Navigation – Plan du site

L’action de l’administration des Bâtiments civils et la production des archives de l’architecture publique (1795-1848)

The action of the administration des bâtiments civils and the production of archives for public architecture (1795-1848)
Einsatz der Verwaltung der Bâtiments civils und Erstellung von Archivalien im Bereich der öffentlichen Architektur (1795-1848)
Emmanuel Chateau
p. 47-58

Résumés

Les grandes masses administratives constituées depuis 1789 dans l’immense section moderne des Archives nationales recèlent de nombreux documents dont une partie a déjà depuis de nombreuses années largement été explorée par les historiens de l’architecture. L’organisation que présentent aujourd’hui les imposantes séries d’articles conservées dans les sous-séries F13 et F21 reflètent assez mal le fonctionne­ment réel des bureaux de l’administration des bâtiments civils dont le travail est difficilement restituable à partir du seul cadre de classement adopté par les Archives nationales. Dans cette intervention, l’auteur attire l’attention sur l’histoire de la production de ces fonds par l’administration centrale et celle de leur rassemblement. La compréhension de l’action de l’administration et du travail des bureaux offre la possibilité de mieux envisager la constitution des archives de l’architecture publique pour y identifier de nouvelles sources et y déceler de nouveaux objets d’étude pour les historiens de l’architecture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Arch.. nat., F21* 2470 à 2536, procès-verbaux des séances du conseil des bâtiments civils, 1795- (...)

1Les grandes masses administratives constituées depuis 1789 dans l’immense section moderne des Archives nationales recèlent de nombreux documents dont une partie a déjà depuis de nombreuses années largement été explorée par les historiens de l’architecture. Ce sont essentiellement les sous-séries concernant les bâtiments civils et les édifices diocésains qui ont jusqu’à présent retenu l’attention. Parmi celles des bâtiments civils F13 et F21, c’est plus particulièrement l’ensemble des procès-verbaux du conseil des bâtiments civils1 (ill. 1) – voir à ce sujet l’article de Françoise Boudon dans ce volume – ou les séries départementales concernant les édifices publics qui ont surtout été exploitées jusqu’à présent. Pourtant ces articles ne représentent qu’une portion restreinte de l’ensemble de la documentation disponible.

Ill. 1 : Registres des procès-verbaux du conseil des bâtiments civils dans les magasins des Archives nationales

Ill. 1 : Registres des procès-verbaux du conseil des bâtiments civils dans les magasins des Archives nationales

Louis-Philippe 2e étage, salle 205

Cl. de l’auteur.

2À vrai dire, l’organisation que présente aujourd’hui ces imposantes séries d’articles reflètent assez mal le fonctionnement réel des bureaux de l’administration dont le travail est difficilement restituable à partir du seul cadre de classement adopté par les Archives nationales. C’est sans doute ce qui explique que jusqu’à présent ces fonds n’ont pas encore fait l’objet d’une étude d’ensemble ou qu’une partie de la documentation n’a pas encore donné lieu à une exploitation systématique.

3Je voudrais attirer ici l’attention sur l’histoire de la production de ces fonds par l’administration centrale et celle de leur rassemblement dans les sous-séries que nous connaissons relativement bien aujourd’hui. La compréhension de l’action de l’administration et du travail des bureaux offre en effet la possibilité de mieux envisager la constitution des archives de l’architecture publique pour y identifier de nouvelles sources et éventuellement y déceler de nouveaux objets d’étude pour les historiens de l’architecture.

La centralisation de l’architecture publique

4À l’issue de la Révolution, la rationalisation de la politique architecturale opérée au moyen d’une centralisation des affaires qui s’appuie sur un découpage administratif très hiérarchique allait permettre, en moins d’un demi-siècle, de fournir aux nouvelles institutions les édifices nécessaires à leur exercice et d’inscrire leur existence symbolique dans le bâti.

  • 2 . « 25 mai 1791. Loi relative à l’organisation du ministère, décret de l’Assemblée nationale, du 2 (...)
  • 3 . Charles Claude Flahaut de La Billarderie, comte d'Angiviller (1730-1810).

5La loi du 27 avril 1791 confiait au ministère de l’intérieur la direction des travaux pour la confection des routes, ponts et autres ouvrages publics et des bâtiments et édifices publics2. Dans un premier temps, le rôle du ministère en matière d’architecture se limitait à une simple surveillance. Le service des bâtiments civils fut surtout issu de la réunion des débris de l’ancienne administration des bâtiments du Roi après la chute de d’Angivillier3 auxquels fut adjoint la gestion des domaines et bâtiments conservés sous le rapport de l’art issus des aliénations révolutionnaires.

