Navigation – Plan du site

Étudier le rôle de l’État dans l’ornementation de la France à l’aide de la base Arcade

How to study the role of the state concerning ornamentation in France with the help of the Arcade database
Die Forschung über die Beteiligung des Staates an der Verschönerung Frankreichs mittels der Datenbank Arcade
Nathalie Albin-Portier
p. 129-138

Résumés

De quelle manière la base Arcade peut-elle enrichir une recherche sur l’ornementation de la France ? En effet, contrairement à une certaine idée reçue, les dossiers inventoriés dans Arcade ne concernent pas unique­ment des tableaux et les édifices destinataires ne sont pas que des musées. La base n’est pas qu’un fichier exhaustif de références d’archives, mais une base de données autorisant des recherches complexes permettant de faire émerger les documents, certes minoritaires, relatifs au décor des bâtiments, à l’ornementation des espaces publics, aux subventions de l’État aux villes et départements.

Ces recherches sont permises grâce au système descriptif indispensable à l’analyse des dossiers et à la rédaction des notices informatiques. Les deux outils de ce système descriptif sont une grille d’analyse d’une cinquantaine de champs et un vocabulaire documentaire – lexique et thésaurus. Les points d’accès à la base nous intéressant concerneront essentiellement :

la « nature de l’acte administratif », s’il s’agit d’une subvention à une commune ou d’une commande d’œuvre répondant des critères précis d’adéquation à un bâtiment,

la « dénomination », c’est à dire le type de l’œuvre ; on recherchera en peinture les termes panneau peint ou peinture murale, en sculpture les termes élément d’architecture ou élément architecturé

et, enfin, associé ou non à la « dénomination », le « lieu d’affectation » tels que les espaces urbains, et certains type d’édifices sous les termes administration départementale ou établissement de jeux et spectacles

Autant de termes à rechercher dans les thésaurus utilisés pour la description des dossiers et en ligne sur le site Internet d’Arcade.

Haut de page

Texte intégral

1Une présentation de la base Arcade a-t-elle sa place ? L’étude du décor architectural par le biais de la base Arcade n’apparaît pas avec évidence. On peut effectivement se demander ce que cette base – inventaire des dossiers d’acquisition d’œuvre d’art, des albums de photographies, des cahiers des musées – peut apporter à une recherche sur « l’ornementation de la France ».

2Je vais donc tenter aujourd’hui de vous montrer qu’Arcade n’est pas uniquement « la base Joconde du XIXe siècle » et qu’il est utile d’y recourir dans le cadre d’une telle recherche.

3Après un rapide rappel de l’histoire de la base, je m’attarderai sur la constitution de la base et de ses notices puis présenterai les notions, descripteurs et termes à utiliser pour mener à bien une recherche sur ce thème.

Création et historique de la base Arcade

  • 1 . 1864 à 1901

4La base Arcade est un inventaire des dossiers d’achats et commandes d’œuvres d’art par l’État, d’attribution de ces œuvres aux édifices publics et de trente-trois albums photographiques des œuvres exposées aux Salons et acquises par l’État1. Le bureau des travaux d’art, ancêtre du fond national d’art contemporain (FNAC), a produit ces dossiers aujourd’hui conservés dans la sous-série F21 « beaux-arts ». La période couverte débute à l’an X et s’achève en 1960.

5La base est entreprise en 1973 afin de répondre aux besoins des administrateurs, responsables de collections nationales ou territoriales et propriétaires ou dépositaires d’œuvres d’art. Le choix du logiciel Mistral en 1978 pour mettre en œuvre ce projet élargit les perspectives de fonctionnement et d’utilisation d’Arcade. En effet, ses larges possibilités d’interrogation permettent de passer d’un fichier exhaustif de références d’archives concernant la gestion d’œuvres d’art par l’État, initialement envisagé, à un outil rendant possible le rapprochement d’informations dispersées dans des séries de dossiers des Archives nationales, se rapportant à une même œuvre, un même artiste ou un même édifice. Le public potentiel de la base s’élargit alors aux chercheurs et historiens de l’art.

