Navigation – Plan du site

Jean Naigeon, conservateur du Luxembourg sous le Consulat: Les rapports d’un conservateur avec le Sénat et le ministère de l’intérieur (1799-1804)

Jean Naigeon, Curator of the Luxembourg Museum under the Consulate: the Relationships of a conservative with the Senate and the Ministry of the Interior (1799-1804)
Jean Naigeon, Konservator des Palais du Luxembourg während des Konsulats – seine Beziehungen zum Senat und zum Innenministerium (1799-1804)
Hélène Dutrinus
p. 75 - 87

Résumés

La galerie du Luxembourg, ouverte par décret en 1801, se situe sous une triple tutelle : musée du Louvre, Sénat et ministère de l’Intérieur. Or elle possède également un conservateur, Jean Naigeon, impliqué dans le choix des collections, leur disposition, leur communication au public et leur conservation. En effet, il est missionné dans les différents dépôts nationaux afin de constituer la galerie, rédige le livret de visite, et participe à la restauration des tableaux. Pourtant, aucune de ses décisions ne semble autonome, et leur validation est soumise aux autorités précitées. Le ministre de l’Intérieur, ou les services internes du 3e Bureau des beaux-arts, est l’instance administrative à laquelle se réfèrent toutes les autres. Il est ici question de s’interroger sur l’impact décisionnaire de ce ministère, dont dépendent sous le Consulat les institutions culturelles. En effet, s’il valide les décisions et donne les ordres, les propositions n’émanent pas de lui, mais des acteurs de terrain, sénateurs et administrateurs des domaines nationaux et du Musée central des arts. Le conservateur, figure encore balbutiante de la culture, prend ses titres au moment de la constitution du patrimoine. Le rôle de Jean Naigeon, commencé au dépôt de Nesle en 1794, se poursuit jusqu’à sa mort en 1832, à la galerie du Luxembourg. Peintre d’histoire, nommé grâce à son réseau géographique et à ses compétences, il reste une personnalité significative de la professionnalisation de la culture au tournant du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon (1797-1867) fut conservateur du musée du Luxembourg de 1828 à 1861
  • 3 Louis Morand, Une famille d’artistes : les Naigeon. Notices biographiques et catalogues de leurs œu (...)
  • 4 Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon, Notice historique sur Naigeon (Jean), membre de la Légion d’Honneur (...)
  • 5 Explication des tableaux, statues, bustes, composant la galerie du Sénat, rétablie par ordre du sén (...)

1Cette affirmation du fils et successeur de Jean Naigeon, Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon2 place le conservateur sous la tutelle directe du ministère de l’Intérieur et du Sénat et laisse augurer la faiblesse de sa marge décisionnelle, de même qu’elle souligne l’absence de rapports entre le musée du Louvre, ses directeurs, et la galerie du Luxembourg. La carrière de Jean Naigeon, en dehors des études régionales3 et d’une notice précise mais hagiographique rédigée par son fils4, a été peu étudiée. Les archives permettent de revenir sur une personnalité qui traverse les régimes révolutionnaire, impérial et monarchique en conservant d’importantes fonctions institutionnelles. La période du Consulat reste cruciale car elle montre la participation de Jean Naigeon à la constitution d’une galerie dont le premier catalogue est publié en 18035.

  • 6 Musée du Louvre, INV 1769 à 1792.
  • 7 Musée du Louvre, INV 8025 à 8031 ; 8033 à 8046 ; sous le Directoire, la galerie est complétée par t (...)
  • 8 Musée du Louvre, INV 8293 et 8297 ; Musée de la Marine, INV 5OA 1D à 5OA 13D.

2Cette galerie se compose de trois séries, la Vie de Marie de Médicis peinte par Rubens6, la Vie de saint Bruno par Eustache Lesueur7 et les Ports de France par Joseph Vernet8 ; vingt et un tableaux anciens ; et un tableau de Guillaume Guillon Lethière avec figures de Jean Joseph Xavier Bidauld, peintres vivants. Ces œuvres font l’objet d’une sélection rigoureuse et d’âpres négociations auprès du ministre de l’Intérieur et des conservateurs du Musée spécial de l’École française à Versailles. L’itinéraire des collections démontre de manière neuve les relations entre acteurs institutionnels et ministres sous le Directoire. Un important fonds conservé aux Archives nationales, sous la cote F21 586, pièces 1 à 108, fait état de la correspondance entre Jean Naigeon et les deux instances directionnelles de la galerie, le Sénat et le ministère de l’Intérieur.

  • 9 Pierre Quarré, « Deux élèves de l’Académie de peinture de Dijon ; Jean Claude Naigeon et Jean Naige (...)
  • 10 Titulaire du Grand Prix des États de Bourgogne, professeur à l’école de dessin de Dijon, un catalog (...)
  • 11 Grand Larousse universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand Dictionnaire universel, 187 (...)
  • 12 David A. Wisner, « Jean Naigeon at the dépôt de Nesle. A collector an culture-broker in the First F (...)
  • 13 Arch. des Musées nationaux, Z3 O – 1799, Z3 1797, 20 avril : rapport du 1er floréal an V adressé pa (...)

3Jean Naigeon (Beaune, 1757 – Paris, 1832) reçoit une formation de peintre d’histoire. Condisciple de Pierre Paul Prud’hon, élève de François Devosge à Dijon, puis de Jacques-Louis David à Paris, sa carrière, commencée à l’École des États de Bourgogne9 laisse peu de souvenirs, contrairement à celle de son homonyme, Jean Claude Naigeon10. La notice du Grand Larousse universel mentionne après son passage au Salon de 1791 que « Naigeon était assez intelligent pour ne point se méprendre sur la portée de ce succès d’estime. Il renonça presque absolument à la peinture11 ». Son véritable rôle dans les arts est institutionnel : en 1794, il est nommé conservateur du dépôt de Nesle, rue de Beaune, qui rassemble les biens des émigrés (nationalisés le 9 novembre 1791) et des condamnés. Son administration scrupuleuse, mais pourtant peu étudiée12, le place en première ligne pour la constitution des collections des trois plus importants musées fondés par la Première République et le Consulat : le Musée du Louvre13, le Musée spécial de l’École française à Versailles et la galerie du Luxembourg au Sénat, ouverte sur les directives de Jean-Antoine-Claude Chaptal, ministre de l’Intérieur de 1801 à 1804.

