pierre... », op. cit., p. 165-180.
  • 65 . Bibl. mun. Troyes, D 63, 1519-1520, fol. 68 v°.

35Le choix de la pierre de Bourguignons, qui domine dans la construction des ouvrages de fortifications, s’explique essentiellement par la relative proximité des carrières, mais aussi par la possibilité d’un approvisionnement tout au long de l’année grâce au transport fluvial, contrairement au transport terrestre pratiqué seulement d’avril à novembre. Afin de faciliter ce mode de transport, d’importants travaux sont engagés afin de faciliter la navigation des bateaux64. La pierre de Bourguignons rendue sur le chantier coûte de 19 à 27 deniers le pied cube et peut attendre 25 à 30 deniers pour les blocs les plus gros. Dans la plupart des cas, elle reste moins chère que celles de Savonnières et de Tonnerre. À partir de la documentation à notre disposition pour cette étude, il n’est pas possible d’après les sources écrites de faire la part du prix de l’extraction et du transport : les carriers de Bourguignons étant payés pour « l’achat, foretaige et charroy » de blocs « livrez […] sur le port de la riviere »65.

  • 66 . Jean Milony, op. cit., p. 11.
  • 67 . Jean Milony, op. cit., p. 10.

36Le coût du transport reste le principal élément du prix final d’une pierre ; malgré tout il ne semble pas que ce soit un frein à l’utilisation de certains calcaires. Jean Milony explique toutefois en parlant de la pierre de Tonnerre qu’elle « a perdu son crédit par la cupidité des voituriers qui l’amenoient, & qu’on laissoit maîtres du choix de la pierre »66. Il ne précise toutefois pas quelle pierre a remplacé celle de Tonnerre. Probablement celle de Savonnières, qu’il cite en premier dans son chapitre sur les pierres non gélives et dont il vante les mérites, malgré un coût élevé67.

37Le XVIe siècle marque un tournant dans l’approvisionnement en pierre à bâtir des chantiers monumentaux troyens. Alors que la pierre de Tonnerre domine quasiment sans partage dans la construction, ce siècle se caractérise par l’arrivée de nouveaux calcaires et la reprise d’activité de cantre carriers ayant fourni de la pierre à bâtir pour les chantiers des XIIIe et XIVe siècles.

38Les volumes de craie mis en œuvre sont considérables, que ce soit dans les élévations des édifices modestes et pour lesquels les ressources financières sont moindres, comme pour les fondations et les voûtes des bâtiments les plus prestigieux. La craie est si importante pour la construction que le chapitre cathédral et la ville possèdent et font exploiter des carrières au Pont-Hubert d’où est tirée la craie nécessaire à leurs chantiers. Le XVIe siècle voit aussi l’avènement, sur les chantiers des fortifications, de la pierre de Bourguignons. Abondamment utilisée pour la cathédrale au XIIIe siècle, elle supplante les autres calcaires durs pour la construction du bastion de Guise. La pierre de Savonnières fait quant à elle son apparition à la fin du XVe siècle. La pierre de Tonnerre pourtant concurrencée est toujours abondamment employée.

39Pour garantir l’approvisionnement des chantiers en pierre à bâtir, les fabriques et la ville ont dans certains cas exploité ou fait exploiter des carrières dont elles étaient propriétaires, pour lesquelles elles avaient un droit d’usage ou bien qu’elles louaient. Néanmoins dans la majorité des cas, elles ont dû acheter à des carriers la pierre qui leur était nécessaire.

40Les facteurs économiques ne semblent pas influer directement sur le choix des calcaires durs, du moins en ce qui concerne les églises. Malgré l’apparition de la pierre de Savonnières, aux propriétés similaires, la pierre de Tonnerre continue de dominer dans la construction religieuse malgré un coût élevé. Pour les fortifications, la volonté de garantir l’approvisionnement des chantiers et un prix inférieur à celui des pierres de Tonnerre et de Savonnières ont conduit les maçons à privilégier la pierre de Bourguignons, peut-être au détriment de considérations esthétiques ou techniques.

41La multiplication des lieux d’approvisionnement de la pierre à bâtir au XVIe siècle semble plus résulter d’une crainte de manquer de matériau face à l’intense activité de construction qui règne alors dans un Troyes renaissant que d’une volonté de remplacer la pierre de Tonnerre.

Haut de page

Notes

1 . Françoise Bibolet dir., Histoire de Troyes, Troyes, Les Éditions de la Maison du Boulanger, 1999, 137-140.

2 . Cédric Roms, « Approvisionnement en pierre à bâtir d’une église du XIe-XIIe siècle à Troyes : premières données de la fouille de l’église Saint-Jacques », dans François Blary, Jean-Pierre Gély et Jacqueline Lorenz, dir., Économie de la pierre de l’Antiquité à la fin des Temps modernes, Paris, éd. du CTHS, 2008, à paraître.