  • 2 . F21 174 ; dossier 31 [artistes], F21 447 ; dossier 6 [musées], F21 4500B ; dossier 2 ; pièce 208 (...)

6Les informations sont dispersées car les dossiers analysés sont physiquement répartis sur l’ensemble du fonds F21. Ils ont fait l’objet de versements successifs par tranche chronologique et grands domaines relevant des beaux-arts (bâtiments civils, théâtre…) et sont classés en fonction du type de l’intervention de l’État : achat ou commande, attribution aux édifices publics, attribution aux musées, inventaire des œuvres déposées dans les musées et albums photographiques des Salons. C’est la raison pour laquelle plusieurs notices apparaissent dans la base pour une même œuvre, notices considérées comme des « doublons ». Il n’y a, en fait, pas de traitement documentaire de l’infor­mation. Ces notices multiples correspondent chacune à un type d’acte et permettent de reconstituer l’historique de l’œuvre, de son achat à son attribution. Par exemple, une recherche sur « L’Automne » de Puvis de Chavannes (ill. 1), donne quatre réponses, renvoyant aux dossiers d’acquisition, d’attribu­tion au musée de Lyon, au cahier des musées et à l’album photographique2.

Ill. 1 : Quatre notices de la base Arcade, répondant à la requête : « Puvis » dans le champ « auteur » et « Automne » dans le champ « titre ».

Ill. 1 : Quatre notices de la base Arcade, répondant à la requête : « Puvis » dans le champ « auteur » et « Automne » dans le champ « titre ».

7Enfin, depuis 1973 la base a évolué, l’offre documentaire et scientifique a été améliorée, tirant le meilleur parti de l’outil et de ses évolutions technologiques. En 1993, Arcade est accessible sur Minitel. En 1997, elle est mise en ligne : on y adjoint des pages Internet riches en informations d’ordre scientifique, pratique et d’aide à l’interrogation. Enfin, les images numérisées des « Albums photographiques des Salons » sont mises en ligne en 2005 et, en 2007, les œuvres photographiées sont identifiées individuellement et un script HTML, associé à chaque image, permet d’afficher le nom de l’artiste, le titre et le numéro de l’œuvre.

L’analyse des dossiers

  • 3 . au 30 septembre 2009.
  • 4 . Tels que la direction des musées de France ou la sous-direction de l’inventaire.

8104 000 notices composent la base Arcade3. Elles résultent de l’analyse des dossiers, effectuée à l’aide du système descriptif élaboré dès la création de la base, en collaboration avec les services patrimoniaux du ministère4.

9Les deux principaux outils de ce système sont une grille d’analyse des dossiers et un vocabulaire documentaire, lexique et thésaurus, qui ont pour but d’exprimer avec précision le contenu des dossiers et d’assurer l’homogénéité des analyses.

10Cette grille compte une quarantaine de champs, structurés en quatre chapitres décrivant : le dossier, l’œuvre, son historique, ses mouvements, plus un champ commentaire en texte libre qui permet de faire figurer toute information d’importance qui n’aurait pas trouvé place dans l’analyse.

11La description du dossier comporte la cote du document suivie d’une première indication du type d’intervention de l’État traitée dans le dossier. Il s’agit des mentions entre crochets : [artistes] pour les achats ou commandes, [départements] pour l’attribution à un édifice public, [musées] pour l’attribution à un musée ou [photos des Salons] pour une photographie d’album. S’y ajoutent les dates des arrêtés d’acquisition et/ou d’attribution lorsqu’ils figurent dans le dossier et deux champs à lexiques associés relatifs à la nature de l’acte administratif engagé par l’État vis à vis de l’œuvre, de l’artiste ou de l’édifice et à la procédure, c’est-à-dire le stade de réalisation de l’action administrative décrite dans le dossier.

