Navigation – Plan du site

À l’origine du gothique comtois : entre esthétique cistercienne et historicisme

At the origin of Gothic art of Franche-Comté: between Cistercian aesthetic and historicism
Die Ursprünge der Gotik in der Grafschaft Burgund : Zwischen Zisterzienserästhetik und Historizismus
Fabienne Jeudy
p. 69-81

Résumés

L’art gothique apparu en Île-de-France dès 1135 atteignit le nord du comté de Bourgogne – actuelle Franche-Comté – vers 1160. En ce territoire à la charnière entre le royaume de France et le Saint Empire dont il relevait depuis le début du XIe siècle, l’esprit était alors à l’austérité. La réforme grégorienne avait eu un tel retentissement que la vie artistique elle-même en fut impactée. Sur le plan architectural, les maîtres d’œuvre, délaissant les recherches menées jusqu’alors en termes de structure et de voûtement notamment, étaient revenus jusqu’à des modèles de l’Antiquité tardive y compris pour la première église du diocèse, la cathédrale de Besançon. Cette tradition romane de simplicité ne pouvait être ébranlée que par un ordre disposé à la sobriété, l’ordre cistercien, dont une vague de représentants déferla sur le comté dans les années 1130-1140. C’est sans doute à la suite de l’un des leurs, l’évêque Godefroy de la Roche-Vanneau, qui reconstruisait non loin de là, à Langres, sa cathédrale, et fut sans doute l’instigateur des travaux de reconstruction de l’abbatiale cistercienne de Clairvaux au milieu du XIIe siècle dans le comté de Champagne limitrophe également, que les moines blancs installés dans le comté de Bourgogne s’approprièrent les formes gothiques. L’art gothique fut dans un premier temps l’apanage de leurs constructions parmi lesquelles l’abbatiale de Cherlieu d’ampleur comparable à la cathédrale de Langres. Les éléments les plus significatifs de l’art gothique (voûtes d’ogives, supports adaptés aux retombées, contreforts) ne se propagèrent à l’ensemble des édifices comtois qu’à l’aube du XIIIe siècle. Ceux-ci, bien que d’emblée dotés d’une modénature attestant d’une connaissance des maîtres d’œuvre du gothique classique d’Île-de-France, ne se départirent cependant jamais des valeurs de mesure et de sobriété de la tradition romane et cistercienne du XIIe siècle, jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle, comme en l’un des fleurons du monachisme comtois, l’abbatiale de Luxeuil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le comté de Bourgogne relève du Saint Empire germanique depuis 1032.
  • 2 Le diocèse de Besançon englobe alors la majeure partie du comté de Bourgogne.
  • 3 Y compris à la cathédrale de Besançon dont le parti architectural au XIIe siècle témoigne d’un rega (...)

1Au Moyen Âge, le comté de Bourgogne (la Franche-Comté) est une terre de confins prise en tenaille, sur le plan géopolitique, entre deux grandes puissances : à l’est, le Saint Empire dont elle relève aux XIIe et XIIIe siècles1 ; à l’ouest, le royaume de France dont elle partage, entre autres, la langue. Peu de centres urbains d’envergure jalonnent ce territoire : Besançon reste une enclave et si certaines villes comme Salins et Poligny, fiefs des comtes de Bourgogne, se distinguent quelque peu, les agglomérations d’importance sont rares et elles correspondent, comme à Lure et Luxeuil dans le nord du comté, à Saint-Claude et Baume-les-Messieurs dans le sud, à d’anciennes abbayes (monastères immunistes) issues du haut Moyen Âge. Quant à l’architecture médiévale comtoise, depuis le début du XIIe siècle, elle puise ses fondements dans un cadre spirituel fortement empreint de la tradition érémitique qui se vit renforcée par l’implantation massive de communautés réformées –essentiellement canoniales – particulièrement enclines à l’austérité et au dépouillement, notamment dans le nord du diocèse2. L’impact de la réforme grégorienne sur les esprits fut tel qu’il se reflète dans l’architecture religieuse. Dès lors, les maîtres d’œuvres locaux rejetèrent toutes tentatives de prouesses techniques telles qu’elles furent généralement menées dans l’art roman du XIIe siècle, alors même qu’ils avaient été à la pointe de ces recherches au XIe siècle. Ils se montrèrent également réfractaires aux nouveaux modes de construction gothiques en vogue dans le royaume de France et construisirent des édifices simples, aux parois inarticulées3, sombres et charpentés, jusqu’à une date avancée. Ainsi, à un particularisme politique et religieux, ce territoire allie au XIIe siècle une spécificité architecturale. La situation évolua quelque peu dans le troisième quart du siècle avec l’arrivée des cisterciens. Réputés pour leurs valeurs d’austérité, ils contribuèrent paradoxalement à la diffusion du nouvel art de bâtir apparu en Île-de-France dès 1135 et ouvrirent une voie sur laquelle les maîtres d’œuvre comtois s’engagèrent peu à peu.