4Le Consulat est une période cruciale pour l’histoire des musées, qui voit l’ouverture du musée Napoléon (1803), et la promulgation de l’arrêté fondateur des musées de province (1801). Les institutions culturelles dépendent du ministère de l’Intérieur, institué en 1790 et qui remplace dans ces fonctions le ministère de la Maison du roi. La signature du ministre, ou celle d’un des membres du 3e bureau des beaux-arts, cabinet interne au ministère et chargé des questions artistiques, apparaît sur la majorité des documents concernant la galerie du Luxembourg. Cette galerie, ouverte par décret en 1801, se situe sous une triple tutelle. Ses collections, provenant des achats de la couronne ou des saisies révolutionnaires, sont nationales, et donc inscrites sur l’inventaire du Louvre ; son administration est dépendante de sa situation dans le palais sénatorial, inscrit au registre des bâtiments civils et géré comme tel ; enfin, les transferts et déplacements d’œuvres, le choix des sujets attenant au décor et du mobilier, sont soumis à l’accord du ministère de l’Intérieur qui entérine presque toutes les décisions. Or la galerie est organisée par un quatrième personnage, Jean Naigeon. Peintre d’histoire, il possède le titre de conservateur, qui sous-entend la charge d’enrichissement et de protection des collections de la galerie. Les lettres émanant des diverses instances soulignent ses relations avec les grands noms de l’époque, Dominique Vivant Denon, et les ministres de l’Intérieur François de Neufchâteau, Pierre Bénézech et Jean-Antoine-Claude Chaptal. Au travers de cette correspondance administrative, on tentera de comprendre son rôle et sa marge de manœuvre.

Les instances de direction de la galerie du Luxembourg : ministère de l’Intérieur ou Sénat ?

  • 14 Arch. nat., F21 586, 95.
  • 15 Beaune, Musée des beaux-arts et musée Marey, 1811, INV 812.1.1.
  • 16 Archives de Beaune, fonds Louis Morand, 29Z190, une note manuscrite de Louis Morand, malheureusemen (...)
  • 17 Edouard Pommier, Le Problème du musée à la veille de la Révolution, Paris, Cahiers Girodet, 1989, 3 (...)
  • 18 Arch. nat., F21 586, 50.
  • 19 Arch. nat., F21 586, 50.
  • 20 Arch. nat., F21 586, 51.
  • 21 Arch. nat., F21 586, 95.

5Le 17 pluviôse an X (6 février 1802), la commission administrative du Sénat, présidée par Pierre Roger-Ducos, envoie à Chaptal la note suivante : « Nous avons nommé le citoyen Naigeon peintre d’histoire à la place de conservateur des tableaux qui doivent être mis à disposition du Sénat pour composer la galerie dont les travaux se suivent avec activité14. » Le Sénat conservateur est une instance fondamentale dans la France postrévolutionnaire, garantissant le bicamérisme et le maintien de la constitution. Parmi ses membres, on trouve, nommé le 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799), Gaspard Monge, un Beaunois dont Naigeon a réalisé le portrait15. Monge a sans doute pesé sur sa nomination à la place de conservateur de la galerie du Sénat, fait qui souligne l’importance d’un réseau géographique local16 : celui de l’école de Dijon déjà été souligné17. De plus, les liens de Naigeon avec le Sénat sont antérieurs à sa nomination. C’est en tant que conservateur du dépôt de Nesle qu’il est d’abord contacté afin de fournir le mobilier du palais du Directoire. Une note émanant du ministère de l’Intérieur, datée du 26 pluviôse an VI (14 février 1798) rend compte de la délivrance des meubles, et joint à son rapport un « état d’objets précieux qui se trouvent au dépôt de Nesle18  ».  Cet état est dressé par le citoyen Lefuel, contrôleur de l’administration intérieure du palais. Il admet que le palais, pour l’instant, n’a pas « besoin de beaucoup de meubles » mais qu’il vaudrait mieux en réserver certains, notés dans ledit « état », et « les stocker dans le garde-meuble du Directoire en attendant l’achèvement du grand Luxembourg19 ». Le 14 ventôse an VI (4 mars 1798), Naigeon adresse un rapport au ministre de l’Intérieur indiquant la remise des objets d’art au citoyen Lefuel, contrôleur de l’administration intérieure du palais, afin de procéder à son ameublement20. La nomination de Naigeon n’est donc pas uniquement due à son réseau, elle s’appuie sur des solides connaissances des collections disponibles et sur une étude préalable des différentes possibilités d’aménagements du bâtiment. La commission administrative du Sénat définit les missions du nouveau conservateur et en informe le ministre de l’Intérieur. Dans le cadre de la constitution des collections, Naigeon est autorisé « à voir les tableaux qui nous sont destinés afin que, d’après la connaissance qu’il en aura prise tant des sujets que des dimensions, il puisse disposer les places qui doivent les recevoir ; à suivre & à presser la restauration de ceux qui en ont besoin ; à les faire transporter au palais du Sénat conservateur21 ».

  • 22 Arch. nat., F21 586, 94 et F21 586, 95, lettres de la commission administrative du Sénat à Chaptal.
  • 23 Arch. des Musées nationaux, PP22 1802-1958, 28 avril 1802, lettre de Naigeon à l’administration du (...)
  • 24 Arch. des Musées nationaux, Z3 1800-1830, 1813, 2 novembre : lettre du Comte de Cadore au baron Den (...)
  • 25 Arch. nat., F21 586, 6.
  • 26 Arch. nat., F21 586, 10, 12, 15, 17 et 19.

6Les missions mettent en avant ses connaissances en histoire de l’art et ses compétences techniques. Ainsi, Naigeon supervise les opérations de restauration : dans son ordre de transfert du 14 ventôse an X (5 mars 1802), Chaptal indique, à propos des tableaux, qu’il peut « suivre la restauration de ceux qui en auront besoin » ; il répond ainsi à la demande de la commission administrative du 7 ventôse an X (26 février 1802), s’inquiétant de ce que lorsque « l’exposition de ces tableaux sera rendue publique, il n’y aura pas trop de temps pour disposer leurs places, faire les bordures, les nettoyer opérer les restaurations nécessaires22 ». Aussi, en avril 1802, le Musée central des arts lui délègue un conservateur, le citoyen Carlier23. Toutefois, Naigeon ne décide pas seul, et prend ses ordres du Sénat. Le sénatus-consulte du 14 nivôse an XI (4 janvier 1803) attribue au chancelier du Sénat la surveillance de la galerie des tableaux établie dans son palais24. Spécialement attaché à la bibliothèque, aux archives et aux objets d’art, il est secondé par les prêteurs pour l’entretien du palais et par un conseil d’administration (ou commission administrative) pour le budget. Ces trois instances apparaissent à tour de rôle dans la correspondance. Ainsi, Naigeon est sous l’autorité directe du chancelier pour tout ce qui concerne le retrait et le placement des œuvres d’art dans la galerie du Sénat25. Les prêteurs ne jouent aucun rôle dans la collection de la galerie proprement dite ; la correspondance avec le ministre les montre attachés à l’embellissement du palais en général26.