  • 5 . F21 2123 [artistes]
  • 6 . F21 666 (*) folio 4 [photos des salons]

12La description de l’œuvre comporte tout d’abord cinq champs relatifs aux intervenants. Le plus fréquemment utilisé est l’auteur, mais aussi l’exécutant (praticien, graveur, …), le bénéficiaire (lorsque ce n’est pas l’auteur, il peut s’agir de sa veuve, ses héritiers etc.), l’auteur copié – on connaît l’importance de la copie au XIXe siècle – et, beaucoup plus rarement renseigné, le champ relatif à l’école. Suivent trois champs relatifs au type de l’œuvre, ayant chacun un lexique associé : dénomination mentionnant le domaine auquel appartient l’œuvre : peinture, sculpture… ainsi que matériaux et technique. L’iconographie est analysée à l’aide de six champs dont le titre, transcrit tel qu’il figure dans le dossier. C’est à partir du titre que l’on déduit la description iconographique figurant dans le champ représentation, ce dernier est associé à un thésaurus iconographique. Il est important de préciser que le rédacteur de la notice n’a pas l’œuvre sous les yeux mais un dossier administratif, une analyse iconographique fine n’est donc pas possible. On citera l’exemple amusant du dossier concernant l’œuvre de Bonnefoy « Les petits fiancés »5. L’œuvre serait a priori indexée par le terme « idylle ». Or une photographie figurant dans les albums de Salons6 (ill. 2) nous montre que l’œuvre représente en réalité deux petites chèvres, l’indexation sera donc toute autre. Enfin, trois champs permettent de préciser le contenu du titre : mot clé lieu, matière et personne, complétés si besoin par une indication de la source littéraire.

Ill. 2 : « Les petits fiancés », d’Henry Bonnefoy

Ill. 2 : « Les petits fiancés », d’Henry Bonnefoy

Tirage sur papier albuminé, appartenant à l’album de photographies des Salons : Direction des Beaux-Arts. Ouvrages commandés ou acquis par le Service des Beaux-Arts. Salon de 1899. Photographiés par L. Mercier. Arch. nat., F/21*/7666, fol. 4.

Cl. Arch. nat.

13L’historique de l’œuvre mentionne l’exposition à laquelle l’œuvre est présentée, les numéro d’inventaire et lieu de dépôt, le prix d’achat, ainsi que les documents graphiques ou iconographiques présents dans le dossier : rapport d’inspecteur, lettre de l’artiste ou de recommandation et document iconographique tels que les plans, relevés, photographies…

14Le mouvement de l’œuvre indique les lieux et édifices d’affectation de l’œuvre. Ces deux informations sont mentionnées telles qu’elles figurent dans le dossier et sous une forme normalisée. Pour le lieu, ce sont les formes actuel­les du département et de la commune ; pour l’édifice, un thésaurus a été élaboré. À ces informations s’ajoute la précision, moins fréquente, de la provenance – lorsqu’il s’agit de dossier d’échange – et affectation diverse, destinée à indiquer les affectataires d’une œuvre qui ne figureraient pas dans le thésaurus « Édifice », le plus souvent personne privée ou morale.

15À ces quatre chapitres s’ajoutent des champs de gestion permettant, entre autre, les liens vers les images ou d’autres bases.

Interroger la base

16Ces outils documentaires permettent donc de produire des données précises et homogènes ; leur utilisation va aussi faciliter la pertinence de l’interrogation de la base. Indispensables pour une interrogation précise, ils sont en ligne sur le site Internet d’Arcade.

  • 7 . http://www.culture.gouv.fr/documentation/arcade/pres.htm
  • 8 8. Cf. ci-dessus « l’analyse des dossiers », « la description du dossier ».

