Navigation – Plan du site

L’habitation du chapelier parisien dans la première moitié de l’époque moderne

The homes of the Parisian milliners during the first half of the modern period
Die Wohnstätten der Pariser Hutmacher zu Beginn der Frühen Neuzeit
Tiphaine Gaumy
p. 33-50

Résumés

L’étude de l’habitat des chapeliers parisiens, à travers les actes notariés, permet d’apprécier des aspects professionnels et privés de ce groupe socio-professionnel assez hétérogène. Le choix de l’enseigne et de l’emplacement de la résidence et de la boutique est réfléchi, alors que le recours à la pleine propriété ou à la location, répandue à l’époque, tient en grande partie aux moyens à la disposition du chapelier. L’exercice du métier a des répercussions sur l’agencement des pièces à vivre et de travail, et notamment sur leur fréquente confusion. A l’inverse, on note un début de spécialisation des pièces pour l’arçonnage ainsi que l’émergence de pièces de dilection chez de grands chapeliers de la première moitié du XVIIe siècle, chez qui la chambre ayant un caractère à la fois public et privé se double de pièces beaucoup plus intimes, comme les cabinets.

Haut de page

Texte intégral

1À l’époque moderne, le costume masculin comprend inévitablement un couvre-chef, qui peut être un bonnet, une coiffe, un chaperon, une toque ou bien un chapeau. Ce dernier est le roi des couvre-chefs. Il est produit exclusivement par les chapeliers, à partir d’un mélange de feutre de laine pour les plus communs et de feutre de castor ou de vigogne, pour les plus luxueux. Ces deux derniers produits, venus du Nouveau-Monde, apparaissent respectivement dans les ateliers et les garde-robes à partir de 1582 et 1635.

  • 1 René de Lespinasse, Les Métiers et corporations de la Ville de Paris, XIVe-XVIIIe siècles, 1898, Pa (...)

2Les chapeliers parisiens, faubourgs compris, sont regroupés en une communauté réglée depuis le XIVe siècle, dont les statuts sont profondément modifiés en 1578 puis en 16121. Les produits sont réputés pour leur qualité et ils sont écoulés dans tout le royaume ainsi qu’à l’étranger. Le contexte politique et économique difficile des Guerres de religion a des conséquences visibles sur les fortunes et les réussites des chapeliers parisiens. Un libelle estime le nombre de maîtres à deux cents vers 1625, Savary en dénombre trois cent dix-neuf en 1750, mais le corpus d’actes a révélé l’existence de plus de sept cent dix chapeliers entre 1550 et 1660. Certains vivotent quand ils ne font pas faillite tandis que d’autres amassent argent et propriétés avant de monter dans la hiérarchie sociale.

  • 2 Comme les papiers des autres communautés, à l’exception des archives des orfèvres et des monnayeurs (...)

3Les papiers de la communauté ont malheureusement disparu2, mais les documents des particuliers, notamment notariés, nous sont parvenus en assez grand nombre pour retracer le cycle de fabrication et de vente du chapeau ainsi que certains aspects de la vie privée des chapeliers.

4Parmi ces aspects, l’habitation est tout autant intéressante sur le plan professionnel que privé. Les inventaires après décès, les contrats de vente et les baux de location sont les trois principales sources à notre disposition pour traiter la question de l’habitation.

Les chapeliers dans Paris : la recherche d’une visibilité

Des quartiers de chapeliers

5Il n’y a pas de rue des chapeliers ou de la chapellerie à Paris, contrairement à la cordonnerie ou à la boucherie. Les conclusions sur la répartition géographique des chapeliers sont en outre tributaires des mentions des archives, souvent incomplètes et parfois contradictoires, et de la forte mobilité intra-urbaine. Cependant des tendances ont pu être repérées (ill. 1).

Ill. 1 : Carte de l'implantation des chapeliers dans Paris entre 1550 et 1660

Ill. 1 : Carte de l'implantation des chapeliers dans Paris entre 1550 et 1660

Cliché de l’auteur

6Près de la moitié des chapeliers réside sur la rive droite de la Seine, et près d’un chapelier sur cinq dans la paroisse de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, l’une des plus peuplées de Paris. Loin derrière, on trouve des chapeliers dans les paroisses Saint-Eustache, Saint-Leu-Saint-Gilles et Saint-Germain-de-l’Auxerrois. Il y a trois fois moins de chapeliers dans la petite île de la Cité et neuf fois moins sur la rive gauche, ceux de la rive gauche habitant tous dans la paroisse Saint-Séverin.