  • 4 . Décret de la Convention du 12 germinal an II (1er avril 1794). Les affaires des bâtiments civils (...)
  • 5 . Loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795).
  • 6 . Robin Middleton et Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, Jean Rondelet, The Architect as Technician, L (...)

6Avec la suppression des ministères, le service forme un temps avec celui des Ponts et chaussées une commission des travaux publics4. Lors du rétablissement des ministères5, Pierre Bénézech qui reçut le portefeuille de l’intérieur, chargeait l’architecte-ingénieur Jean Rondelet, un ancien membre de cette commission, de l’organisation des Bâtiments civils. On peut dire qu’il fut le véritable artisan de la création de cette administration6.

  • 7 . « Précis sur la Division des Travaux publics relative aux bâtiments civils, avec un projet d’org (...)

7Fort de son expérience à la commission des travaux publics, il l’envisage comme une « agence intermédiaire » entre le ministre et ceux qui sollicitent des ouvrages ou qui doivent les exécuter. Rondelet propose la création d’un service sur le modèle des Ponts et chaussées, doté d’un conseil d’examen pour mettre en état le ministre de l’intérieur de prendre le parti le plus convenable sur toutes les questions qui lui étaient soumises7.

8Ses fonctions reposaient sur une extrême centralisation des affaires. Ce fut principalement avec la loi du 28 fructidor an VIII (14 septembre 1799) sur l’organisation administrative de la France que le Service des bâtiments allait prendre toute sa mesure. À l’époque, l’administration centrale est alors chargée du contrôle de l’ensemble des actes des administrations locales transmis par l’intermédiaire des préfets. Par ailleurs, le service était destiné à devenir le constructeur de tous les bâtiments édifiés pour le compte du gouvernement et était chargé de leur entretien.

  • 8 . Jean Tulard, Paris et son administration, 1800-1830, commission des travaux historiques, Paris, (...)

9Il avait donc à connaître, non seulement toutes les affaires d’architecture des départements et des communes sur l’ensemble du territoire, mais également comme maître d’ouvrage à entrer dans tous les détails des chantiers entrepris pour le compte de l’État classés dans la catégorie des bâtiments nationaux. S’ajouteront par la suite encore à ces prérogatives, ceux de la Ville de Paris en raison du régime administratif dérogatoire attribué à cette époque à la capitale8.

  • 9 . Notice historique sur le service des travaux et sur le conseil général des bâtiments civils depu (...)

10Charles-Pierre Gourlier explique dans la notice historique qu’il rédige sur le service des Bâtiments civils en 1848, qu’il avait « pour mission de mettre l’ensemble de nos édifices en harmonie avec les données d’une ère toute nouvelle. [...] Il embrasse depuis le monument le plus somptueux jusqu’au moindre édifice d’utilité publique, depuis le palais des autorités suprêmes jusqu’à la plus petite maison commune, depuis la cathédrale la plus vaste jusqu’à l’église de village la plus modeste9. »

11L’ampleur de ces attributions ne doit pas laisser croire que l’autorité du service soit immédiatement établie. Les nombreuses réorganisations du ministère et surtout la répétition de diverses prescriptions ministérielles par voie de circulaires témoignent des difficultés rencontrées par la nouvelle institution pour asseoir son contrôle sur l’ensemble des travaux entrepris sur les fonds publics.

  • 10 . Clémence Dufour-Montalescot, Louis Bruyère (1758-1831) et la direction des travaux de Paris de 1 (...)

12La précarité du service est patente en 1811 lorsque devant la multiplication des affaires et ses difficultés à faire appliquer les instructions ministérielles, le ministre Bachasson de Montalivet crée une direction des travaux de Paris confiée à l’ingénieur Louis Bruyère à côté du bureau des bâtiments civils en l’amputant de la plus grande partie de ses attributions10. Cette direction subsiste sous différentes dénominations jusqu’au 31 décembre 1830 pour se transformer en un bureau des travaux publics en 1832, puis une direction des monuments publics et des bâtiments civils. Confiée successivement à Héricart de Thury, Hély d’Oissel, Edmond Blanc, Guizard et Vatout, parallè­lement présidents du conseil des bâtiments civils.

13L’évolution de l’influence du service et du conseil des bâtiments civils fut intimement liée à sa position dans l’organigramme ministériel dans la première moitié du siècle. L’autorité du service fut en effet rapidement mise à mal par la prise de participation de plus en plus active d’autres bureaux et des autres ministères dans les affaires d’architecture. L’administration parvient malgré tout à acquérir sous la Restauration et la Monarchie de Juillet une place prépondérante dans la pratique de l’architecture publique.

  • 11 . Arlette Auduc, Quand les monuments construisaient la nation. Le service des monuments historique (...)
  • 12 . Jean-Michel Leniaud, Les Cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993, 984 p.