17Le formulaire d’interrogation de la base7 est constitué de huit rubriques. La première « recherche texte libre… » est un index global des champs de la base. Les cinq suivantes sont des regroupements des champs, je ne les détaillerai pas ici. Pour exemple la rubrique « Artistes » regroupe les champs auteur, bénéficiaire, auteur copié, exécutant, commentaire. Deux de ces rubriques comportent un menu déroulant, permettant de faire porter sa requête non sur un regroupement de champs, mais sur un champ unique et ainsi de restreindre sa recherche. Deux requêtes prédéterminées donnent accès directement au type de dossiers8 ou aux notices avec images. Enfin, l’icône à la fin de chacune des rubriques du formulaire permet d’accéder à la liste alphabétique du contenu du champ, puis au lexique ou thésaurus quand il en existe un, ainsi qu’au détail des champs regroupés dans la rubrique sélectionnée. « ET » est l’opérateur booléen implicite entre les rubriques.

18L’utilisation des lexiques et thésaurus est d’autant plus importante qu’on pense plus pour Arcade « peinture » et « attribution aux musées et / ou aux églises » que décor. Ce type d’œuvres est cependant bien présent dans la base et il serait dommage de l’ignorer. La consultation des lexiques et thésaurus peut donc fournir des éléments de recherche précieux.

19Les principaux points d’accès intéressant notre recherche sont : la nature de l’acte administratif, la dénomination, l’édifice d’affectation de l’œuvre et éventuellement les affectations diverses.

Premier point d’accès : la nature de l’acte administratif9

  • 9 . Champ nature de l’acte, auquel on accède par un des deux menus déroulants.

20Ce champ indique le mode d’acquisition des œuvres. Deux s’imposent en ce qui concerne les décors : la commande et la subvention. Ce ne sont pas les actes les plus fréquents dans la base puisqu’on relève 14 500 commandes et 1 163 subventions pour 40 000 achats.

  • 10 . F21 4238, dossier 34.

21La commande est évidemment le mode d’acquisition privilégié pour la recherche qui nous intéresse : l’État ou une collectivité demande à l’artiste de réaliser un travail spécifique pour un édifice, selon des critères esthétiques et matériels définis. La photographie annotée et cotée que l’on trouve dans le dossier de commande10 à Paul Loiseau-Rousseau de « La France, l’art, industrie » (ill. 3), destinée à la façade de la préfecture de Saint-Étienne (Loire) représente bien cet impératif de l’artiste d’adapter son œuvre à l’existant.

Ill. 3 : « La France, l’art, l’industrie », de Paul Loiseau-Rousseau

Ill. 3 : « La France, l’art, l’industrie », de Paul Loiseau-Rousseau

Tirage aristotype, dossier de commande du modèle en plâtre, 1899. Arch. nat., F/21/4238, d. 34

Cl. Arch. nat.

22La subvention de l’État, quant à elle, est sollicitée par les départements ou les communes, le plus souvent en vue de l’érection d’un monument. Ainsi, plus de la moitié des 1 163 subventions inven­toriées dans Arcade concerne des monuments ou des œuvres affectées à des espaces publics. Le projet relève alors de l’administration territoriale et l’État y apporte son soutien financier.

Deuxième point d’accès : le type de l’œuvre11

  • 11 . Rubrique type de l'œuvre qui comprend les champs : dénomination, stade de l’œuvre, matériau, tec (...)

23Les principaux domaines artistiques présents dans la base sont la peinture et la sculpture. Les décors relèvent de ces deux domaines, mais il faut évidemment préciser la recherche à l’aide du lexique approprié.

24À titre anecdotique, on trouve quelques bâtiments dans ce champ, 47 notices renvoient à des demandes de subvention pour la restauration, l’embellissement d’églises, de musées et parfois d’écoles d’art ou de dessin : ces édifices sont alors considérés comme « l’œuvre », objet du dossier.

  • 12 . F21 4279 ; dossier 89.

25Plus concrètement, la peinture est le domaine le plus représenté dans la base. 57 000 notices répondent à la requête « peinture ». Le recours aux termes spécifiques de ce générique, peu nombreux, tels que ensemble peint, panneau peint ou peinture murale nous permet de repérer 808 notices, présentant des œuvres susceptibles d’intégrer un ensemble architectural, comme nous le confirment souvent les commentaires des notices ou encore les documents graphiques parfois joints aux dossiers. Ainsi la commande de deux panneaux peints à Pierre Vauthier12, « Les quatre âges de l’ingénieur » (ill. 4), destinée à la décoration de la salle d’honneur de l’École centrale des arts et manufactures répond à la requête « panneau peint » et deux dessins aquarellés présentent la décoration en situation.