3 . Pierre Piétresson de Saint-Aubin, La Fourniture de la pierre sur les grands chantiers troyens du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Imprimerie nationale, 1932, 32 pages (extrait du Bulletin du comité des travaux historiques, 1928-1929).

4 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre des chantiers troyens de fortification au début du XVIe siècle », Gilles Blieck, Philippe Contamine, Nicolas Faucherre, Jean Mesqui, dir., Les Enceintes urbaines (XIIIe-XVIe siècle), Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 26-31 octobre 1996, section Archéologie et histoire de l'art, Paris, éd. du CTHS, 1999, p. 165-180.

5 . Est exclu de cette étude l’approvisionnement en pavés du Barséquanais et en grès du Nogentais. Il faut aussi noter l’existence de carrières qui ne semblent fournir que de manière très ponctuelle certains chantiers comme Les Riceys (Aube) et Molesmes (Côte-d’Or).

6 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, Cahier d’étage : Cénomanien, Troyes, Association géologique de l’Aube, s. d., 4 feuillets ; Cahier d’étage : Turonien, Troyes, Association géologique de l’Aube, s. d., 4 feuillets.

7 . Philippe Lamourère, « Du bon usage de la craie », La Vie en Champagne, Troyes, Association Champagne historique, n° 10, avril-juin 1997, p. 27-30.

8 . On appelle découvert la terre et la pierre non exploitables.

9 . Arch. dép. Aube, G 1589, 1521-1524, fol. 111 v°.

10 . Fouille préventive réalisée place de la Libération à Troyes en plusieurs interventions entre août 2004 et mars 2008 sous la responsabilité de Philippe Kuchler (Inrap).

11 . Arch. dép. Aube, 15 G 37, 1523-1524, fol. 100 v°, 104v° et 105 r°.

12 . Arch. dép. Aube, 19 G 9*, 1536-1537, 76 v°.

13 . Jean Milony, Essais sur la batisse de Troyes, dédié aux Citoyens par Milony, Architecte & Professeur de l’Ecole Gratuite de Dessin de ladite Ville, Troyes, Veuve Gobelet, 1777, 40 p.

14 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, Description géologique du canton de Bar-sur-Seine, Troyes, Association géologique de l’Aube, 1981, p. 20-21.

15 . Jean Piétresson de Saint-Aubin, op. cit., p. 16-19 ; Cahier d’étage : Portlandien, Troyes, Association géologique de l’Aube, s. d., 5 feuillets ; Claude Colleté, « Le Portlandien », Claude Colleté, Claude Fricot, Michel Matrion, Raymond Tomasson et Guy Treffort, La Géologie du département de l’Aube, Troyes, Association géologique auboise, 1995, p. 23-26.

16 . Arch. dép. Aube, G 2592, 1218.

17 . Arch. dép. Aube, G 1563, 1451-1452, fol. 259 r° ; G1594, 1533-1537.

18 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

19 . Arch. dép. Aube, 16 G 55, 1533-1540, fol. 65 r°.

20 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

21 . Cédric Roms, Les Carrières de pierre de Tonnerre aux époques médiévale et moderne, mémoire de maîtrise d’archéologie, sous la direction de Joëlle Burnouf et Paul Benoit, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2002, p. 25-26.

22 . Jean Milony, op. cit., p. 11-12.

23 . Soit 2 232 litres.

24 . Arch. dép. Aube, G 1584, 1514-1515, fol. 80 v°.

25 . Cédric Roms, La pierre de Tonnerre dans la construction religieuse troyenne aux époques médiévale et moderne : la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, mémoire de DEA d’archéologie, sous la direction de Paul Benoit, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003,  152 p.

26 . Arch. dép. Aube, G 1578 à G1588.

27 . Arch. dép. Aube, 22 H 756, 2e moitié XVe, fol. 61 r° et 62 r°.

28 . Cédric Roms, « Extraction de la pierre de Tonnerre (Yonne) : l’exemple de la Cave Noire », dans François Blary, Jean-Pierre Gély et Jacqueline Lorenz, dir., Économie de la pierre…, op. cit.

29 . Gilles Fronteau, « L'oolite vacuolaire : caractéristiques, mise en œuvre et altération », Bulletin d'information des géologues du Bassin de Paris, vol. 37, n° 3, 2000, p. 34-38 ; Annie Blanc, « Exploitation de la pierre de Savonnières », Bulletin d'information des géologues du Bassin de Paris, vol. 37, n° 3, 2000, p. 39.

30 . Arch. dép. Aube, G 1562, 1582-1588, fol. 340 v°.

31 . 97,29 m3.

32 . 32,47 cm.

33 . 40,60 cm.

34 . 48,71 cm.

35 . 2,60 m à 2,92 m.

36 . 3,57 m à 3,90 m.

37 . 4,55 m, 4,87 m et 5,20 m.

38 . Arch. dép. Aube, G 1578, 1508-1509, fol. 140 v°-141 r°.