7C’est la commission administrative qui a le rôle de liaison le plus important entre le conservateur et les autres instances, ministère de l’Intérieur et Musée central établi au Louvre. Sur initiative du ministre, elle est à l’origine de la formation de la galerie du Luxembourg pendant l’Empire :

  • 27 Arch. nat., F21 586, 97.

On m'a dit que vous aviez dessein de demander à la commission administrative du Sénat si dans l'ancien palais du Luxembourg elle pourrait faire disposer une salle ou galerie propre à recevoir partie des tableaux qui ne pourroient trouver place dans les dépôts du gouvernement qui en sont, comme je viens de le dire, déjà surchargés. j'ai fait part verbalement à la commission administrative du Sénat de tout ce que je viens de vous exposer, et elle m'a chargé, aussi verbalement, d'en conférer avec vous confidentiellement, et de vous demander dans le cas ou ce que je viens de vous dire serait fondé de vouloir bien lui faire connaître votre intention à ce sujet, afin qu'en ce moment cy où elle se propose de régler les tableaux qu'elle fera faire en l'an X dans l'intérieur du palais du Luxembourg, elle donne ordre à son architecte de lui présenter les plans des dispositions à y faire, pour recevoir d'une part la bibliothèque de l'Arsenal affectée au Sénat par le gouvernement et de l'autre la partie des tableaux dont je viens de vous entretenir27

  • 28 Arch. nat., F21 586, 95.
  • 29 Arch. nat., F21 586, 20-21 ; F21 586, 25 à 33 ; F21 586, 78 et 81 ; F21 586, 91 et 93.

8Ainsi les buts de la galerie sont « d'offrir des moyens d'instruction aux artistes […], de vivifier autant que possible ce quartier depuis longtemps désert […], de donner enfin au palais du Sénat toute la grandeur qu'il doit avoir28 ». La commission administrative supervise l’arrivée des œuvres au palais, rédige les demandes d’œuvres pour la décoration des jardins, relaie celles de l’architecte du palais pour la sélection d’œuvres d’art dans les dépôts nationaux de Fontainebleau et de Versailles et valide la liste d’œuvres choisies par Naigeon dans les mêmes dépôts. C’est à la commission que le ministre de l’Intérieur (dans le cadre de l’administration Chaptal) rend compte des décisions prises dans le cadre des transferts de collections29 :

  • 30 F21 586, 93, Lettre de Chaptal, ministre de l’Intérieur, à la Commission administrative du Sénat co (...)

Vous m'annoncez que le citoyen Naigeon est nommé conservateur des tableaux qui doivent être mis à la disposition du Sénat pour composer la galerie dont on dispose le local. Les motifs qui vous font désirer la prompte formation de cette galerie me portent à donner de suite au citoyen Naigeon l'autorisation dont il a besoin30.

 

9Toutefois, l’interlocuteur commun et celui qui donne les autorisations reste le ministre de l’Intérieur. C’est lui qui transmet les ordres entre les différentes administrations et prend au final les décisions.

  • 31 Voir aussi F13 885 et F13 911.
  • 32 Décret du 27 avril 1791 puis loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795).
  • 33 Créée par la loi du 10 vendémiaire an IV, elle est supprimée le 20 germinal an VIII, puis rétablie (...)
  • 34 Ce conseil, créé en 1795 par Pierre Bénézech, ministre de l’Intérieur, seconde les bureaux dont la (...)
  • 35 F21 586, 88.

10Le Palais du Luxembourg appartient au Directoire exécutif depuis 1795. Avec un statut de palais national, il est administré par le service des Bâtiments civils31, dont la gestion incombe au ministère de l’Intérieur32. Sous Chaptal, c’est la 3e division du ministère33 qui est chargée des travaux des bâtiments civils et palais nationaux, travaux de Paris, prisons et édifices publics départementaux et communaux, secondée par un Conseil des Bâtiments civils34. Il apparaît que les doléances, demandes de transfert et commandes d’œuvres, émises ou transmises à Naigeon, aux prêteurs, à la commission administrative et au chancelier du Sénat, ainsi qu’à l’administration du musée du Louvre sont traitées par la « 3e division du bureau des Beaux-arts ». Le 3e bureau est investi de l’autorité de tutelle du ministère pour acter : il transmet ainsi les décisions et ordres. Le fonds exploité pour notre étude montre bien qu’il s’agit d’un bureau spécifique, puisqu’un rapport de Jean-Pierre Barbier-Neuville est adressé directement à Chaptal au sujet de la sélection faite par Naigeon – et approuvée par la commission administrative du Sénat – de tableaux destinés à la collection du Musée spécial de l’École française à Versailles35. Mentionnant plusieurs notes envoyées par la commission administrative du Sénat au ministre, il affirme la centralisation des questions artistiques sous les ordres du 3e bureau, qui détient ici, par la connaissance du terrain et des interlocuteurs, une autorité de fait, tandis que le ministre détient une autorité de droit.

  • 36 Notamment les commandes de bustes de Joseph Vernet, Pierre Paul Rubens et Eustache Lesueur pour orn (...)
  • 37 Sous le ministère de François de Neufchâteau.
  • 38 F21 586, 80, lettre de Jean Antoine Chaptal au préfet de Seine et Oise pour mettre à disposition du (...)
  • 39 F21 586, 62 à 74.

11Le ministre de l’Intérieur finalise toutes les opérations. C’est lui qui autorise ou refuse les commandes d’œuvres effectuées spécialement pour la galerie36, les transferts d’œuvres au Luxembourg du dépôt de Nesle37, des domaines du Louvre, de Fontainebleau, de Versailles, de Rambouillet38 ou de l’Institut et la mise au concours des artistes et sujets dans le cadre de l’embellissement du palais du Directoire et de la galerie du Luxembourg39. Toujours en temps que personne directe, il est le seul interlocuteur commun à toutes les instances décisionnelles susmentionnées. On peut alors se demander quel est le rôle de Jean Naigeon, puisque les décisions sont validées par le ministère d’abord, et par le Sénat ensuite. Ce rôle se définit de manière nette dans ce qui concerne le choix des collections.