L’adoption de l’art gothique dans le nord du comté de Bourgogne et ses marges au XIIe siècle

  • 4 Fang Sheng Wu, La cathédrale de Langres et sa place dans l’art du XIIe siècle, thèse de doctorat, s (...)
  • 5 Jacques Henriet, À l’aube de l’architecture gothique, Besançon, 2005, pp. 173-267.
  • 6 Jacques Henriet, « L’abbatiale cistercienne de Cherlieu », dans Éliane Vergnolle, La Création archi (...)

2Le paysage architectural fut profondément renouvelé dans l’est du royaume de France à partir du milieu du XIIe siècle par la reconstruction de la cathédrale de Langres. Il s’agit d’un des tout premiers monuments dans lequel furent introduites les nouvelles formules gothiques édifié dans un environnement proche du nord comtois. Godefroy de la Roche-Vanneau, prieur de l’abbaye cistercienne de Clairvaux, évêque de Langres de 1138 à 1162 grâce à l’appui de Bernard de Clairvaux, fut à l’origine de ce chantier. Ce prélat particulièrement sensible à l’architecture avait très vite assimilé la révolution gothique. Il créa pour la cathédrale champenoise un parti original, synthèse entre les modèles clunisiens, l’idéal cistercien et les innovations techniques du premier art gothique d’Île-de-France4. Dans le chevet, la travée de chœur et le déambulatoire, dotés d’un voûtement d’ogives dès 1150 environ, témoignent d’une parfaite connaissance du premier art gothique de la part du maître d’œuvre. Ce que confirme non seulement la présence d’arcs-boutants sous combles mais également l’élévation intérieure à trois niveaux, avec des ouvertures sous combles qui pourraient avoir été inspirées par celles des premiers édifices gothiques d’Île-de-France dont la cathédrale de Sens5. Godefroy de la Roche-Vanneau fut, à cet égard, un précurseur qui a largement contribué à la diffusion du nouvel art de bâtir dans l’ensemble de la région : il fut l’instigateur des travaux de construction de la troisième abbatiale de Clairvaux dans les années 11506. Le plan du chevet de cet édifice (abside ceinte d’un déambulatoire ouvrant sur neuf chapelles rayonnantes) relevait de la première architecture gothique tout en conservant l’exigence de simplicité de l’ordre cistercien. Ce chantier, qui avait également eu recours à la voûte d’ogive, a selon toute vraisemblance inspiré les travaux de la première fille de Clairvaux, Cherlieu, dans le comté de Bourgogne.

3Des cisterciens venus de Clairvaux s’installèrent sur le site de Cherlieu en 1131. L’abbaye connut un essor rapide et elle parraina avant même la fin de la décennie 1130-1140 une autre abbaye comtoise : l’abbaye d’Acey.

Église Notre-Dame d’Acey (Doubs).

Église Notre-Dame d’Acey (Doubs).

Vue nord-est de l'abbatiale.