Ill. 4 : « Les quatre âges de l’ingénieur », de Pierre Vauthier

Ill. 4 : « Les quatre âges de l’ingénieur », de Pierre Vauthier

Élévation avec décor projeté aquarellée, dossier de commande de deux panneau peints, 1908. Arch. nat., F/21/4279, d. 89

Cl. Arch. nat.

  • 13 . F21 4243 ; dossier 48.

26Le deuxième type d’œuvre à nous intéresser est la sculpture. Dans ce domaine, le terme générique décor d’architecture, déjà très intéressant, peut être précisé par ses nombreux spécifiques : élément d’architecture, élément architecturé, dont les cariatide, chapiteau, cheminée, frise, fronton, trophée ; ainsi que les monuments, dont monument civilfontaine et pont –, ou commémoratif , funéraire ou militaire. On citera, entre autres, répondant à la requête « fontaine », la commande à Mars-Vallett13 d’une « Fontaine aux colimaçons » en pierre, destinée à la ville de Chambéry (Savoie) (ill. 5).

Ill. 5 : « Fontaine aux colimaçons », de Mars-Vallett

Ill. 5 : « Fontaine aux colimaçons », de Mars-Vallett

Tirage sur papier [gaslight], dossier de commande d’une fontaine en pierre, 1914-1919. Arch. nat., F/21/4243, d. 48

Cl. Arch. nat.

Troisième point d’accès : lieu d’affectation ou affectation diverse

  • 14 . F21 4199, dossier 50.

27Les musées occupent une part importante dans les lieux d’affectation des œuvres. L’interrogation de ces deux champs permet, cependant, de repérer les édifices des administrations départementales, municipales ou liés à l’enseignement, auxquels on pense assez facilement, mais surtout des lieux d’affectation moins évidents tel qu’un arc monumental, un obélisque ou une tour. On retrouvera donc, relevant du terme générique espace urbain : les jardins, gares, places, salles de jeux ou de spectacle, théâtres, opéras, salles des fêtes, sociétés musicales, associations sportives, casinos et, relevant des monuments et ouvrages d’art, les nombreux monuments commémoratifs… Le dossier de commande à Jean Descomps14 d’une statue, La musique, « pour décorer la façade du théâtre d’Agen » (ill. 6), est représentatif de l’utilité du recours à ce critère, en effet, l’acquisition d’une statue, mentionnée comme telle dans le champ dénomination, passerait inaperçue, en revanche son affectation à un édifice public nous indique que cette œuvre appartient au décor de l’édifice.

Ill. 6 : « La musique, statue destinée à décorer la façade du théâtre d’Agen », de Jean Descomps

Ill. 6 : « La musique, statue destinée à décorer la façade du théâtre d’Agen », de Jean Descomps

Tirage aristotype, dossier de commande d’une sculpture en pierre, 1907. Arch. nat., F/21/4199, d. 50

Cl. Arch. nat.

28Il en va de même pour des bustes, sculptures qui n’apparaissent comme des décors d’édifices publics que par leur affectation à des fontaines ou monuments …

29Enfin une recherche sur le terme ville ou commune dans le champ affectations diverses peut permettre aussi de repérer des œuvres affectées à des espaces publics et qui sont des éléments de décor.

30Sans être majoritaires, les œuvres relevant du décor des édifices et espaces publics, sculptés ou peints, sont donc bien représentées dans la base. Elles sont moins visibles, certes, que les peintures mais les possibilités de les repérer sont nombreuses, grâce aux outils documentaires et informatiques qui sont mis à la disposition des chercheurs. Leur variété est une des richesses de la base et cette journée d’étude aura été l’occasion de mettre en valeur cet aspect moins connu d’Arcade.