Le rôle du conservateur : le choix des collections

  • 40 Le bon du roi autorisant l’ouverture de la galerie est conservé aux Arch. nat., O1 1073, 26. La gal (...)
  • 41 Jacques Bailly, Catalogue des tableaux du cabinet du Roy au Luxembourg, Paris, Prault Père, 1750, 4 (...)
  • 42 Arch. nat., O1 1915, 2 et O1 1916, 1.
  • 43 Décret du 26 ventôse an V (16 mars 1797).
  • 44 Arch. communales de Versailles, Palais de Versailles – Domaines nationaux, M5 1656, 1.
  • 45 Lettre de Charles-Philippe Fayolle à l’administration centrale de Seine et Oise, 10 thermidor an IV (...)
  • 46 Arch. des Musées nationaux, V2.
  • 47 Jacques-Pierre Tinet, Notice des tableaux, statues, vases, bustes, composant le Musée spécial de l’ (...)
  • 48 Arch. communales de Versailles, Palais de Versailles – Domaines nationaux, M5 1656, 1.

12Le palais du Luxembourg possède une tradition d’exposition depuis 175040 : il est en effet le siège du premier musée public de peinture, rassemblant entre 1750 et 1777 (date du dernier catalogue publié au XVIIIe siècle), de quatre-vingt-seize à cent douze tableaux41 issus du Cabinet du roi, plus les vingt-quatre de la galerie des Rubens. En 1779, le palais est donné en apanage au comte de Provence, frère cadet du roi. À partir de 1780, des ordres sont donnés pour déménager la galerie et entreposer les collections au Louvre42. Ces dernières seront nationalisées à la Révolution. La transformation d’une partie du palais du Louvre en musée en 1792, puis son ouverture au public en 1793 posent la question de la sélection des œuvres d’art à exposer, sachant que les espaces utilisables sont relativement réduits. C’est dans ce contexte qu’est créé le Musée spécial de l’École française à Versailles43. Dans un processus équivalent à celui du Louvre, le château de Versailles devient établissement public en 179344 ; un premier musée ouvre de 1793 à 1797, centré sur les objets de curiosité et d’histoire naturelle. Mais il est trop peu spécialisé pour remplir le rôle d’aimant que la préfecture de Seine-et-Oise souhaite lui voir tenir. Aussi, le conservateur du cabinet d’histoire naturelle du château de Versailles, Charles-Philippe Fayolle, évoque en 1796 l’idée de conserver au Musée central des arts les tableaux des écoles étrangères, tandis que les tableaux de l’école française seraient envoyés à Versailles45. Jean-Honoré Fragonard est nommé inspecteur des convois et supervise les envois du Louvre à Versailles. François de Neufchâteau établit les premiers règlements46. Toutefois, ce second musée s’avère également insuffisant pour l’ambition qu’on lui prête. Ses collections, qui ne font l’objet que d’un seul catalogue47, sont davantage considérées comme un réservoir d’œuvres où les intendants des palais du gouvernement viennent piocher, d’autant plus que le château a été institué dépôt national de Seine-et-Oise48.

  • 49 Yveline Cantarel-Besson, Procès-verbaux du Conseil d’administration du Musée central des Arts, Pari (...)
  • 50 V3 1797-1809, 2 avril 1802 et 21 mai 1802.
  • 51 F21 586, 83 : cette liste est de loin la plus longue, elle comporte cinquante trois tableaux cités, (...)
  • 52 Pour les deux citations, voir Arch. nat., F21 586, 88.
  • 53 Arch. nat., F21 586, 85.
  • 54 La première liste mentionne les noms de Nicolas Poussin, Jean Jouvenet, Valentin de Boulogne, Charl (...)
  • 55 Ce sont : L’Ermite endormi et Saint Vincent de Saragosse et saint Germain recevant la palme du mart (...)
  • 56 Il est fait régulièrement mention des travaux d’aménagement de la galerie afin d’accueillir et de p (...)
  • 57 Arch. nat., F21 586, 93, lettre de Jean Antoine Claude Chaptal à Jean Naigeon.

13C’est dans ce contexte que Naigeon organise la sélection des œuvres de Versailles qu’il destine à la galerie du Luxembourg : il avait déjà une bonne connaissance de ces tableaux, puisque certains appartenaient au dépôt de Nesle. Lors du déménagement du dépôt, il exprime à la Commission temporaire des arts qu’il est « urgent de faire enlever sans délai tous les objets qui, restés dans cette maison, ont été désignés pour le Musée central et de faire transporter à Versailles dans le plus bref délai les tableaux qui ont été destinés pour le Musée spécial de l’École française49 ». Une lettre de Pierre Jacques Tinet, conservateur du Musée spécial, datée de 1802, mentionne un « état des tableaux livrés au citoyen Naigeon, conservateur du musée du palais sénatorial, autorisé par une lettre du ministre, laquelle autorisation a été adressée au conservateur ». Elle porte mention des vingt-trois tableaux composant la galerie des Le Sueur. La lettre suivante50 est de Naigeon, elle mentionne trente-quatre tableaux, dont trois à restaurer et quatre, barrés, qui ne se trouvent pas à Versailles, mais dans les locaux du Musée central. Les vingt-sept autres tableaux sont précédés d’un numéro, qui correspond à celui du catalogue du Musée spécial, établi la même année (1802). Naigeon y adjoint une seconde liste, dite « complémentaire », le 13 prairial an X (2 juin 1802)51. Les demandes de Naigeon, fort mal vécues par Tinet, conservateur du Musée spécial, et Goulard, directeur du domaine de Versailles, sont appuyées par les sénateurs. Ainsi Jean-Pierre Barbier-Neuville indique que Versailles possède de nombreux tableaux de l’école française et que malgré la sélection du Sénat, le musée de Versailles « ne sera point décompletté [sic] » ; il indique également un élément important pour la postérité de la galerie du Luxembourg : « Il est temps de faire observer au ministre combien il serait à désirer pour l’avantage des artistes que ce Musée spécial fut dans l’enceinte de Paris52 ». De fait, le poids de la galerie du Sénat reste à nuancer, pour plusieurs raisons. La correspondance entre Naigeon, Goulard et Chaptal indique que Goulard refuse expressément de céder les œuvres sans autorisation du ministre. On constate aussi que pour Chaptal, le projet d’une galerie de peinture au Luxembourg n’apparaît pas comme prioritaire : dans les sélections citées, plusieurs tableaux ont été marqués par les architectes Percier et Fontaine afin de servir à l’ornement du palais de Saint-Cloud. Le ministre leur donne la préséance et Naigeon se voit contraint, le 23 fructidor an X (10 septembre 1802), de faire une nouvelle sélection, de vingt et un tableaux cette fois-ci53, qu’il soumet à l’approbation et à l’accord de Chaptal54. Il y a seulement neuf tableaux communs entre la liste du 21 mai 1802 et celle du 10 septembre 180255, la seconde comportant des tableaux étrangers et n’indiquant plus le numéro de notice des œuvres dans le catalogue de Versailles. Dans le catalogue de 1803, malgré l’ordre d’autorisation de transfert des vingt et un tableaux donné par Chaptal le 14 vendémiaire an XI (6 octobre 1802) on retrouve seulement L’Ermite endormi de Vien, ainsi que trois tableaux de Philippe de Champaigne classés dans les dépôts du Musée central (et qui n’apparaissent pas au catalogue de Versailles)56. Quant aux sculptures, la sélection est plus suivie et les trois œuvres demandées sont attribuées. Cette parcimonie est éclairée d’un jour nouveau par les directives de Chaptal : le 14 ventôse an X (5 mars 1802), malgré des ordres antérieurement donnés à la commission administrative, à Naigeon et à Goulard, le ministre restreint la liste des œuvres sélectionnées par le conservateur : « PS. vous bornerez votre choix quant à présent à ce qui formait la suite des tableaux de Rubens [au] Luxembourg et à celle de Lesueur dite des Chartreux57 ». On se trouve donc l’expression d’ordres contradictoires et une volonté ministérielle de privilégier le décor des palais nationaux devant les créations de galerie spécialisées et internes à ces établissements : en effet, la correspondance montre que Chaptal accorde beaucoup plus de crédit aux demandes de l’architecte du palais, Jean-François-Thérèse Chalgrin qu’à celles de Naigeon.