7En ce qui concerne les faubourgs, la présence de chapeliers est épisodique dans ceux de Saint-Victor ou de Saint-Honoré mais elle est très forte dans ceux de Saint-Marcel, avec trente-cinq mentions rien que pour la rue Mouffetard, et de Saint-Germain-des-Prés dans les rues du Four, de Saint-Sulpice, ou du Cœur-Volant, rue qui borde la foire de Saint-Germain-des-Prés où des chapeliers tiennent des étals.

8En réalité, les chapeliers privilégient les grands axes de communication de la ville, du Nord au Sud. Une cinquantaine de chapeliers occupe la rue Saint-Denis, qui se partage au moins entre cinq paroisses, et qui est prolongée vers le faubourg Saint-Jacques et celui de Saint-Marcel par les ponts de Notre-Dame, pont aux Changeurs, pont Marchand, pont Saint-Michel et les rues Saint-Jacques, Galande, de la Bûcherie et de Sainte Geneviève.

  • 3 Jeanne Pronteau, Les Numérotages des maisons de Paris, du XVe siècle à nos jours, 1966, Paris, préf (...)

9La question de l’habitation sur les ponts mérite d’être approfondie. Le pont Notre-Dame revient à quarante-neuf reprises dans les adresses de chapeliers, avec sa rue attenante, la rue de la Planche-Mibray, mentionnée à treize reprises. Le pont compte soixante-cinq maisons avant son effondrement en 1499. Reconstruit entre 1500 et 1512, il se compose désormais de soixante-huit maisons, toutes marquées en lettres d’or sur fond rouge, nombre qui va être réduit à partir de 1646, pour des raisons d’urbanisme : la construction de la rue et du quai de Grève implique la destruction de la maison de la Réale, occupée jusque-là par le chapelier Nicolas Roger3. Dans les registres du bureau de la Ville de Paris, à l’occasion d’une annonce concernant la destruction des saillies devant les maisons du Pont en mai 1601, il est fait état d’au moins douze chapeliers, soit près d’un habitant sur cinq. Leurs voisins sont des orfèvres, des plumassiers, des merciers et des bonnetiers, leurs concurrents et compléments. Une fois le chapeau acheté chez le chapelier, le client n’a plus qu’à se fournir chez le plumassier pour le fameux panache et chez les merciers ou orfèvres pour les cordons et enseignes. Les places sur les ponts sont prisées par les chapeliers : le chapelier Gaspard Bouchart choisit de déménager de la soixante-et-unième maison du pont Notre-Dame au Cœur-en-liesse, maison sur le pont Saint-Michel.

La question de l’enseigne

10Mais être situé dans un endroit passant ne suffit pas, encore faut-il se faire remarquer dans le paysage, et le meilleur moyen pour cela est l’enseigne, autant à destination professionnelle que privée, mais qui n’est pas obligatoire.

11Quand les enseignes sont mentionnées, on trouve des allusions à de simples objets, comme le Barillet, le Château, la Cloche, la Clef d’or, les Trois torches, le Collet d’or, le Gros diamant, la Bouteille, le Carolus ou, ce qui semble de bon aloi pour un chapelier, le Chapeau royal qu’arborent trois chapeliers. D’autres sont des enseignes « à la mode » : en 1669, Jacques Thiérart réside aux « Grands mousquetaires ».

12Les animaux ne sont pas en reste avec un Lion d’argent, deux Lions d’or, un Coq en pâte et une Tête de bœuf dans les inventaires mais aussi des Singes, un Renard, des Cygnes, un Cheval blanc, plus deux végétaux, les Deux roses et la Pomme de pin. D’autres font écho à la culture populaire, comme le Pastoureau où réside Jean Juhé, les Quatre-fils-Aymon où vit Michel de Lacroix. Le patriotisme, si l’on peut dire, se reflète pour les enseignes aux écus, Écu d’Alençon pour Martin Médelin, Écu de France pour Georges Leclerc, Écu de Bretagne pour Jean Fagart, Écu d’Orléans pour Etienne Godin, ainsi qu’au Roi, comme François Legros, Richard Caillou et Philippe Lafilu.