Haut de page

Notes

1 . 1864 à 1901

2 . F21 174 ; dossier 31 [artistes], F21 447 ; dossier 6 [musées], F21 4500B ; dossier 2 ; pièce 208 [cahiers des musées], F21 7635 (*) folio 1 [photos des salons]

3 . au 30 septembre 2009.

4 . Tels que la direction des musées de France ou la sous-direction de l’inventaire.

5 . F21 2123 [artistes]

6 . F21 666 (*) folio 4 [photos des salons]

7 . http://www.culture.gouv.fr/documentation/arcade/pres.htm

8 8. Cf. ci-dessus « l’analyse des dossiers », « la description du dossier ».

9 . Champ nature de l’acte, auquel on accède par un des deux menus déroulants.

10 . F21 4238, dossier 34.

11 . Rubrique type de l'œuvre qui comprend les champs : dénomination, stade de l’œuvre, matériau, technique.

12 . F21 4279 ; dossier 89.

13 . F21 4243 ; dossier 48.

14 . F21 4199, dossier 50.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Quatre notices de la base Arcade, répondant à la requête : « Puvis » dans le champ « auteur » et « Automne » dans le champ « titre ».
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Ill. 2 : « Les petits fiancés », d’Henry Bonnefoy
Légende Tirage sur papier albuminé, appartenant à l’album de photographies des Salons : Direction des Beaux-Arts. Ouvrages commandés ou acquis par le Service des Beaux-Arts. Salon de 1899. Photographiés par L. Mercier. Arch. nat., F/21*/7666, fol. 4.
Crédits Cl. Arch. nat.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Ill. 3 : « La France, l’art, l’industrie », de Paul Loiseau-Rousseau
Légende Tirage aristotype, dossier de commande du modèle en plâtre, 1899. Arch. nat., F/21/4238, d. 34
Crédits Cl. Arch. nat.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Ill. 4 : « Les quatre âges de l’ingénieur », de Pierre Vauthier
Légende Élévation avec décor projeté aquarellée, dossier de commande de deux panneau peints, 1908. Arch. nat., F/21/4279, d. 89
Crédits Cl. Arch. nat.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Ill. 5 : « Fontaine aux colimaçons », de Mars-Vallett
Légende Tirage sur papier [gaslight], dossier de commande d’une fontaine en pierre, 1914-1919. Arch. nat., F/21/4243, d. 48
Crédits Cl. Arch. nat.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Ill. 6 : « La musique, statue destinée à décorer la façade du théâtre d’Agen », de Jean Descomps
Légende Tirage aristotype, dossier de commande d’une sculpture en pierre, 1907. Arch. nat., F/21/4199, d. 50
Crédits Cl. Arch. nat.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Albin-Portier, « Étudier le rôle de l’État dans l’ornementation de la France à l’aide de la base Arcade », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 21 | 2011, 129-138.

Référence électronique

Nathalie Albin-Portier, « Étudier le rôle de l’État dans l’ornementation de la France à l’aide de la base Arcade », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/285 ; DOI : 10.4000/lha.285

Haut de page

Auteur

Nathalie Albin-Portier

Nathalie Albin-Portier, née en 1966, chargée d’études documentaires, est actuellement responsable des bases de données Arcade et Léonore à la section du XIXe siècle des Archives nationales, site de Paris. Licenciée en histoire de l’art, elle a soutenu, en lettres modernes, un mémoire de maîtrise Stendhal et Raphaël dans les Promenade dans Rome (1989), puis un mémoire de DEA Mérimée, Inspecteur des monuments historiques (1991). À la suite d’un travail de recherche et de valorisation sur les albums photographiques des Salons – dont les images numérisées venaient d’être mises en ligne – elle a présenté les résultats de ses recherches au colloque du CTHS de 2007 (Des images et des mots, Les documents figurés dans les archives) dans une communication ayant pour titre « Les albums photographiques des Salons, genèse et postérité ». Adresse électronique : nathalie.albin-portier @culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org