14Cette main mise de l’administration des Bâtiments civils allait progressivement se réduire au cours du XIXe siècle face à l’énormité de la tâche à accomplir et sous l’influence combinée d’une décentrali­sation administrative. L’évolution des montants des travaux à partir desquels le contrôle des projets d’architecture départementaux ou communaux laisse progressivement plus de latitude aux collectivités locales. La création de nouvelles instances dans le domaine architectural comme le service des monuments historiques à partir de 183011 ou le service des édifices diocésains dès 1824 et surtout à partir de 184812, ainsi que l’émergence de commissions départementales des bâtiments civils et de services départementaux, devaient mettre un terme à son hégémonie sur les travaux d’architecture publique (ill. 2).

Ill. 2 : Schéma de l’examen des projets d'architecture des départements et des communes par l'administration centrale.

Ill. 2 : Schéma de l’examen des projets d'architecture des départements et des communes par l'administration centrale.

Place du service des bâtiments civils dans l’organisation administrative

15Placé dans les attributions du ministre de l’intérieur, le bureau des bâtiments civils fut d’abord compris tantôt dans la 3e division ou la 2nde division du ministère. Le conseil des bâtiments civils qui dispose de son propre bureau reste constamment établi auprès de lui. Parfois réuni au bureau des prisons, le service voisine avec ceux de l’administration communale et départementale ou l’adminis­tration des hospices.

  • 13 . Le ministère du commerce et des travaux publics fut créé le 13 mars 1831. Ses attributions sont (...)
  • 14 . Créé par l’ordonnance du 12 mai 1839.
  • 15 . L’introduction pour la sous-série F13 de l’État sommaire des versements faits aux Archives natio (...)

16Le service des bâtiments civils auquel était lié le conseil des bâtiments civils resta dans la compétence du ministre de l’intérieur jusqu’en 1839. Ponctuellement placé dans un éphémère ministère du commerce et des travaux publics de 1831 à 183413, il retourne à l’intérieur puis passa dans les attributions du ministère des travaux publics à partir de 183914 avant de rejoindre les palais nationaux au ministère d’État de 1852 jusqu’en 1862. Le service ne formera jamais une direction à la différence de celui des Ponts et chaussées15.

17Ce service est notamment chargé :

18de la formation des budgets

19de l’examen des devis

20de l’approbation des projets

21des autorisations de travaux et adjudications

22de la réception et du règlement des dépenses

23Et dans une certaine mesure de la préparation des règlements et arrêtés du ministère de l’intérieur concernant l’architecture publique.

24La nature des opérations concrètes du service varie selon la nature des édifices soumis à sa surveillance selon qu’ils relevaient de l’échelon départemental, communal, national, ou qu’ils concer­naient les travaux de Paris. C’est sur cette distinction que se fondirent les bourgeonnements successifs du service en plusieurs entités administratives :

25Le service des bâtiments civils proprement dit qui concernait la surveillance des travaux départementaux et communaux

26Les bâtiments nationaux, un moment compris dans la direction des travaux de Paris, puis rejoints par le service des palais nationaux à la suppression de la Maison de l’empereur ou de la Maison du roi.

27La direction des travaux de Paris créée en 1811 qui subsista à côté du service des travaux jusqu’en 1830, moment où, après une répartition de compétences entre la préfecture et le ministère, elle fut agrégée au service des bâtiments civils.

28Pour les travaux de Paris et les bâtiments nationaux, le service des bâtiments civils puis la direction des travaux de Paris exerçaient une véritable maîtrise d’ouvrage. À partir de 1808, on distingue un service ordinaire pour l’entretien et un service extraordinaire pour les grands travaux. Cette maîtrise d’ouvrage impliquait une prise de participation directe dans les affaires avec la gestion des agences et du personnel architectural, la préparation des devis et des marchés, l’allocation des fonds, la surveillance des travaux et également la révision et la vérification des mémoires, le paiement des acomptes aux entrepreneurs, le règlement des travaux, le paiement des honoraires et enfin leur réception et leur entretien.

29Autant d’opérations qui ont constitué les fonds de la direction des travaux de Paris et du service des bâtiments civils qui forment aujourd’hui la plus grande part des séries F21 et F13 conservées aux Archives nationales. Y figurent plusieurs groupes d’articles rassemblés par agences de travaux, des ensembles sur le personnel ou la formation des budgets, la vérification et la révision, etc.

30Pour les édifices départementaux et communaux, le service exerçait une surveillance minutieuse des opérations réalisées sous l’autorité directe du préfet pour les édifices départementaux et sa surveillance pour les communes. La correspondance relative à ces opérations fut à l’origine de plusieurs séries départementales contenues dans les sous-séries F13 et F21.