14Chalgrin est membre du Conseil des bâtiments civils ; c’est l’architecte du palais du Luxembourg, chargé de son réaménagement en résidence impériale. C’est lui qui traite avec Jean Naigeon lorsqu’il est conservateur du dépôt de Nesle. Ainsi, le 2 thermidor an IV (20 juillet 1796), il adresse au ministre de l’Intérieur Pierre Bénézech la lettre suivante :

  • 58 Arch. nat., F21 586, 52 ; l’ordre est donné par le ministre dans une lettre non datée (Arch. nat., (...)

D'après les ordres que vous avez donnés au citoyen Naigeon, conservateur du dépôt des objets d'art et antiquités rue de Beaune, pour que je marque ce qui pouvait convenir dans ce dépôt à l'embellissement du palais et jardin directorial, j'ai retenu il y a longtemps les figures et vases de marbre après le choix fait par le Muséum. Depuis cette époque on a enlevé beaucoup de figures et grands vases pour le Jardin des Plantes, dont l'ornement principal devrait seulement consister dans la beauté des plantes rares et des arbres de la plus belle espèce. J'avais espéré que cela pouvait rester dans ce dépôt, mais je viens d'apprendre que les architectes des deux Conseils du Corps législatif se disposent à en demander, et qu'ils font enlever deux lions de marbre blanc que j'avais arrêté. Il est donc de la plus grande instance que vous donniez vos ordres au citoyen Naigeon pour que je puisse enlever tout ce que j'ai choisi dans cette maison, tout de suite, et sauver ce qui en reste le Muséum devant céder une partie de ces objets dont il a fait choix. Je vous prie [...] de donner au citoyen Naigeon les ordres que je vous demande parce que sans cela il ne laissera enlever aucun des objets que je sollicite et qui sont confiés à sa surveillance58

  • 59 Arch. nat., F21 586, 72 et 73.

15On voit que Chalgrin s’occupe non seulement de la reconstruction du palais, mais également de aménagement. Rappelant régulièrement sa loyauté au ministre, ainsi que son désir de servir la nation, on lui doit la transformation radicale du palais en corps sénatorial, notamment par la suppression du plancher de l’ancienne galerie des Rubens, percé pour construire le grand escalier. Il apparaît comme l’organisateur des décors sculptés et peints. En 1799, Chalgrin revendique une voix prépondérante, devant le ministre, dans le choix des sujets propre à orner les nouveaux espaces du palais du Directoire ; il refuse le mode de sélection traditionnel, à savoir le concours, trop lent dans l’exécution des œuvres ; on comprend qu’il souhaite choisir les sujets et les artistes. Ces derniers, dont Naigeon, signataire de la lettre en tant que « peintre d’histoire », se sentent lésés et organisent une pétition adressée au ministre le 17 ventôse an VII (7 mars 1799), demandant la mise au concours. Ce mode de sélection sera refusé par le ministre dans une lettre du 13 floréal an VII (2 mai 1799)59.

16On remarque également que l’architecte du Sénat, avant le projet de Chaptal, développe pour « son » palais une ambition patrimoniale. L’affaire du tableau de Rubens, représentant Diane et Actéon, révélée par une lettre de Dominique Vivant Denon à Chalgrin, est très significative :

  • 60 Arch. des Musées nationaux, registre *AA5 p. 284, lettre de Denon à Chalgrin, 25 novembre 1806 ; ci (...)

Le 11 messidor an 7, il a été remis au directoire exécutif un tableau de Rubens représentant Diane et Actéon, ayant 5 pieds de haut sur 7 pieds 6 pouces de large, et composé de 11 figures. M. Naigeon, à qui je me suis adressé pour savoir ce qu'il étoit devenu, m'a renvoyé à M. Lefuel. Ce dernier a répondu à la réclamation que je lui ai faite de ce tableau, qu'alors, comme aujourd'hui, c'étoit l'architecte qui étoit spécialement chargé de cette partie et que vous seul, Monsieur, pouviez me donner des renseignemens sur ce tableau. Veuillez donc, Monsieur, me faire savoir où je pourrai le faire reprendre pour le rétablir dans la collection impériale du musée Napoléon60

  • 61 La lettre de Chalgrin au ministre de l’Intérieur datée du 10 floréal an X (30 avril 1802) mentionne (...)
  • 62 F21 586, 29, 23 ventôse an X (14 mars 1802).