13On trouve évidemment de nombreuses références religieuses, avec les saints Claude, Côme, Eustache, François, Joseph, Julien, Martin, Michel, Gervais et Protais, et les saintes Anne et Avoie, et la Madeleine ou l’Annonciation. Philippe Clarentin préfère résider au Roi David, François de Saint Aubin dans la maison Notre-Dame et Jean de Planne à celle de Notre-Dame-de-Liesse. Contrairement aux enseignes d’objets ou animales, on peut ici trouver des relations entre les enseignes et les propriétaires : Claude Caffin réside à l’image Saint-Claude, François Guerrin et François Fourrier à l’image Saint-François, et on peut supposer une dévotion particulière envers le saint ou la sainte pour les autres.

14D’autres jouent sur les mots pour vanter la qualité de leurs produits, leur réputation et leur réussite. Les chapeliers Michel Carrier et Pierre Coqu officient au « Chapeau fort », qui est le chapeau le plus pesant de la gamme et un gage d’absence de fraude de la part du chapelier. Jusqu’au percement du faubourg Saint-Germain, une telle enseigne décore la maison du 40 de la rue de l’École de médecine et sa gravure nous est parvenue (ill. 2).

Ill. 2 : Enseigne « le Chapeau fort »

Ill. 2 : Enseigne « le Chapeau fort »

Tirée de François Boucher, les Enseignes de Paris, tome II, p. 17

  • 4 Arch. nat., Min. cent., ét. I, 128, f. VII, acte du 14 janvier 1655.
  • 5 Arch. nat., Min. cent., ét. CXIII, 4, acte du 13 avril 1636.

15Jacques Soutain, priseur des biens de Pierre Coqu après le décès de sa femme, est à la Nouvelle-France, également gage de bonne qualité et de nouveauté, puisque les poils les plus luxueux en viennent. Pierre de la Vigne préfère jouer sur son nom : il a choisi l’enseigne parlante de « la Vigne et le Plat d’Argent4 ». Celle de Guillaume Le Lièvre atteste de sa réussite professionnelle : il semble qu’il vienne d’entrer dans le petit cercle des valets de chambre du roi. En 1636, il passe un marché avec un compagnon peintre pour la réalisation de sa nouvelle enseigne, qu’il veut avec « les armes du roy a deux escussons, un lievre avec deux chappeaux à la royale », et avec la devise en lettres d’or « ycy gist le lievre chappellier par ordre du Roy ». L’enseigne lui coûtera 53 livres, soit le prix d’un chapeau de castor de très bonne qualité et son adresse comporte désormais la mention du « Lapin chapeauté5 ».

Location et propriété

  • 6 Philippe Guignet rappelle l’importance de la location dans les villes de l’époque moderne comme Cam (...)

16L’habitation est bien entendu un élément important pour l’appréciation des fortunes. Relativement peu de chapeliers sont propriétaires de leur chez-soi, certains par choix, d’autres par nécessité, comme une grande majorité des hommes de l’époque moderne6.

  • 7 Arch. nat., Min. cent., ét. XLV, 160, acte du 06 août 1588.

17Dans le corpus des inventaires après décès de chapeliers, seuls cinq sur quatre-vingt-deux sont explicitement propriétaires de leur domicile au moment de leur décès. Les papiers inventoriés informent souvent d’un achat parcelle par parcelle, en raison du morcellement des héritages, comme pour la maison Saint-Julien de la rue de la Lanterne, occupée par Pierre Fredin, achetée entièrement par parcelles allant du cinquième au vingt-cinquième de la maison7.

  • 8 Arch. nat., Min. cent., ét. XXIII, 163, acte de 1588.
  • 9 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 101, acte du 12 octobre 1620.