31L’essentiel de la correspondance du service intervient par l’intermédiaire des préfets pour les travaux départementaux et communaux. Mais les décisions concernant le financement étaient soumi­ses à l’appréciation de l’administration des affaires départementales et communales. Par ailleurs, les établissements auxquels étaient destinés les édifices étant parfois placés sous la tutelle d’autres bureaux ou d’autres ministères (justice, hospices, approvisionnements, instruction publique, etc.), le bureau des bâtiments civils entretien également une correspondance fournie avec ces autres services pour la définition des programmes et du fait de la correspondance que ces établissements pouvaient entretenir avec leur autorité de tutelle.

32Pour Paris, dès 1797, et pour la province à partir de la loi sur l’assèchement des marais de 1807, le conseil des bâtiments civils fut également chargé de la préparation des alignements pour être arrêtés au conseil d’État.

33Nécessitant une correspondance avec de nombreux autres services et ministères, le travail ne pose pas de difficultés particulières lorsque les divers services étaient réunis dans le même ministère, voire la même division. En revanche, il peut devenir plus problématique et faire apparaître des conflits de compétences lorsqu’il fait intervenir différents services au sein de plusieurs ministères.

  • 16 . Voir, notamment Arch. nat., F21 1992.

34Le portefeuille de l’intérieur comprenait à l’origine de nombreux services qui ont parfois donné lieu à la création de directions ou de nouveaux ministères. Ainsi, la constitution du ministère des travaux publics en 1839 met fin à la collaboration du conseil des bâtiments civils et de la commission des monuments historiques. Et, alors que la constitution du ministère des travaux publics visait à opérer une centralisation des affaires de constructions, le service des bâtiments civils peine à assurer son contrôle sur l’ensemble des travaux notamment à l’égard du ministère de l’intérieur ou du service des Édifices diocésains au ministère des cultes16.

35Dès lors, on le comprend bien, la place du service dans l’administration était également déterminante pour l’influence du conseil des bâtiments civils sur les travaux d’architecture publique. Certaines administrations pouvant plus aisément se charger délibérément de la surveillance directe des travaux et à cette occasion « omettre » de consulter un conseil des bâtiments civils placé sous la houlette d’un autre ministère.

Archives des bureaux et classement aux archives

36L’histoire des mouvements administratifs complexes ayant affecté cette administration ne fut pas sans conséquence sur la forme que présente aujourd’hui les fonds conservés aux Archives nationales dans la série F, administration générale de la France. La plus considérable des Archives, cette série est constituée par les archives de ministères et d’administrations publiques.

37Il faut d’abord avoir conscience que les grandes sous-séries que nous connaissons aujourd’hui sont en grande partie des ensembles factices fruits du travail des archivistes plutôt que du classement des bureaux. Il s’agit en réalité plus à proprement parler de regroupements thématiques qui ne reflètent pas exactement l’activité des bureaux.

38Au moment où commençait à se dessiner la physionomie définitive des Archives, Daunou garde général des archives impériales eut le loisir d’élaborer le premier cadre de classement en 1811. Il avait posé le principe d’une répartition des archives en quatre « sections » selon leur « intérêt » : administratif, historique, domanial ou judiciaires. Deux séries étaient au départ prévues pour recevoir l’ensemble de tous les versements à venir : l’une attachée à la section administrative F, l’autre à la section législative BB pour les versements du ministère de la justice.

  • 17 . Denise Ogilvie, « Construire les sources de l’histoire contemporaine dans la France du XIXe sièc (...)

39Pendant près de vingt années, on cota d’abord à la suite les uns des autres les divers versements dans F (ministère de l’intérieur, F 1 à 5478). À l’intérieur de ces séries, des liasses ou des pièces avaient été groupées sous les rubriques d’un classement méthodique par matières. Lorsque des premières recher­ches dans les archives devinrent nécessaires, on s’aperçut des limites que présentaient ce type de classement. Nathalis de Wailly qui venait d’être nommé par Guizot aux Archives proposa alors en 1830 de scinder la série F en 21 sous-divisions reflétant mieux, selon lui, l’activité administrative17. Elle dispose aujourd’hui de 37 sous-séries.

40Cette mesure présentait certaines difficultés d’application puisque, comme on l’a vu, plusieurs attributions du ministère de l’intérieur étaient déjà passées à des organismes distincts et on avait parfois pour base de la cotation la provenance des papiers – soit l’organisme versant – plutôt que l’origine – soit le service qui les avait élaborés.