Cl. F. Jeudy

4L’abbatiale de Cherlieu adopta, vers 1160-1170, pour le plan et l’élévation le modèle de la troisième abbatiale de Clairvaux. Elle a aujourd’hui presque entièrement disparu mais des visites du XVIIIe siècle et quelques documents graphiques permettent de restituer une nef de huit travées à trois vaisseaux. L’élévation du vaisseau central comportait trois niveaux séparés par des cordons : grandes arcades en arc brisé surmontées dans chaque travée d’une baie en plein-cintre ouvrant sur les combles puis d’une fenêtre haute d’ampleur modeste, en plein-cintre également. Cette élévation reprenait celle des grands édifices gothiques d’Île-de-France, tout en la simplifiant par une muralité affirmée. Grâce à des sondages archéologiques, le plan des piles a été levé. Il s’avère que les supports étaient une reproduction de ceux de la nef de la cathédrale de Langres, jusque dans leurs dimensions exactes ; seule la modénature était différente. Des arcs-boutants contrebutaient la nef couverte d’ogives, comme à Langres et à Clairvaux.

  • 7 En moins de dix ans (vers 1130-1140), une douzaine d’abbayes cisterciennes virent le jour dans le c (...)

5Par la rigueur des formes, les cisterciens soumirent l’architecture gothique à une esthétique minimaliste ; dès lors cette architecture put trouver grâce aux yeux des maîtres d’ouvrage comtois qui, eux aussi, obéissaient à des motivations spirituelles marquées par l’ascétisme et s’efforçaient d’adapter leurs constructions à ces idéaux depuis le début du XIIe siècle. La construction de l’abbatiale de Cherlieu, édifice d’envergure dans un environnement architectural modeste, ne pouvait que marquer durablement les esprits, de même que les nombreux autres édifices cisterciens mis en œuvre sur le sol comtois dont la plupart ont disparu7. On constate que ces constructions inspirèrent d’emblée les maîtres d’œuvre d’édifices étrangers à l’ordre, comme l’église Notre-Dame de Courtefontaine dans le troisième quart du XIIe siècle. Outre une contamination de proximité, on observe également l’intervention directe des moines cisterciens qui distillèrent leurs préceptes dans les paroisses dont ils avaient la charge, notamment à Purgerot (fin du XIIe siècle), dont la nef voûtée d’ogives possède des supports similaires à ceux que l’on trouve dans l’abbatiale de La Grâce-Dieu, construite à partir de 1139. Ils pourraient également être à l’origine du renouveau des sanctuaires à chevet plat à partir du troisième quart du siècle. À l’instar de l’église cistercienne d’Acey, un certain nombre d’abbatiales de l’ordre possédaient ce type de chevet : Colonges, Buillon, La Charité dans le nord du comté, Balerne et Rosières dans le sud. Mais ce n’est qu’aux environs de 1200, à une date proche de la consécration de Notre-Dame de Cherlieu, que les nouvelles formes architecturales inaugurées dans le comté de Bourgogne par les cisterciens dès 1160 se généralisèrent à l’ensemble des constructions comtoises. Dès lors, l’incursion récurrente, tel un leitmotiv, d’éléments de modénature issus de l’architecture des moines blancs illustre le rayonnement des abbatiales récemment sorties de terre et leur rôle dans la propagation des formes gothiques. Comme les cisterciens, les maîtres d’œuvre locaux adaptèrent l’art gothique à leurs traditions constructives, ce qui confère aux édifices comtois un caractère propre mais rend plus difficile leur approche chronologique. Il en va ainsi de l’église de Pesmes que de rares indices architecturaux nous permettent de situer dans les années 1230-1240. Bien que dotée d’un voûtement d’ogives, elle adopte une muralité particulièrement affirmée ; son élévation est à deux niveaux seulement : des grandes arcades et, au-delà d’une large surface murale inarticulée, des fenêtres hautes très réduites Ses parements en petit appareil irrégulier ont d’ailleurs longtemps conduit à la considérer comme une construction romane.

Église Saint-Hilaire de Pesmes (Haute-Sâone).

Église Saint-Hilaire de Pesmes (Haute-Sâone).

Élévation sud de la nef.

Cl. F. Jeudy.

L’architecture comtoise dans la première moitié du XIIIe siècle ou l’adaptation des formes gothiques à l’architecture traditionnelle

  • 8 Au XIIIe siècle, la saturation de l’espace entraîna une baisse des fondations religieuses.
  • 9 L’usage de la bretture notamment est très répandu.
  • 10 Éliane Vergnolle, « L’abbatiale de Cherlieu (Haute-Saône) », dans Abbayes et abbatiales cistercienn (...)