18Dans la même rue se trouve la maison Saint-Eustache, propriété du chapelier Jean Prevost qui y décède en 1588. Elle comprend une cave, une boutique et son arrière-boutique, une cour, un grenier et une première chambre que l’inventaire décrit, suggérant ainsi l’existence d’autres chambres occupées par des étrangers en location8. En 1598 et 1599, c’est-à-dire en deux temps et deux versements dont le premier de 2 850 livres – le montant du second versement n’est pas connu –, la maison passe aux mains d’un collègue, le chapelier Pierre le Page, qui doit en plus éteindre les rentes constituées sur la maison, montant là encore à 2 850 livres. En 1608, la moitié de la maison est revendue à un marchand bonnetier pour la somme de 5 400 livres et les deux parties s’accordent pour faire édifier une cloison entre les deux moitiés de maison. Cette moitié est finalement rachetée par la famille Le Page et après la mort de Pierre le Page, en 1620, ses héritiers la louent au maître chapelier Jean Cavelier pour 300 livres annuelles9. Cet exemple illustre un autre aspect des transactions immobilières parisiennes, la vente et la location de préférence dans le cercle familial ou du moins professionnel.

  • 10 Tiphaine Gaumy, Chapeau, chapeliers et autres couvre-chefs à Paris, 1550-1660. Aspects économiques, (...)
  • 11 Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Couperie, « Le mouvement des loyers parisiens de la fin du Moyen Âg (...)

19Les transactions immobilières font état de résidences parisiennes achetées en moyenne aux alentours des 6 000-7 000 livres, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. L’alternative est la location et, en ce domaine, les chapeliers sont très actifs et très mobiles. Cela ne résout cependant pas tous les problèmes puisque bon nombre d’actes font état de chapeliers en retard de payements, que leurs créanciers doivent poursuivre en justice, après avoir fait confisquer leurs biens. Les maisons du Pont Notre-Dame sont toutes louées pour un même montant, à savoir 210 livres en 1603. Dès cette date, le chapelier Jean Juhé fils y réside au Lion d’or et on l’y retrouve cinquante ans plus tard, au décès de sa femme, redevable de plusieurs termes à un certain Langlois – probablement le receveur du prévôt des marchands et des échevins de la ville de Paris – pour un domicile restreint, comprenant seulement une chambre et un bouge, toujours à 210 livres annuelles, et pour une boutique louée 300 livres à l’année, soit plus que le domicile lui-même10. Les loyers ont évidemment augmenté entre-temps, comme l’ont démontré Emmanuel Le Roy Ladurie et Pierre Couperie11.

  • 12 Tiphaine Gaumy, op. cit., t. I, p. 276.
  • 13 Arch. nat., Min. cent., ét. XIII, 22, acte du 12/11/1635.

20Il semble qu’il faille aussi prendre en compte l’attractivité du centre de Paris. En effet, quand on compare les baux de locations pour des maisons ayant un même nombre de pièces et sensiblement à la même date, les différences de loyers sont trop importantes pour être imputées à une différence de superficies. Ainsi en 1650 entre une maison située sur le Pont Notre-Dame, et une autre au faubourg Saint-Marcel, on constate une différence de loyer allant du simple au double, 220 livres pour la maison du faubourg, 650 pour celle sur le pont. Si l’on prend le problème à l’envers, en 1652, Richard Collot dépense 1 400 livres pour louer une maison au nombre de pièces inconnu sur le Pont aux Changeurs, soit autant que Daniel Hélot, le plus riche chapelier du faubourg Saint-Germain-des-Prés qui y occupe deux corps de logis pour une vingtaine de pièces et un grand jardin12. L’attractivité du centre de Paris est telle que le chapelier Nicolas Roger père préfère louer la maison de la Réale située sur le Pont Notre-Dame pour 300 livres annuelles, y travailler et y résider, plutôt que d’occuper la maison qu’il possède au faubourg Saint-Marcel, qu’il loue 24 livres à un tisserand en toile et dont il s’est réservé la jouissance en ce qui concerne le jardin13.