41Toutefois, ce cadre méthodique de classement permettait de mieux faire face au caractère organi­que des archives et à des structures administratives qui se modifiaient avec le temps et sur lesquelles on ne pouvait fonder un cadre ayant suffisamment de permanence. De ce point de vue, le système permettait d’assurer un meilleur respect des fonds. Pour autant, plusieurs sous-séries qui pouvaient nous intéresser avaient déjà fait l’objet d’expérimentations (notamment, les séries F0 à F6).

  • 18 . L’État sommaire des versements[…], op. cit., donne pour F13 le détail des versements réalisés.

42La notion du respect des fonds d’archives s’affirma à la fin du XIXe siècle. L’unité administrative de base retenue devenait le bureau, mais les séries auraient nécessité de tels remaniements et un système si complexe que la disposition la plus simple fut retenue et les versements de chaque service ont été cotés les uns à la suite des autres et dans l’ordre chronologique des versements. C’est la raison pour laquelle on retrouve mêlé dans la sous-série F13, sans ordre apparent, tout à la fois les papiers des anciennes commission des travaux publics et direction des travaux de Paris, ceux du service des bâtiments civils avec des archives provenant du conseil des bâtiments civils18.

43Cette règle souffrit une exception notable pour ce qui nous concerne. La direction des beaux-arts qui fit partie de manière à peu près constante du ministère de l’Instruction publique ayant effectuée son premier versement en 1906, une cote lui fut spécialement attribuée : F21. Alors que le service des bâtiments civils et palais nationaux, après avoir dépendu de divers départements ministériels, avait été rattaché au ministère de l’Instruction publique (direction générale des beaux-arts) en 1895, ses versements ultérieurs ont été intégrés dans F21 tandis que la sous-série F13 était close.

44Outre le morcellement lié aux versements successifs, s’ajoutait donc l’écartèlement entre les deux sous-séries F13 et F21. C’est donc l’histoire de la constitution des séries et les versements successive­ment opérés par les ministères qui expliquent la complexité des fonds issus du service des bâtiments civils tels qu’ils se présentent aujourd’hui. Ainsi, la série F13 mélange à la fois des documents provenant des différentes administrations qui s’occupaient de l’administration de l’architecture sous la Révolution (commission des travaux publics et direction des bâtiments du roi), ceux de la direction des travaux de Paris et du bureau des bâtiments civils ou encore de la direction des marbres et une partie de la voirie. Tandis que la sous-série F21 est entrecoupée d’archives concernant les bureaux des musées et des théâtres.

  • 19 . Igor Moullier, Le ministère de l'intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814), Go (...)

45On peut donc dire que la théorie du respect des fonds formulée en France en 1841 par Natalys de Wailly a en réalité reçu une application plus problématique qu’il n’y paraît. Comme le fait remarquer Igor Moullier dans sa thèse sur le ministère de l’intérieur sous l’Empire, l’adoption de ce plan de classement a eu des conséquences durables pour l’historien : « Elle crée des corpus artificiels, que leur intitulé (« travaux publics », « commerce et industrie ») peut faire prendre pour le reflet exact de l’activité des bureaux, alors que leur formation est en fait le résultat du choix des archivistes. »19 Malgré tout, l’extrême richesse du fond et la conservation d’importantes masses de documents permettent aujourd’hui encore de retracer le travail quotidien des bureaux, si tant est qu’on porte attention aux entêtes des pièces.

  • 20 . À titre d’exemple Arch. nat., F17 1280b à h, service de la conservation des monuments publics 18 (...)

46Ainsi, en ce qui concerne l’action du service des bâtiments civils, le chercheur doit à la fois consulter bien évidemment F13 et F21 où il trouvera l’essentiel des sources. Mais également les sous-séries des autres services comme par exemple F19 ou F17 qui comportent de nombreux documents issus du service des bâtiments civils20. Et s’il veut également saisir les interactions entre les différents services, l’ensemble des sous-séries relatives aux services avec lesquelles le service des bâtiments civils entretenait une correspondance ou pouvant intervenir dans le cours des affaires d’architecture. Au premier titre desquelles, l’administration des affaires communales et départementales en F2 et F3, F5 et F6 pour la comptabilité des communes et des départements, la voirie en F2, la comptabilité du ministère de l’intérieur en F4, le secrétariat, l’administration des hospices, le bureau des sciences et arts, etc. Ceci sans compter les nombreuses pièces graphiques sorties des sous-séries F13 et F21 et conservées aux cartes et plans, ainsi que quelques documents épars dans la série N et surtout le Versement d’architecture.