17On constate la même ambition pour la sculpture, que l’architecte va chercher dans divers palais et dépôts, dont Fontainebleau. Il se heurte au refus de Dubois d’Armenville, conservateur du château. Il demande à Chaptal de donner un ordre « direct » à d’Armenville, car selon lui, les objets qu’il désire61 sont « absolument inutiles à Fontainebleau ». L’ordre est donné le 17 floréal an X (7 mai 1802). La sélection de Chalgrin recoupe celle de Naigeon : ainsi, il avait déjà demandé pour le Luxembourg les deux statues de Christophe-Gabriel Allegrain mentionnées au catalogue62. Pour ces statues, l’ordre de transfert du ministre n’est pas direct : il passe par l’administration du musée du Louvre.

  • 63 F21 586, 29, 23 ventôse an X (14 mars 1802).
  • 64 Arch. des musées nationaux, registre *AA4/139, p. 323, 19 floréal an XI (9 mai 1803), Denon à Goula (...)
  • 65 F21 586, 93, lettre de Chaptal à l’administration du musée central, 14 ventôse an X (5 mars 1802).
  • 66 Arch. des musées nationaux, registre *AA9 p. 72, 11 novembre 1813, cité par Marie-Anne Dupuy, Isabe (...)

18La citation introductive affirme l’absence de « rapport de service » entre le conservateur du Luxembourg, Jean Naigeon, et le directeur du musée du Louvre, Dominique Vivant Denon. Or la correspondance conservée permet de remettre en cause cette assertion. En effet, dans le cas des deux sculptures d’Allegrain précitées, la lettre émane de l’administration du Musée central des arts ; elle est signée par Bernard-Jacques Foubert, administrateur adjoint et d’Athanase Lavallée, secrétaire du musée63. Les œuvres de Versailles proviennent en effet des dépôts du Louvre, et sont gérées prioritairement par le Musée central. Ainsi, c’est Dominique Vivant Denon qui donne l’ordre à Goulard de céder à Naigeon l’Ermite endormi de Vien64. C’est également l’administration du Musée central qui peut autoriser l’exposition des séries de Rubens, Vernet et Le Sueur au Louvre, étant donné que les tableaux, tous anciennement dans les collections royales, par commande ou achat, ont été nationalisés à la Révolution et sont portés sur l’inventaire du Louvre. C’est à cette administration que Chaptal s’adresse pour autoriser le transfert de la galerie des Rubens65. Aussi dans une lettre du 11 novembre 1813, Denon répond à Jean-Baptiste de Nompère, duc de Cadore, intendant général de la Couronne, au sujet de l’inscription des tableaux du Luxembourg sur l’inventaire de la Couronne. Il indique que les séries des Rubens, des Le Sueur et des Vernet, de même que les tableaux de David (exposés à partir de 1804), ont été payés sur les deniers de la Couronne et que « tous les autres tableaux […] ont été livrés par le Musée central des arts soit au Sénat soit au Directoire exécutif qui occupoit précédemment le même palais […]. J'ai dû les comprendre dans le catalogue comme tous ceux qui, ayant été exposés au musée, en sont sortis pour décorer les palais et maisons impériales66 ».

19Le fonds exploré aux Archives nationales est davantage centré sur le rôle du ministre de l’Intérieur – en l’occurrence Jean Antoine Chaptal, mais aussi Pierre Bénézech et François de Neufchâteau – qui se révèle être un interlocuteur privilégié entre les Bâtiments nationaux et leurs fonctionnaires, le Musée central des arts et les figures de terrain, à l’exemple de Jean Naigeon. Les lettres de ce dernier, conservées surtout aux archives des Musées Nationaux, révèlent une administration pointilleuse, de réelles connaissances et des choix précis. Toutefois, on voit bien que ces volontés ne sont pas suivies et que sa voix reste consultative, même s’il emploie dans toutes ses lettres le titre de conservateur. Les missions de Naigeon se révèlent davantage dans le placement des tableaux et leur restauration que dans la possibilité effective de leur sélection. Néanmoins, la galerie directoriale ne confie pas la conservation de ses collections de peinture venant des dépôts du Louvre et de Versailles à un sénateur ou même à l’architecte du palais, mais bien à un professionnel de la culture, extérieur à l’institution, et dont les attributions, ici bien timides, ne vont cesser de croître. Jean Naigeon conserve sa place jusqu’à sa mort en 1832, bien qu’il soit secondé par Marius Granet (de 1825 à 1828) puis par son fils, Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon (de 1828 à 1832). Durant l’Empire, les catalogues ne montrent pas de changement notable dans les collections, le plus important étant l’ajout de deux tableaux de Jacques-Louis David qui font l’objet de longues notices au catalogue de 1806. Il faut attendre 1815 et la fermeture de la galerie, et surtout l’ouverture du Musée des artistes vivants en 1818, pour envisager un tournant dans la carrière de Jean Naigeon et ses rapports avec le ministère de l’Intérieur.

Haut de page

Notes

2 Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon (1797-1867) fut conservateur du musée du Luxembourg de 1828 à 1861

3 Louis Morand, Une famille d’artistes : les Naigeon. Notices biographiques et catalogues de leurs œuvres, Paris, G. Rapilly, 1902, 62 p.

4 Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon, Notice historique sur Naigeon (Jean), membre de la Légion d’Honneur, peintre d’histoire, ancien conservateur du musée du Luxembourg, né le 19 avril 1757 à Beaune (Côte d’Or), mort à Paris le 22 juin 1832, Paris, Vinchon, 1848, 7 p.

5 Explication des tableaux, statues, bustes, composant la galerie du Sénat, rétablie par ordre du sénat conservateur. Elle comprend : la Galerie de Rubens, le Petit cloître des chartreux, de Lesueur, les Ports de France par Vernet avec la suite par le cit. Hüe. Paris, Didot, 1803, 71 p.

6 Musée du Louvre, INV 1769 à 1792.

7 Musée du Louvre, INV 8025 à 8031 ; 8033 à 8046 ; sous le Directoire, la galerie est complétée par trois saisies révolutionnaires destinées au même ensemble et qui le complètent : Musée du Louvre, INV 8047, 8048 et 8049.

8 Musée du Louvre, INV 8293 et 8297 ; Musée de la Marine, INV 5OA 1D à 5OA 13D.

9 Pierre Quarré, « Deux élèves de l’Académie de peinture de Dijon ; Jean Claude Naigeon et Jean Naigeon », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1963, p. 121-132

10 Titulaire du Grand Prix des États de Bourgogne, professeur à l’école de dessin de Dijon, un catalogue de vente lui a été consacré : Jean Claude Naigeon, un artiste au siècle des Lumières, Galerie Nathalie Motte Masselink, 22 mars 2012-21 avril 2012.