39 . Arch. dép. Aube, G 1574, 1503-1504, fol. 338 r°.

40 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1506-1507, fol. 130 v°.

41 . Ibid., fol. 58 r° à 59 v°.

42 . Brice Collet, « Les carrières du Pont Hubert » dans Pont-Sainte-Marie du village à la ville, Troyes, La Vie en Champagne, hors série, 2003, p. 12-15.

43 . Arch. dép. Aube, G 2592, 1218.

44 . Arch. dép. Aube, G 1568, 1585-1587, fol. 279 r°.

45 . Ibid., fol. 279 r°-v°.

46 . Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9111, fol. 207 v°.

47 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 1, 1333-1393, fol. 135 r°.

48 . Arch. dép. Yonne, E 190, Cartulaire du comté de Tonnerre, XIIIe-XVe siècle, p. 139.

49 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 1, 1500-1501, fol. 17 v°.

50 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 27, 1522-1523, fol. 4 v°.

51 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 34, 1534-1535, fol. 4 v°.

52 . Arch. Hôpital de Tonnerre, E 42, 1546-1547, fol. 43 r°.

53 . Arch. dép. Aube, 15 G 76, 1558-1559, fol. 10 r°.

54 . Brice Collet, « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

55 . Arch. dép. Aube, 108G7, 1537-1538, fol. 57 r° et 65 v°.

56 . Arch. dép. Aube, 108 G 9, 1543-1544, fol. 11 r°.

57 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1507-1508, fol. 396 r°.

58 . Arch. dép. Aube, G 1577, 1506-1507, fol. 60 r°.

59 . Brice Collet , « L'approvisionnement en pierre… », op. cit., p. 165-180.

60 . Ibid.

61 . Arch. dép. Aube, G 1569, 1488-1489, fol. 30 v°.

62 . Arch. dép. Aube, G 1580, 1509-1511, fol. 227 r°.

63 . Arch. dép. Aube, G 1587, 1518-1519, fol. 95 r°.

64 . Brice Collet, « L’approvisionnement en pierre... », op. cit., p. 165-180.

65 . Bibl. mun. Troyes, D 63, 1519-1520, fol. 68 v°.

66 . Jean Milony, op. cit., p. 11.

67 . Jean Milony, op. cit., p. 10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Carte géologique de l’Aube et localisation des carrières citées dans le texte
Crédits DAO C. Roms, 2008
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Ill. 2 : Assises de la tour de la Madeleine en pierre de Bourguignons
Crédits Cl. C. Roms, 2008
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Ill. 3 : « Plan figuré et reconnoissance de bornes entre le bois en réserve de l’hôpital de Tonnerre » avec représentation des carrières d’Angy
Légende Arch. Hôpital de Tonnerre, B 47, 1787
Crédits Cl. C. Roms, 2008
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Ill. 4 : Vue du beffroi et du chevet de l’église Saint-Jean-au-Marché construits en pierre de Tonnerre
Crédits Cl. C. Roms, 2008
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Roms, « La pierre dans la construction monumentale troyenne au XVIe siècle : choix des matériaux et stratégies d’approvisionnement », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 16 | 2008, 19-32.

Référence électronique

Cédric Roms, « La pierre dans la construction monumentale troyenne au XVIe siècle : choix des matériaux et stratégies d’approvisionnement », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/177 ; DOI : 10.4000/lha.177

Haut de page

Auteur

Cédric Roms

Cédric Roms, né en 1978, est archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques (Inrap). Il est membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP) UMR 8589 et prépare depuis 2003 une thèse en archéologie sous la direction de Paul Penoît à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne sur « La pierre dans la construction religieuse troyenne aux époques médiévale et moderne : extraction, mise en œuvre et économie ». Il est l’auteur d’articles relatifs aux matériaux et aux méthodes de l’archéologie : trois de ses travaux paraîtront en 2008 dans Économie de la pierre de l’Antiquité à la fin des Temps modernes, François Blary, Jean-Pierre Gély et Jacqueline Lorenz dir., aux éditions du CTHS, ; avec Anne Delor-Ahü, « Datations céramiques et datations absolues : le cas de la place de la Libération à Troyes (Aube) » Actes du Congrès de Langes (17-20 mai 2007), SFECAG, Marseille, 2007, p. 71-96 ; avec Nicolas Thomas et Caroline Bourelet, « La ville neuve du Temple (XIIIe-XIVe siècles) », Histoire et images médiévales. Thématique 09 - Paris au Moyen Age, 2007, p. 60-67 ; avec Nicolas Thomas, « Apport des fouilles archéologiques », Les Hôtels de Guénégaud et de Mongelas. Rendez-vous de chasse des Sommer au Marais, Alexandre Gady, Jean-Pierre Jouve dir., Paris, Citadelles et Mazenod, 2006, p. 184-193.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org