Une mine pour l’historien d’architecture

47Du fait de son caractère morcelé par des versements successifs qui restitue parfois mal le travail des bureaux, les fonds du service des bâtiments civils présentent un maniement relativement difficile pour les chercheurs. Ils constituent, cependant, la principale source pour l’étude de l’architecture publique non seulement du XIXe siècle mais de la première moitié du XXe siècle. Ces difficultés rendraient particulièrement pertinente aujourd’hui l’élaboration d’un inventaire présentant des regroupements méthodiques des articles pour restituer la cohérence des séries et faciliter leur appréhension. Reflétant mieux le travail des bureaux, une telle présentation pourrait apporter une contribution efficace pour guider le chercheur dans les sources de l’histoire de l’architecture publique conservées aux Archives nationales.

  • 21 . Patricia Meehan, De la défense des Bâtiments civils : le renouveau d’une politique architectural (...)

48En l’état actuel, les sous-séries des Bâtiments civils, malgré leur complexité, n’en présentent pas moins une extrême richesse, qui offre au chercheur des possibilités parfois insoupçonnées. Je me concentre ici sur la première moitié du XIXe siècle qui est celle que je connais le mieux du fait de mon travail de thèse, mais les remarques qui suivent concernent également toute la période d’existence du service qui, rappelons le, subsiste jusqu’à la fin des années 6021.

  • 22 . Fabienne Doulat, L’architecte Guillaume-Abel Blouet (1795-1853) en son temps, thèse en cours à l (...)
  • 23 . Marie-Agnès Gilot, Augustin-Nicolas Caristie (1781-1862), culture architecturale et carrière adm (...)
  • 24 . Isabelle Rouge-Ducos, L’Arc de Triomphe, construction et appropriation d’un monument patrimonial (...)

49Ces archives constituent bien sûr une source qui reste incontournable pour toute recherche monographique sur un architecte ou un édifice comme celles menées ces dernières années par Fabienne Doulat sur l’architecte Guillaume-Abel Blouet22 ou Agnès Gillot sur Caristie23 et encore, par exemple, Isabelle Rouge-Ducos au sujet de l’arc de triomphe de l’Étoile24.

  • 25 . Denise Jasmin, La ville, l’administration et l’architecte. Commande publique et architecture à M (...)
  • 26 . Marilyne Doutre, Modalités de transformation de la ville au début du XIXe siècle en Auvergne : l (...)
  • 27 . Marie-Paule Halgand, Architecture et politique, la construction des bâtiments civils en Vendée a (...)
  • 28 . Anne Bondon, La transformation de Bourges, Colmar et Laval entre 1789 et 1848 : chronique d’un u (...)

50Entretenant une correspondance fournie avec les préfets sur les travaux, à bien des égards, les documents conservés aux Archives nationales dans les séries départementales peuvent faire figure de doublons avec celles des Archives départementales. Mais elles les complètent utilement en permettant de restituer le processus ayant concouru à la décision. De leur côté, les Archives départementales et communales renseignent les étapes d’élaboration du projet et les arbitrages rendus localement. Ces dernières années, plusieurs études locales comme celles menées par Denise Jasmin sur Marseille25, Maryline Doutre sur le Puy-de-Dôme26, Marie-Paule Halgand27 en Vendée ou Anne Bondon sur Laval, Bourges et Colmar28, chacune avec des approches différentes, ont mis en évidence combien le croisement des sources était nécessaire et fructueux.

  • 29 . Séverine Blenner, L'évêque en son palais, Recherches sur les palais épiscopaux en France à l’épo (...)
  • 30 . La base Conbavil, produite par le centre André Chastel, les Archives nationales, l’INHA et l’Inv (...)

51Surtout, les archives de l’administration centrale offrent l’insigne possibilité de travailler sur des grandes séries, des ensembles typologiques ou chronologiques importants. Elles ont déjà donné lieu à quelques travaux comme sur les évêchés29 ou les abattoirs. De ce point de vue la mise en ligne de la base Conbavil ouvre aujourd’hui des possibilités nouvelles pour la recherche30.

  • 31 . Programme fédérateur du centre André Chastel, Dictionnaire des architectes (XIXe-XXe siècles).
  • 32 . Sybille Bellamy-Brown, L’architecte à Paris sous la Restauration, thèse en cours sous la directi (...)

52Mais il me semble que ces fonds constituent aussi des sources encore largement inexploitées pour l’histoire de la profession. Les premiers dépouillements réalisés dans le cadre du dictionnaire des architectes31 et la thèse menée par Sybille Bellamy-Brown sous la direction de Jean-Michel Leniaud au sujet des architectes sous la Restauration32 devraient fournir plusieurs jalons de cette histoire qui reste encore largement méconnue pour la première moitié du siècle. On peut, en effet, y tracer la progression dans la carrière, les relations professionnelles, les éléments qui concourent à la désigna­tion des architectes.

  • 33 . Clémence Dufour-Montalescot, op. cit.