  • 14 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 85, f. XIIc LIII- XIIc XXV, acte du 29 décembre 1615.
  • 15 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 484, f. 69v-70, acte du 25 juin 1551

21Néanmoins, si les chapeliers parisiens sont en majorité des locataires, certains se constituent de véritables empires immobiliers, que ce soit dans Paris même ou dans la région. Un cas extrême est celui de Marguerite Le Page, sœur de Pierre le Page et deux fois femme de chapelier avant d’épouser en troisièmes noces un écuyer de l’Écurie du roi. Avec son deuxième mari, Nicolas Chenevière, elle possède ainsi la maison du Mortier d’or, la maison de la Rose rouge rue Troussevache valant 6 120 livres, une autre rue de la Lanterne, à l’enseigne de la Couronne d’or valant 4 350 livres, la maison du Singe vert, rue Lemaire, l’ancienne maison des Deux saumons rue de Montmartre valant 4 375 livres, la maison de l’Écu de France au Mont-Sainte-Geneviève pour 6 000 livres, la maison de la Chèvre qui paît valant 3 750 livres et la maison des Trois étoiles rue Saint-Denis, achetée 3 900 livres. Le couple acquiert aussi des biens à Cergy, à la Villette-Saint-Denis et à Pantin. En tout, ce sont au moins 41 400 livres de biens immobiliers qui leur appartiennent14. D’autres chapeliers investissent à Chambord pour ce qui est de François de la Vairie, à Ville-l’Evêque pour Jean Buquet ou encore à Aubervilliers pour Nicolas du Fay. Un certain nombre de propriétés immobilières s’obtient cependant par héritage ou par mariage et reste souvent du propre de leur propriétaire, échappant ainsi à l’inventaire après décès et au regard de l’historien. Ce n’est pas le cas de la pièce de marais au faubourg Saint-Martin qui appartient en propre à la femme de Pierre Jablier et qu’il met en location en son nom en 155115.

Entre espaces privés et professionnels : confusion et intimité

Les exigences de la chapellerie

22L’exercice du métier est exigeant en matières premières, en temps (une semaine complète pour faire un chapeau) et en outils, parfois encombrants, polluants et sonores. Le métier est interdit en chambre, c’est-à-dire qu’il doit s’effectuer au grand jour, de préférence dans un atelier ou une boutique.

  • 16 Arch. nat., Min. cent., ét. XXVI, 47*, acte du 19 décembre 1622
  • 17 Arch. nat., Min. cent., ét. XI, 153, acte du 17 novembre 1650.
  • 18 Ils peuvent également être « enchassés en plâtre ».
  • 19 Arch. nat., Min. cent., ét. IV, 72, acte du 08 mai 1634 et ét. XV, 146, acte du 18 novembre 1650.

23Les chaudières pour le foulage et la teinture prennent notamment beaucoup de place, surtout quand il y en a neuf, comme chez Jean Sénéchal. Certains contrats de location leur consacrent même une clause spécifique. Le chapelier Poitevin se voit imposer l’emplacement de son fourneau au rez-de-chaussée du corps d’hôtel arrière « en sorte qu’il ne puisse endommager ledit lieu16 ». Laurent Froissard, lui, doit installer tout ce qui sert à fouler dans le jardin, et doit rendre ce dernier en bon état en fin de bail17. Il faut dire que l’activité est dangereuse et gênante. Aux risques d’incendie à cause d’un fourneau indépendant18 s’ajoutent la vapeur d’eau bouillante, les risques de fuite et les odeurs qui peuvent endommager la maison et incommoder les voisins. Dans deux contrats de location, c’est directement le fait de tenir boutique qui est visé. Louis Marion et Marc Grangy doivent louer une boutique ailleurs pour pratiquer et vendre leurs produits19.

  • 20 Arch. nat., Min. cent., ét. IX, 283, acte du 28 avril 1581 et ét. XXXIX, 189, acte du 16 décembre 1 (...)
  • 21 Les planches de l’Encyclopédie montrent un établi d’osier aux bords rabattus. La seule représentati (...)

24Une autre étape de la fabrication requiert si possible une pièce spécifique, l’arçonnage. Il s’agit de nettoyer les poils de leurs impuretés en les faisant voler. L’inconvénient est que les poils ainsi arçonnés se répandent dans toute la pièce, occasionnant une perte de matières certaine. Une des solutions consiste à effectuer cette opération dans une pièce réservée, que l’on peut balayer pour récupérer les poils. C’est le cas chez Hercule Simon ou Georges Leclerc20. L’autre solution est d’avoir un chevalet d’arçonnage fermé le plus hermétiquement possible. Sur les planches de l’Art du chapelier de l’abbé Nollet, il s’agit de petits boxes placés les uns à côtés des autres, séparés par des cloisons21. (ill. 3 et 4).