6À la charnière entre le XIIe et le XIIIe siècle, un grand nombre d’églises, paroissiales pour la plupart, sont mises en œuvre ou modernisées8. Tous les édifices qui, comme au siècle précédent, demeurent de dimensions modestes, intègrent désormais certaines formules gothiques. Mais les maîtres d’œuvres optent pour des plans et des volumes aux formes simples : les édifices de plans basilicaux, à nef unique ou à trois vaisseaux, ont en commun le plan rectangulaire de leur sanctuaire. Ce type de chevet, qui avait rencontré une certaine fortune au XIe siècle dans le diocèse de Besançon, connut un renouveau dans la seconde moitié du XIIe siècle, par exemple à Grandecourt et Courtefontaine, pour perdurer au XIIIe siècle, d’autant plus qu’il permet de voûter sans grande difficulté un sanctuaire de dimensions modestes. Ces maîtres d’œuvre qui, même timidement, commençaient à adopter les novations gothiques mirent alors un terme aux recherches menées dans le domaine de la stéréotomie par leurs prédécesseurs qui partageaient un intérêt significatif pour les techniques inspirées de la construction romaine. On ne trouve plus, à partir de la fin du XIIe siècle ou du début du siècle suivant, les parois lisses en grand appareil de tradition antiquisante de la cathédrale de Besançon mais également d’édifices plus modestes tels Marast ou Grandecourt. En revanche, le jeu sur les variations de taille9, poussé très loin par les cisterciens10, eut une véritable postérité. Il devint même une caractéristique de l’architecture gothique comtoise jusqu’à une date avancée.

7À quelques exceptions, comme les deux travées formant le chœur de l’église d’Autrey-les-Gray (vers 1200) voûtées d’un berceau brisé, passéisme faisant probablement écho aux constructions cisterciennes romanes, les édifices comtois sont désormais dotés de voûtes d’ogives quadripartites et, à l’extérieur, des contreforts épaulent les murs. La modénature des ogives et doubleaux correspond à celle qui fut utilisée lors des premières expériences gothiques au XIIe siècle en Île-de-France que transmirent les cisterciens aux édifices de la région (les doubleaux consistent dans la plupart des cas en un bandeau brisé à angles vifs ou chanfreinés). Les ogives sont, le plus souvent, formées d’un bandeau ou de tores et, comme à Fontenay ou à Pontigny, elles peuvent reposer sur les supports par l’intermédiaire de congés (au Saint-Esprit de Besançon vers 1210 ou à Charcenne vers 1220, ce qui témoigne, une fois de plus, de l’attraction que suscitaient les modèles cisterciens sur les constructions étrangères à l’ordre.

Ancienne église Notre-Dame de l’Assomption (Charcenne (Haute-Saône).

Ancienne église Notre-Dame de l’Assomption (Charcenne (Haute-Saône).

Chapiteaux nord-ouest du portail.

Cl. F. Jeudy.

8L’adoption de la voûte d’ogives s’accompagna sans attendre d’une réflexion sur les piles. Les supports simples mis en œuvre dans les édifices au siècle précédent étaient en effet mal adaptés à ce nouveau mode de couvrement bien que les culots, fréquemment utilisés dans l’architecture cistercienne, conservèrent les faveurs de quelques maîtres d’œuvres comme à Bétoncourt-les-Ménétriers (vers 1200). Les supports les plus répandus sont formés d’une colonne engagée dans la section d’une pile cruciforme dans les angles de laquelle prennent place des colonnettes. On les trouve du nord au sud du comté, de Jonvelle à Salins par exemple (vers 1220).

Église Saint-Pierre de Jonvelle (Haute-Saône).

Église Saint-Pierre de Jonvelle (Haute-Saône).

Mur sud du chœur.

Cliché F. Jeudy.