53C’est encore un fonds essentiel pour quiconque voudrait étudier le fonctionnement des agences de travaux ou encore les relations entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage publique. Dans sa thèse de l’École des chartes, Clémence Dufour Condalescot s’est essentiellement concentrée sur la direction des travaux de Paris sous l’Empire et au début de la Restauration, sous la houlette de Louis Bruyère33. Reste encore à étudier en détail la carrière et l’action de nombreux administrateurs qui se sont succédés à la tête du service comme, ne serait-ce pour la première moitié du siècle, celles d’Héricart de Thury, d’Hély d’Oissel, de Vatout ou de Noue.

  • 34 . Emmanuel Chateau, « L’administration des bâtiments civils face aux questions constructives dans (...)

54L’intérêt du fonds est également de comporter des séries budgétaires cohérentes qui ouvrent la voie à des études inédites sur l’aspect financier des travaux. Les archives recèlent aussi de nombreux articles intéressant l’histoire des matériaux et techniques qui permettent d’aborder l’histoire du chantier et de la construction34. Plus incidemment, et de manière éparse, on y trouve de nombreux documents concernant les entrepreneurs ou les ouvriers du bâtiment encore largement inexploités.

55Il s’agirait peut-être surtout à partir de ces archives de mieux établir comment l’État s’est doté d’une politique architecturale et quels moyens il a employé pour la mettre en œuvre. À ce titre, j’espère que mon travail de thèse sur l’administration des bâtiments civils et le conseil des bâtiments civils apportera une première contribution utile. Toutefois, l’immense richesse des archives conser­vées, leur complexité et la diversité des sujets qu’elles concernent, semble aujourd’hui réclamer la mise sur pied d’un projet collectif seul à même de poser les fondements d’une histoire de l’architecture publique au XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Notes

1 . Arch.. nat., F21* 2470 à 2536, procès-verbaux des séances du conseil des bâtiments civils, 1795-1840.

2 . « 25 mai 1791. Loi relative à l’organisation du ministère, décret de l’Assemblée nationale, du 27 avril 1791 », dans Lois et actes du gouvernement, Paris, imprimerie royale, 1834-1835. t. III, p. 213 et suiv.

3 . Charles Claude Flahaut de La Billarderie, comte d'Angiviller (1730-1810).

4 . Décret de la Convention du 12 germinal an II (1er avril 1794). Les affaires des bâtiments civils étant rassemblées dans une seconde division.

5 . Loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795).

6 . Robin Middleton et Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, Jean Rondelet, The Architect as Technician, London, Yale University Press, 2007, 360 p.

7 . « Précis sur la Division des Travaux publics relative aux bâtiments civils, avec un projet d’organisation à ce sujet, présenté au Ministre de l’intérieur (Bénézech) par le citoyen Rondelet, membre de la ci-devant Commission des travaux publics, 12 brumaire an IV (3 novembre 1795) », dans Jean Rondelet, Traité théorique et pratique de l’art de bâtir, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1877, 15e édition, tome 5e, « notes additionnelles », n° II, p. 4-8.

8 . Jean Tulard, Paris et son administration, 1800-1830, commission des travaux historiques, Paris, 1976, 572 p.

9 . Notice historique sur le service des travaux et sur le conseil général des bâtiments civils depuis la création de ces services en l’an IV (1795) jusqu’à 1895, Imprimerie nationale, Paris, 1895, p. 7-8.

10 . Clémence Dufour-Montalescot, Louis Bruyère (1758-1831) et la direction des travaux de Paris de 1811 à 1852, thèse de l’École des chartes, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, 1998.

11 . Arlette Auduc, Quand les monuments construisaient la nation. Le service des monuments historiques de 1830 à 1940, préface de Jean-Michel Leniaud, Comité d'histoire du ministère de la Culture, Paris, la documentation française, 2008, 639 p.

12 . Jean-Michel Leniaud, Les Cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993, 984 p.

13 . Le ministère du commerce et des travaux publics fut créé le 13 mars 1831. Ses attributions sont définies par l’ordonnan­ce du 17 mars suivant.

14 . Créé par l’ordonnance du 12 mai 1839.

15 . L’introduction pour la sous-série F13 de l’État sommaire des versements faits aux Archives nationales par les ministères et les administrations qui en dépendent (Paris, Imprimerie nationale, 1935, p. 113-122) détaille, à grands traits, la place du service dans les organigrammes ministériels.

16 . Voir, notamment Arch. nat., F21 1992.

17 . Denise Ogilvie, « Construire les sources de l’histoire contemporaine dans la France du XIXe siècle : la genèse de la théorie du respect des fonds », dans Archivi e storia nell’europa del XIX secolo, Alle radici dell’identità culturale europea, Atti del convegno internazionale di studi nei 150 anni dall’istituzione dell’Archivio Centrale poi Archivio di Stato, di Firenze, 4-7 décembre 2002, Irene Cotta et Rosalia Manno Tolu dir. http://www.archiviodistato.firenze.it/nuovosito/index.php?id=90

18 . L’État sommaire des versements[…], op. cit., donne pour F13 le détail des versements réalisés.