11 Grand Larousse universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand Dictionnaire universel, 1877, t. XVI, p. 776.

12 David A. Wisner, « Jean Naigeon at the dépôt de Nesle. A collector an culture-broker in the First French Republic », Journal of the History of Collections, volume 8, no 2, 1996, p. 155-165 ; voir aussi Louis Tuetey, Procès-verbaux de la commission des monuments 1790-1794, Paris, Charavay, 1902-1903, 2 vol. et Procès-verbaux de la commission temporaire des arts, Paris, Imprimerie Nationale, 1912-1918, 2 vol. 

13 Arch. des Musées nationaux, Z3 O – 1799, Z3 1797, 20 avril : rapport du 1er floréal an V adressé par Jean Naigeon aux administrateurs du Musée Central mentionnant les tableaux de l’école française présents au dépôt de Nesle.

14 Arch. nat., F21 586, 95.

15 Beaune, Musée des beaux-arts et musée Marey, 1811, INV 812.1.1.

16 Archives de Beaune, fonds Louis Morand, 29Z190, une note manuscrite de Louis Morand, malheureusement lacunaire et imprécise, mentionne une demande de Jean Naigeon aux députés de la Côte d’Or pour appuyer sa nomination ; le Bulletin d’autographes à prix marqués, n° 435, novembre 1912, signale sous le no 74215 une lettre signée par Gaspard Monge et Claude Louis Berthollet affirmant l’appui des sénateurs à l’obtention de la place de conservateur des tableaux du Sénat.

17 Edouard Pommier, Le Problème du musée à la veille de la Révolution, Paris, Cahiers Girodet, 1989, 31 p. ; Vincent Bouvier d’Yvoire, « Situation et rayonnement de l’école gratuite de dessin de Dijon », L’Ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale, mélanges offerts à Pierre Ponsot, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994, p. 329-338.

18 Arch. nat., F21 586, 50.

19 Arch. nat., F21 586, 50.

20 Arch. nat., F21 586, 51.

21 Arch. nat., F21 586, 95.

22 Arch. nat., F21 586, 94 et F21 586, 95, lettres de la commission administrative du Sénat à Chaptal.

23 Arch. des Musées nationaux, PP22 1802-1958, 28 avril 1802, lettre de Naigeon à l’administration du musée central sur le choix du citoyen Carlier pour restaurer les tableaux de la galerie du Luxembourg.

24 Arch. des Musées nationaux, Z3 1800-1830, 1813, 2 novembre : lettre du Comte de Cadore au baron Denon sur la question de l’inscription des « tableaux, statues, bustes et vases qui décorent soit la galerie, soit les jardins du palais du Sénat afin de les comprendre dans l’inventaire général des objets d’art qui font partie de la dotation de la couronne ». 

25 Arch. nat., F21 586, 6.

26 Arch. nat., F21 586, 10, 12, 15, 17 et 19.

27 Arch. nat., F21 586, 97.

28 Arch. nat., F21 586, 95.

29 Arch. nat., F21 586, 20-21 ; F21 586, 25 à 33 ; F21 586, 78 et 81 ; F21 586, 91 et 93.

30 F21 586, 93, Lettre de Chaptal, ministre de l’Intérieur, à la Commission administrative du Sénat conservateur, 14 ventôse an X (5 mars 1802).

31 Voir aussi F13 885 et F13 911.

32 Décret du 27 avril 1791 puis loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795).

33 Créée par la loi du 10 vendémiaire an IV, elle est supprimée le 20 germinal an VIII, puis rétablie le 3 floréal an IX, sous la direction de Barbier-Neuville.

34 Ce conseil, créé en 1795 par Pierre Bénézech, ministre de l’Intérieur, seconde les bureaux dont la tâche est plus administrative, dans le cadre des questions artistiques ; à partir de 1804, soit à la fin de l’administration Chaptal, les Palais nationaux retournent à la Maison du Souverain.

35 F21 586, 88.

36 Notamment les commandes de bustes de Joseph Vernet, Pierre Paul Rubens et Eustache Lesueur pour orner les salles contenant leurs peintures.

37 Sous le ministère de François de Neufchâteau.

38 F21 586, 80, lettre de Jean Antoine Chaptal au préfet de Seine et Oise pour mettre à disposition du citoyen Naigeon quatre bas-reliefs de marbre qui sont dans la laiterie de Rambouillet, 25 messidor an X (14 juillet 1802).

39 F21 586, 62 à 74.

40 Le bon du roi autorisant l’ouverture de la galerie est conservé aux Arch. nat., O1 1073, 26. La galerie est ouverte au public à partir du 14 octobre 1750 ; elle ferme en 1779, lorsque le palais, qui appartenait au domaine de la Couronne, est donné en apanage à Monsieur, frère du roi Louis XVI, comte de Provence et futur Louis XVIII ; deux actes datent formellement ce don, Edit par lequel S.M. donne à Monsieur le palais du Luxembourg, à titre et par augmentation d’apanage. Registré dans la Chambre des Comptes le 15 avril 1779 et en la commission pour l’évaluation de l’apanage le 23 juin suivant et Lettres patentes du roi portant concession à Monsieur, à titre d’inféodation, des terreins [sic] et emplacemens dépendans [sic] du palais du Luxembourg, lequel le roi s’étoit réservé, données le 25 mars 1779.

41 Jacques Bailly, Catalogue des tableaux du cabinet du Roy au Luxembourg, Paris, Prault Père, 1750, 47 p. et Catalogue des tableaux du cabinet du Roy au Luxembourg, nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée de nouveaux tableaux, Paris, Clousier, 1777, 48 p.

42 Arch. nat., O1 1915, 2 et O1 1916, 1.

43 Décret du 26 ventôse an V (16 mars 1797).

44 Arch. communales de Versailles, Palais de Versailles – Domaines nationaux, M5 1656, 1.

45 Lettre de Charles-Philippe Fayolle à l’administration centrale de Seine et Oise, 10 thermidor an IV (28 juillet 1796) ; Adolphe Dutilleux, « Quelques notes concernant le Musée spécial de l’École française à Versailles », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine et Oise, p. 230-243 et Notice sur le Museum national et le Musée spécial de l’École française à Versailles, 1792-1823, Versailles, Cerf, 1887, 40 p.