9Né en Île-de-France au cours du premier art gothique, ce type de pile composée à partir d’un faisceau de colonnettes masquant entièrement le noyau fut réinterprété à Langres avec une certaine simplification, notamment par l’emploi d’un nombre moins élevé de colonnettes. Les supports de la cathédrale champenoise consistent en effet en des piles cruciformes aux angles desquelles des colonnettes (en délit dans le chevet puis appareillées dans la nef) reçoivent les ogives, et dotées du côté du haut vaisseau d’un pilastre destiné à recevoir les doubleaux. Le maître de Cherlieu reprit ces supports qui, à leur tour, inspirèrent l’architecte de l’abbatiale d’Acey (vers 1160), fille de Cherlieu.

Ancienne église Notre-Dame de Cherlieu (Haute-Saône).

Ancienne église Notre-Dame de Cherlieu (Haute-Saône).

Mur de la dernière travée du collatéral nord de la nef.

Cl. F. Jeudy.

10Quant aux églises de Jonvelle et de Bourbévelle (vers 1220), dans le nord du comté de Bourgogne, elles reviennent directement au modèle du chevet de Langres, puisque les colonnettes qui reçoivent le voûtement sont en délit, alors qu’elles sont appareillées à Cherlieu et Acey. Bien qu’acceptant de nombreuses variations formelles, ce type de support, issu de Langres et repris dans les grandes abbatiales cisterciennes de la région, perdura tout au long du XIIIe siècle dans le comté de Bourgogne. Plus simples que les piles composées usitées en Île-de-France, elles témoignent de la difficulté des architectes comtois de se libérer du joug d’une tradition architecturale empreinte de massivité et de robustesse, comme on peut notamment le constater à Autrey-les-Gray ou Bousseraucourt (autour de 1200), qui découle indéniablement de Cherlieu, ce que montre, entre autres, un chapiteau quadrangulaire taillé en biseau qui est une réplique de ceux du transept de cette dernière abbatiale. Ces deux édifices partagent également l’absence de bases pour les colonnettes qui reposent directement sur une plinthe quadrangulaire.

11À l’inverse de ce qui s’était produit en Île-de-France, l’adoption de la voûte d’ogives et de supports adaptés à sa réception n’a pas entraîné de grande innovation en matière de plastique murale. Les baies, bien que plus élancées que celles des édifices du XIIe siècle, restent de petites dimensions, à tel point que pour certaines d’entre elles, on constate la permanence de linteaux échancrés de type roman : l’intrados étant découpé dans un seul bloc de pierre. Les recherches décoratives menées autour des baies au XIIe siècle n’ont cependant pas été poursuivies. On ne trouve plus, par exemple, les claveaux extradossés déterminant des motifs en forme d’escalier au contact des assises voisines. Il en va de même des façades. Ainsi, la façade-écran d’Autrey-les-Gray demeure ancrée dans la tradition cistercienne romane : seuls un portail encadré de voussures et une baie surmontée d’une archivolte ajourent sa partie médiane, alors que le tympan a été laissé nu.

Église Saint-Didier de Autrey-les-Gray (Haute-Saône).

Église Saint-Didier de Autrey-les-Gray (Haute-Saône).

Façade occidentale.

Cl. F. Jeudy

12De façon plus générale, le parti architectural de l’église d’Autrey-les-Gray témoigne, à nouveau, du peu d’enthousiasme de la part des architectes comtois à se détacher de leur propre tradition, ce qu’illustrent l’élévation à deux niveaux de la nef et le type des piles. Seule l’adoption de contreforts vient nuancer l’habitude régionale des murs inarticulés. À côté de l’adoption des ogives, la présence de contreforts doit alors être considérée comme un autre indice, plus discret mais tout aussi significatif, de la pénétration des modes de construction gothiques, alors même que, dans le cas d’Autrey, le chevet, bien qu’épaulé par des contreforts, demeure voûté en berceau.