19 . Igor Moullier, Le ministère de l'intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814), Gouverner la France après le 18 brumaire, thèse sous la direction de Gérard Gayot, université de Lille III, 2004.

20 . À titre d’exemple Arch. nat., F17 1280b à h, service de la conservation des monuments publics 1810-1827 (dépendant de la direction des travaux publics à Paris).

21 . Patricia Meehan, De la défense des Bâtiments civils : le renouveau d’une politique architecturale, 1930-1946, thèse sous la direction de Jean-Louis Cohen, université de Paris VIII, 2009.

22 . Fabienne Doulat, L’architecte Guillaume-Abel Blouet (1795-1853) en son temps, thèse en cours à l’École pratique des hautes études, sous la direction de Jean-Michel Leniaud.

23 . Marie-Agnès Gilot, Augustin-Nicolas Caristie (1781-1862), culture architecturale et carrière administrative d'un Grand Prix de Rome, thèse sous la direction de Luce Barlangue, université de Toulouse II, 2007.

24 . Isabelle Rouge-Ducos, L’Arc de Triomphe, construction et appropriation d’un monument patrimonial 1806-1945, thèse sous la direction de Jean-Michel Leniaud, École pratique des hautes études, 2006.

25 . Denise Jasmin, La ville, l’administration et l’architecte. Commande publique et architecture à Marseille, 1830-1870, thèse sous la direction de Jean-Jacques Gloton, université de Provence, 1991.

26 . Marilyne Doutre, Modalités de transformation de la ville au début du XIXe siècle en Auvergne : l'édifice public et son espace urbain, pouvoirs et conflits, thèse sous la direction de Pierre Pinon, université de Paris VIII, 2003.

27 . Marie-Paule Halgand, Architecture et politique, la construction des bâtiments civils en Vendée au XIXe siècle, thèse sous la direction de Jean-Michel Leniaud, École pratique des hautes études, 2000.

28 . Anne Bondon, La transformation de Bourges, Colmar et Laval entre 1789 et 1848 : chronique d’un urbanisme ordinaire  thèse sous la direction de Pierre Pinon, université de Paris VIII, 2009.

29 . Séverine Blenner, L'évêque en son palais, Recherches sur les palais épiscopaux en France à l’époque concordataire (1802-1905), thèse de l’École des chartes, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, 2000.

30 . La base Conbavil, produite par le centre André Chastel, les Archives nationales, l’INHA et l’Inventaire général est consultable sur le site de l’INHA (rubrique ressources documentaires).

31 . Programme fédérateur du centre André Chastel, Dictionnaire des architectes (XIXe-XXe siècles).

32 . Sybille Bellamy-Brown, L’architecte à Paris sous la Restauration, thèse en cours sous la direction de Jean-Michel Leniaud, École pratique des hautes études.

33 . Clémence Dufour-Montalescot, op. cit.

34 . Emmanuel Chateau, « L’administration des bâtiments civils face aux questions constructives dans la première moitié du XIXe siècle en France », dans Édifices & Artifice, Histoires constructives, actes du 1er congrès francophone d’histoire de la construction (Paris, 19-21 juin 2008), Robert Carvais, André Guillerme, Valérie Nègre et Joël Sakarovitch dir., 2010, p. 365-375.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Registres des procès-verbaux du conseil des bâtiments civils dans les magasins des Archives nationales
Légende Louis-Philippe 2e étage, salle 205
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Ill. 2 : Schéma de l’examen des projets d'architecture des départements et des communes par l'administration centrale.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/271/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Chateau, « L’action de l’administration des Bâtiments civils et la production des archives de l’architecture publique (1795-1848) », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 21 | 2011, 47-58.

Référence électronique

Emmanuel Chateau, « L’action de l’administration des Bâtiments civils et la production des archives de l’architecture publique (1795-1848) », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://lha.revues.org/271 ; DOI : 10.4000/lha.271

Haut de page

Auteur

Emmanuel Chateau

Emmanuel Chateau est doctorant du Centre André Chastel. Il prépare une thèse de doctorat sous la direction de Bruno Foucart (université de Paris IV) sur le conseil des bâtiments civils (1795-1848). Ses recherches portent sur l’administration de l’architecture publique au XIXe siècle, la profession d’architecte et les relations entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Ses travaux concernent par ailleurs l’architecture des jardins zoologiques, l’édition et le livre d’architecture. Adresse électronique : emchateau@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org