46 Arch. des Musées nationaux, V2.

47 Jacques-Pierre Tinet, Notice des tableaux, statues, vases, bustes, composant le Musée spécial de l’école française, Versailles, an X (1801), 123 p.

48 Arch. communales de Versailles, Palais de Versailles – Domaines nationaux, M5 1656, 1.

49 Yveline Cantarel-Besson, Procès-verbaux du Conseil d’administration du Musée central des Arts, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1992, 3 prairial an VI (22 mai 1798), P.V. 138, p. 284.

50 V3 1797-1809, 2 avril 1802 et 21 mai 1802.

51 F21 586, 83 : cette liste est de loin la plus longue, elle comporte cinquante trois tableaux cités, ainsi que des listes de noms peintres dont les œuvres seraient souhaitées, qui sont Nicolas Poussin, Valentin de Boulogne, Claude Lorrain, Charles Lebrun, Eustache Lesueur, Sébastien Bourdon, Pierre Mignard, Pierre Subleyras, Joseph Vernet, Jean-Jacques Lagrenée, Jean-Joseph Taillasson, Nicolas-Antoine Taunay, Jean-Joseph Xavier Bidault, Marie Marc-Antoine Bilcoq, Jean Louis Demarne, et Jean-François Hue.

52 Pour les deux citations, voir Arch. nat., F21 586, 88.

53 Arch. nat., F21 586, 85.

54 La première liste mentionne les noms de Nicolas Poussin, Jean Jouvenet, Valentin de Boulogne, Charles Lebrun, Joseph Marie Vien, Jacques Stella, Jean Germain Drouais, un des frères Le Nain, Claude Lorrain, Christophe-Gabriel Allegrain, Joseph Vernet, Philippe de Champaigne, Simon Vouet et Laurent de Hyre pour les peintures, Pierre Julien et Christophe-Gabriel Allegrain pour les sculptures ; la seconde liste mentionne les noms de Joseph Marie Vien, Charles Lebrun, Valentin de Boulogne, Nicolas Poussin, Claude Lorrain, Jean Cousin, un des frères Le Nain, Guido Reni, Anton Van Dyck, Philippe Wouwermans, Giovanni Pannini, Jean Raoux, Pierre Mignard, Jean-Baptiste Martin et Joseph Vernet.

55 Ce sont : L’Ermite endormi et Saint Vincent de Saragosse et saint Germain recevant la palme du martyre, Joseph Marie Vien ; Le Jugement de Salomon et L’Innocence de Suzanne reconnue, Valentin de Boulogne ; Sainte Marguerite, Nicolas Poussin (mentionné comme) ; Paysage avec figures et animaux et Paysage avec port de mer, Claude Lorrain ; Sainte Madeleine repentante renonçant à toutes les vanités de la vie, Charles Le Brun ; La Messe pontificale, Louis ou Antoine Le Nain.

56 Il est fait régulièrement mention des travaux d’aménagement de la galerie afin d’accueillir et de présenter au mieux les tableaux. On pourrait penser à une exposition différée, mais ces tableaux ne se trouvent pas non plus au catalogue suivant, édité en 1806 : Explication des tableaux, bustes, statues, etc., composant la galerie du Sénat conservateur, rétablie par ses ordres, Paris, Didot, 1806, 71 p.

57 Arch. nat., F21 586, 93, lettre de Jean Antoine Claude Chaptal à Jean Naigeon.

58 Arch. nat., F21 586, 52 ; l’ordre est donné par le ministre dans une lettre non datée (Arch. nat., F21 586, 53 et 54), mais aussitôt contesté par l’administration du musée central, celle-ci arguant que les antiques « doivent servir de modèles à l’école » et qu’il faut « laisser au conservatoire des arts la faculté de disposer des antiques pour le museum. » (F21 586, 55, lettre de la 5e division du bureau des musées et bibliothèques au ministre de l’Intérieur, 7 nivôse an IV).

59 Arch. nat., F21 586, 72 et 73.

60 Arch. des Musées nationaux, registre *AA5 p. 284, lettre de Denon à Chalgrin, 25 novembre 1806 ; citée par Marie-Anne Dupuy, Isabelle Le Masne de Chermont, Elaine Williamson, Vivant Denon : Directeur des musées sous le Consulat et l’Empire correspondance (1802-1815), Paris, RMN, 1999.

61 La lettre de Chalgrin au ministre de l’Intérieur datée du 10 floréal an X (30 avril 1802) mentionne quatorze statues, dix-sept bustes, quatre colonnes de marbre, trois grandes tables de marbre ainsi que des morceaux de marbres (F21 586, 24 et 25).

62 F21 586, 29, 23 ventôse an X (14 mars 1802).

63 F21 586, 29, 23 ventôse an X (14 mars 1802).

64 Arch. des musées nationaux, registre *AA4/139, p. 323, 19 floréal an XI (9 mai 1803), Denon à Goulard : « Je vous invite, Citoyen Directeur, à remettre au citoyen Naigeon, conservateur des tableaux de la galerie du Sénat, L’Hermite endormi, du citoyen Vien. Il se présentera mercredi pour l’enlever et vous en donner un récépissé. » ; cité par Marie-Anne Dupuy, Isabelle Le Masne de Chermont, Elaine Williamson, Vivant Denon, op. cit.

65 F21 586, 93, lettre de Chaptal à l’administration du musée central, 14 ventôse an X (5 mars 1802).

66 Arch. des musées nationaux, registre *AA9 p. 72, 11 novembre 1813, cité par Marie-Anne Dupuy, Isabelle Le Masne de Chermont, Elaine Williamson, Vivant Denon, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dutrinus, « Jean Naigeon, conservateur du Luxembourg sous le Consulat: Les rapports d’un conservateur avec le Sénat et le ministère de l’intérieur (1799-1804) », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 26 | 2013, 75 - 87.

Référence électronique

Hélène Dutrinus, « Jean Naigeon, conservateur du Luxembourg sous le Consulat: Les rapports d’un conservateur avec le Sénat et le ministère de l’intérieur (1799-1804) », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/336

Haut de page

Auteur

Hélène Dutrinus

Née en 1978, Hélène Drutinus a soutenu en 2007 à l’université Paris X un doctorat sous la direction de Ségolène Le Men intitulé L’invention du musée du Luxembourg, de la salle du trône aux artistes vivants, 1750-1822. Elle est actuellement rattachée au centre de recherches « Histoire des Arts et des Représentations » de l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org