13Si l’on synthétise ces dernières observations, on peut constater qu’à l’aube du XIIIe siècle, les églises comtoises adoptent, de façon indirecte, les principaux caractères du nouvel art de bâtir d’Île-de-France, mis en place autour des années 1140-1150, par le truchement de constructions cisterciennes élevées dans le troisième quart du XIIe siècle. Elles sont le plus souvent couvertes d’ogives qui, malgré quelques tâtonnements, retombent sur des supports conçus en fonction des nervures de la voûte ; elles sont également épaulées par des contreforts. Par bien des aspects, les édifices restent cependant fidèles au courant spécifique de l’architecture romane qui s’était développée à partir du début du XIIe siècle, tant par l’épaisseur des maçonneries que par les petites dimensions des fenêtres ou l’importance laissée à la paroi, ce qui était d’ailleurs compatible avec l’austérité des constructions de l’ordre auxquelles les constructeurs comtois se sont référés. Pourtant, s’ils conservèrent un certain nombre de caractères inhérents à leur architecture romane du XIIe siècle et ceux issus du premier art gothique, les architectes ne virent pas d’inconvénients à adopter la modénature et le répertoire ornemental sculpté en vigueur dans les grands édifices gothiques élevés autour de 1200. Inversement, lorsque ces éléments sont absents, toute tentative d’asseoir une chronologie précise se révèle d’autant plus hasardeuse.

14En ce début du XIIIe siècle et jusqu’à une date parfois avancée dans le siècle, à l’extérieur des édifices, ni la modénature ni le décor ne viennent nuancer la muralité des constructions, si ce n’est la corniche soutenue par des modillons en dents d’engrenage héritée du XIIe siècle cistercien. Aussi, les profils des bases et les moulures des supports constituent le plus souvent nos seuls repères chronologiques. La majorité des bases adoptent le profil attique répandu dans le premier tiers du XIIIe siècle (deux tores arrondis – le tore supérieur moins développé que le tore inférieur – séparés par une gorge). La mouluration des tailloirs renvoie également à des spécimens réalisés dans les régions limitrophes au début du XIIIe siècle. Cependant, le recours à ces profils bien de leur temps n’empêche nullement de continuer à utiliser ceux qui avaient été en vogue aux générations précédentes, ni même d’introduire certains effets de variation, créant ainsi une impression d’instabilité à l’intérieur du même édifice guère compatible avec le principe unitaire de la modénature gothique à cette période. En ce qui concerne les chapiteaux, la majorité d’entre eux sont pourvus de crochets. Si les chapiteaux à crochets de Jonvelle s’inspirent de ceux de la cathédrale de Langres, ailleurs, la filiation est délicate à déterminer.

Église Saint-Pierre Jonvelle (Haute-Saône).

Église Saint-Pierre Jonvelle (Haute-Saône).

Chapiteaux de la pile médiane sud du choeur.

Cl. F. Jeudy.

15Il est cependant important de souligner que ce répertoire, usuel dans l’architecture du nord de la France entre 1180 et 1220, apparaît au début du XIIIe siècle comme une nouveauté dans le comté de Bourgogne, et n’avait pas même de précédents dans les grandes abbatiales cisterciennes qui usaient encore d’un décor de feuilles lisses de tradition romane. Cela semble bien prouver que les commanditaires et leurs maîtres d’œuvre comtois n’ignoraient nullement ce qui se pratiquait en Île-de-France et dans le nord du royaume voisin. Cependant, la tendance à la simplification des chapiteaux, comme l’absence de programme iconographique pour les portails confirment une nouvelle fois leur attirance pour les formes simplifiées, traitées avec sobriété, ainsi que le déni de tout élément superflu, hérités des expériences du début du XIIe siècle. Enfin, notons la présence de protomes humains en guise de crochets sur nombre de chapiteaux du XIIIe siècle repris de la nef de la cathédrale de Langres (fin du XIIe siècle)

Église Saint-Gengoult de Betoncourt-les-Ménétriers (Haute-Saône).

Église Saint-Gengoult de Betoncourt-les-Ménétriers (Haute-Saône).

Chapiteaux de la pile médiane sud du choeur.

Cl. F. Jeudy

  • 11 16. Thierry Soulard, « L’église de Colombier », dans Congrès archéologique de France 1988, Bourbon (...)