Ill. 3 : Première planche de l'Art du chapelier

Ill. 3 : Première planche de l'Art du chapelier

De l'abbé Nollet, à Paris, chez Calixte Volland, an VII [1798] (la première édition date de 1765)

Cliché de l’auteur

Ill. 4 : Le chapelier

Ill. 4 : Le chapelier

Gravure de Hans Sachs, tirée de Jost Amman, le Livre des métiers, Leipzig, 1568

Bibliothèque nationale de France

  • 22 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 67, f. 413-407v, acte du 22 juin 1609.

25Un tel dispositif se retrouve chez le chapelier Jacques Hullot en 1609 qui possède des porches de bois blanc prisés avec les claies et les arçons22.

  • 23 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 88, f. VIIIc IIIIxx- VIIIc LXXII, acte du 28 novembre 1616.
  • 24 Arch. nat., Min. cent., ét. CV, 42, acte du 21 janvier 1585.
  • 25 Arch. nat., Min. cent., ét. LXXXVI, 128, acte du 27 juin 1588.

26L’exercice du métier est également exigeant sur le plan humain, et cela a des conséquences sur l’habitation. Le maître chapelier a à son service des servantes, mais surtout des apprentis et des compagnons. Les statuts lui donnent le droit d’enseigner son métier à deux apprentis concomitamment et à employer autant de compagnons qu’il peut, à condition de pouvoir présenter leurs brevets ou contrats d’engagement. Le maître Jean Dutilloy emploie ainsi six compagnons, plus trois cardeurs qui sont des ouvriers spécialisés23. Dans les clauses du brevet d’apprentissage figure le logement de l’apprenti au domicile du maître. Les boutiques et arrière-boutiques peuvent alors comporter des bancs-couches où ils passent la nuit. En revanche, dans le cas des compagnons, la clause de logement chez le patron n’est pas systématique. Aucun des inventaires après décès de compagnons ne précise que le défunt réside chez son patron. C’est par contre ce que négocie Guillaume Dassetort en 1585 avec le maître Christophe de la Haye, en plus du travail du castor, de la nourriture et d’un salaire de dix sols par semaine24. Pour Jean Cocquerel, la résidence au logis de son patron tient aussi au fait qu’il en a épousé la fille : le contrat de mariage prévoit l’occupation d’une chambre garnie fournie par les beaux-parents et non d’un simple banc et de sa couverture dans la cuisine, le grenier ou la boutique25.

Confusion des pièces ou spécialisation

27Les inventaires après décès sont aussi un témoignage précieux pour l’organisation des pièces à vivre et professionnelles mais, malgré les informations, cette organisation n’est pas toujours très claire.

  • 26 Arch. nat., Min. cent., ét. IX, 146, acte du 16 mai 1565.
  • 27 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 98, acte du 29 avril 1557 et ét. CVII, 92, acte du 14 novembre 1570

28Pour un grand nombre de chapeliers ou de compagnons au budget serré et en situation précaire, le quotidien se fait dans une seule pièce, une chambre louée faisant partie d’un hôtel. À la différence des compagnons qui n’ont pas le droit de travailler chez eux ni de tenir boutique, les maîtres effectuent leur travail dans cette unique pièce à vivre, comme Pierre Buthans26. L’évolution de la carrière peut ainsi se mesurer à l’aune de l’habitation, quand on la chance, comme Raoulin Charpentier, de conserver un inventaire après décès du temps où il était compagnon et un autre une fois qu’il est passé maître. On est passé d’une pièce unique située dans un hôtel à un hôtel complet comprenant cave, boutique, petite salle, chambre et galetas27.

  • 28 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 424, acte du 30 mai 1567 et ét. III, 436, acte du 15 mars 1569.
  • 29 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 88, f. VIIIc IIIIxx- VIIIc LXXII, acte du 28 novembre 1616 et ét. L (...)