16Des masques apparaissent également ornant des culots ou aux retombées des archivoltes des portails des édifices comtois. Ces créations, pour ainsi dire inconnues des édifices gothiques d’Île-de-France, semblent exprimer une certaine réticence à l’idée d’adopter totalement la nouveauté ; elles sont d’ailleurs symptomatiques, dans les années 1200, de l’interprétation de la sculpture gothique dans les régions à forte tradition romane11.

  • 12 Philippe Plagnieux, « L’humanisme gothique : les arts autour de 1200 (env. 1190-1240) », dans L’Art (...)
  • 13 À l’exception du portail de l’église de La Madeleine à Besançon. Philippe Plagnieux, « Église de la (...)

17Tout concourt à définir l’avènement du gothique comtois, apparu dans le derniers tiers du XIIe siècle, comme une mutation de l’architecture locale vers plus de modernité, essentiellement caractérisée par l’emploi de la voûte d’ogive ; à assimiler cette évolution architecturale à une nouvelle interprétation d’idéaux inchangés grâce à l’exemple des cisterciens qui s’inscrivaient à la fois dans la rupture et la continuité. Les maîtres d’œuvre passèrent ainsi d’une simplicité à l’autre, avec une même volonté affichée de sobriété et un attachement constant aux formes du passé. La nef de l’église de Pesmes mise en œuvre vers 1230 en témoigne. Bien que le vaisseau central soit voûté d’ogives, les collatéraux sont encore couverts d’arêtes (comme dans l’église cistercienne d’Acey édifiée dans le dernier tiers du XIIe siècle). Si, autour de 1200, l’art gothique du royaume de France fut en en grande partie sous-tendu par l’esprit de Latran IV, conduisant à la profusion d’images à destination des fidèles12, l’absence de tout programme sculpté dans le comté de Bourgogne13, de même que la taille réduite des baies peu propice au déploiement de grandes verrières hagiographiques suggèrent le peu d’intérêt ou le peu de relais de la pastorale normalement dévolue aux évêques ou archevêques suivant la volonté conciliaire. Effectivement, en Franche-Comté l’encadrement des fidèles demeurait l’apanage du monde monastique, naturellement enclin à transcrire dans ses modes de pensée les innovations issues d’autres milieux spirituels et artistiques. Vers 1230-1240, les moines bénédictins de Luxeuil se lancèrent dans la reconstruction de leur abbatiale. Ils optèrent pour une élévation à trois niveaux des plus modernes dans son principe : grandes arcades, ouvertures médianes et fenêtres hautes, à l’instar des grands édifices contemporains du royaume de France. Ils suivirent toutefois une composition aux accents historicistes, excluant les piles fasciculées alors en usage, de même que le véritable triforium et les vastes fenêtres à réseaux. La mise en œuvre d’ouvertures sous combles au second niveau de l’élévation de la nef, dans un édifice aux proportions pourtant presque rayonnantes, semble encore, à une date proche du milieu du XIIIe siècle, trouver ses racines dans l’architecture cistercienne, par l’intermédiaire de Saint-Maurice d’Épinal dont l’élévation pourrait être une version modernisée de celle de Cherlieu. Ainsi, dans le comté de Bourgogne, après une première période d’adoption, le second quart du XIIIe siècle correspond davantage à une phase d’assimilation de l’art gothique, durant laquelle l’architecture comtoise acquit son caractère propre, sans toutefois se départir de cet attachement viscéral à une certaine forme d’austérité, peut-être confortée dans la seconde moitié du siècle par l’influence de l’architecture des ordres mendiants, comme si le conservatisme avait été rattrapé par la modernité.

Haut de page

Notes

1 Le comté de Bourgogne relève du Saint Empire germanique depuis 1032.

2 Le diocèse de Besançon englobe alors la majeure partie du comté de Bourgogne.

3 Y compris à la cathédrale de Besançon dont le parti architectural au XIIe siècle témoigne d’un regain d’intérêt pour les formes de l’Antiquité tardive. Éliane Vergnolle [dir.], La Création architecturale en Franche-Comté au XIIe siècle, du roman au gothique, Besançon, 2001, p. 108.

4 Fang Sheng Wu, La cathédrale de Langres et sa place dans l’art du XIIe siècle, thèse de doctorat, sous la direction d’Éliane Vergnolle, université de Besançon, 1994. Philippe Plagnieux, « L’architecture cistercienne », dans L’Architecture religieuse médiévale, Dossiers d’archéologie, n° 319, janvier-février 2007, p. 80-91.

5 Jacques Henriet, À l’aube de l’architecture gothique, Besançon, 2005, pp. 173-267.

6 Jacques Henriet, « L’abbatiale cistercienne de Cherlieu », dans Éliane Vergnolle, La Création architecturale, op. cit., p. 255.

7 En moins de dix ans (vers 1130-1140), une douzaine d’abbayes cisterciennes virent le jour dans le comté de Bourgogne. René Locatelli, « Une principauté dans l’orbite impériale », dans Éliane Vergnolle, La Création architecturale, op. cit., p. 13-45.

8 Au XIIIe siècle, la saturation de l’espace entraîna une baisse des fondations religieuses.

9 L’usage de la bretture notamment est très répandu.

10 Éliane Vergnolle, « L’abbatiale de Cherlieu (Haute-Saône) », dans Abbayes et abbatiales cisterciennes, Dossiers d’archéologie, n° 340, juillet-août 2010, p. 57.

11 16. Thierry Soulard, « L’église de Colombier », dans Congrès archéologique de France 1988, Bourbonnais, Paris, 1991, p. 160.

12 Philippe Plagnieux, « L’humanisme gothique : les arts autour de 1200 (env. 1190-1240) », dans L’Art du Moyen Âge en France (Ve - XVe siècle), Paris, 2010.

13 À l’exception du portail de l’église de La Madeleine à Besançon. Philippe Plagnieux, « Église de la Madeleine », dans Pierre Chauve [coord.], La Vie religieuse à Besançon du IIe siècle à 2010, Besançon, 2011, p. 19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Église Notre-Dame d’Acey (Doubs).
Légende Vue nord-est de l'abbatiale.
Crédits Cl. F. Jeudy
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Église Saint-Hilaire de Pesmes (Haute-Sâone).
Légende Élévation sud de la nef.
Crédits Cl. F. Jeudy.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Ancienne église Notre-Dame de l’Assomption (Charcenne (Haute-Saône).
Légende Chapiteaux nord-ouest du portail.
Crédits Cl. F. Jeudy.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Église Saint-Pierre de Jonvelle (Haute-Saône).
Légende Mur sud du chœur.
Crédits Cliché F. Jeudy.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Ancienne église Notre-Dame de Cherlieu (Haute-Saône).
Légende Mur de la dernière travée du collatéral nord de la nef.
Crédits Cl. F. Jeudy.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Église Saint-Didier de Autrey-les-Gray (Haute-Saône).
Légende Façade occidentale.
Crédits Cl. F. Jeudy
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Église Saint-Pierre Jonvelle (Haute-Saône).
Légende Chapiteaux de la pile médiane sud du choeur.
Crédits Cl. F. Jeudy.
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Église Saint-Gengoult de Betoncourt-les-Ménétriers (Haute-Saône).
Légende Chapiteaux de la pile médiane sud du choeur.
Crédits Cl. F. Jeudy
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Jeudy, « À l’origine du gothique comtois : entre esthétique cistercienne et historicisme », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 25 | 2013, 69-81.

Référence électronique

Fabienne Jeudy, « À l’origine du gothique comtois : entre esthétique cistercienne et historicisme », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/306 ; DOI : 10.4000/lha.306

Haut de page

Auteur

Fabienne Jeudy

Née en 1974, Fabienne Jeudy est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art obtenu en 2011 à l’université de Franche-Comté, réalisé sous la direction de Philippe Plagnieux : L’architecture religieuse en Haute-Saône à l’époque gothique – de la fin du XIIe siècle au début du XIVe siècle. Elle est l’auteur de plusieurs articles consacrés aux premières expériences gothiques dans le Val de Saône. Fabienne Jeudy est responsable d’un service de documentation au conseil général du Doubs. Elle est également chargée d’enseignement en histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté.

fabienne.jeudy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org