29Cependant, la plupart des inventaires font état de logements à plusieurs pièces. Dans la moitié des cas, les outils sont repérables à un seul endroit, qui peut être la boutique ou le grenier. Dans l’autre moitié, les outils sont dispersés dans tout l’hôtel, avec les fouleries et les chaudières à teinture repoussées dans la mesure du possible à l’extérieur, pour les raisons soulevées précédemment. Ainsi l’atelier de Jean Bocage et celui de Jean Cousinot se partagent en deux emplacements, diamétralement opposés au sein de l’hôtel : en haut on trouve le grenier où se passe l’essentiel de la fabrication ainsi que l’arçonnage, et dans la cour se trouve la chaudière pour la teinture28. La disposition est inverse et semble-t-il peu pratique chez Jean Dutilloy et chez Nicolas Lefebvre, puisque les chaudières sont au grenier et les foulloires dans la boutique au rez-de-chaussée, avec la nécessité de transporter l’eau bouillante du grenier à la boutique pour le foulage29.

  • 30 Arch. nat., Min. cent., ét. LXXXVI, 159, acte du 08 janvier 1585.
  • 31 Arch. nat., Min. cent., ét. XLV, 160, acte du 02 décembre 1587.

30La boutique ou ouvroir est généralement au rez-de-chaussée de l’hôtel et donne sur la rue, pour débiter les marchandises et profiter de la lumière du jour en travaillant. Les chapeliers profitent aussi de la rue pour étaler leurs marchandises, sur des comptoirs, quand ils en obtiennent l’autorisation. Sinon, celles-ci sont disposées dans la boutique, dans des armoires, empilées sur des étagères ou accrochées à des clous, avec des miroirs pour s’admirer, des chaises et des balances pour peser le chapeau. Dans treize cas, les boutiques sont couplées avec des arrière-boutiques ou des « sallettes », où le propriétaire entrepose ses marchandises et ses matières premières. Ces « sallettes » peuvent être attenantes aux boutiques ou dans les étages supérieurs, notamment dans le cas des locations. Les boutiques peuvent également être distinctes des domiciles des chapeliers : Nicolas Ritor habite rue Troussevache mais sa boutique est rue Saint-Denis, plus passante, quoique à son domicile on trouve une « chambre aux chapeaux30 » ; Pierre Preudhomme réside dans une chambre rue Geoffroy-Lasnier, où se trouvent ses outils et ses marchandises, mais sa boutique est rue Saint-Antoine31. Pour ceux qui ne peuvent tenir de boutique, il est également possible de louer ou d’acquérir une loge à la foire Saint-Germain-des-Prés ou une place aux Halles.

  • 32 Pierre Couperie, Madeleine Jurgens, « Le logement à Paris aux XVIe et XVIIe siècles », dans Annales (...)

31En ce qui concerne la disposition des autres pièces, les situations sont toutes différentes, et Pierre Couperie et Madeleine Jurgens ont mis en avant les limites des reconstitutions possibles32. En voici quelques exemples.

  • 33 Son absence lors de l’inventaire ne signifie pas son inexistence mais plutôt son simple rôle de com (...)

32Rue Saint-Denis, en 1545, décède le marchand maître chapelier Claude Pesset, dans une habitation qu’il loue. Dix-sept pièces sont visitées pour la confection de l’inventaire, chacune plus ou moins localisée par rapport aux autres. Il semble que se dégagent six niveaux, dont un sous-sol, un rez-de-chaussée et quatre étages. Au rez-de-chaussée on trouve l’ouvroir, donnant sur la rue Saint-Denis, avec une arrière-boutique et, à côté d’eux, une cuisine. Joignant la cuisine, c’est une étable, où l’on peut loger chevaux et autres bêtes, suivie d’un caveau voûté et probablement du cellier. Au milieu se trouve la cour, sans mention d’un puits. Au sous-sol où on accède par une « montee » se trouve une cave et un caveau voûté attenant. Quand on passe au premier étage, on trouve mention de deux chambres donnant sur la rue Saint-Denis l’une à côté de l’autre, l’une sur la cuisine dite première chambre, et une autre sur l’ouvroir. Aucune chambre n’est mentionnée à cet étage pour le corps d’hôtel de derrière, pourtant, une fois passé au second étage, on trouve une « chambre au second estaige au corps d’hostel de derriere », qui fait face au corps d’hôtel de devant à une chambre ayant vue sur la rue Saint-Denis. Au troisième étage, on ne trouve mention que d’une chambre ayant vue sur la cour pour le corps logis de devant, ce qui sous-entend peut-être une chambre donnant sur la rue mais non occupée par le couple, ou bien une chambre n’ayant de fenêtres que sur la cour. Pour le corps de logis de derrière, peut-être faut-il placer à cet étage le petit grenier, au-dessus de la quatrième chambre. Enfin, probablement à un quatrième étage du corps de devant, un autre grenier sur lequel se finit la visite de l’habitation. Pour relier les deux corps de logis, une galerie intermédiaire courant sur l’étable n’est pas improbable33.(ill. 5)

Ill. 5 : Coupe verticale et horizontale, étage par étage, de l'habitat de Claude Pesset, rue Saint-Denis

Ill. 5 : Coupe verticale et horizontale, étage par étage, de l'habitat de Claude Pesset, rue Saint-Denis

D'après son inventaire après décès (Arch. nat., Min. cent., ét. XXXIII, 20, acte du 26/06/1545)

Cliché de l’auteur

  • 34 Arch. nat., Min. cent., ét. III, 300, acte du 11 février 1550 (n. st.).

33Les lieux occupés par Jacques Broutesauge au jour de son décès sont plus étroits. Pour accéder au premier étage, il dispose d’une montée, ayant vue sur le pont où il réside. À un niveau intermédiaire, avant d’accéder au premier étage, existe une étude. Si l’on continue la montée, on trouve sur le même niveau ou premier étage une sous-pente, une petite salle, et une chambre qui semble être la même que celle désignée par l’expression de « chambre haulte ». Le second et dernier étage comporte un grenier et une chambrette. Le fait d’être sur un pont ne change rien en ce qui concerne l’existence d’une cave. Chez Claude Pesset, elle semble être souterraine, chez Jacques Broutesauge elle est de plain-pied, au même niveau que l’ouvroir dite aussi boutique, la cuisine et la cour, mais sa taille n’est pas suffisante car une autre située place aux Veaux est également visitée pour l’inventaire des biens34.(ill. 6)

Ill. 6 : Coupe verticale du logis de Jacques Broutesauge sur le Pont Notre-Dame d'après son inventaire après décès

Ill. 6 : Coupe verticale du logis de Jacques Broutesauge sur le Pont Notre-Dame d'après son inventaire après décès

Arch. nat., Min. cent., ét. III, 300, acte du 11/02/1550 (n. st.)

Cliché de l’auteur

  • 35 Georges Leclerc vit en colocation, ce qui explique le terme de « première chambre » : il ne s’agit (...)

34Nicolas Ritor, lui aussi en location, vit sur quatre niveaux et deux endroits. Sa boutique est rue Saint-Denis et sa résidence, rue Troussevache, comme on l’a vu plus haut. En sous-sol de la résidence on trouve la cave, au-dessus une salle, puis au premier étage deux chambres, une simple et une dite « chambre aux chapeaux », le tout surmonté d’un grenier au deuxième étage. C’est quasiment la même disposition que l’on retrouve chez Georges Leclerc à l’Écu de France, rue de la Savonnerie, sur quatre niveaux : une cave en sous-sol, au rez-de-chaussée une petite salle basse avec la boutique, au premier étage une première chambre jointe à un bouge35, et un grenier au deuxième étage.

  • 36 Arch. nat., Min. cent., ét. VII, 93, acte du 13 avril 1655.

35Jérôme de Jouy réside aussi sur quatre niveaux dans son logis du Monde rue Saint-Denis. Cave au sous-sol, boutique au-dessus et cour au rez-de-chaussée, au premier étage ce sont trois chambres que l’on trouve, l’une donnant sur la cour et deux sur la rue, avec pour l’une un cabinet joignant, et au-dessus une petite chambre donnant sur la rue Saint-Denis, plus une arrière-boutique donnant sur le derrière. L’inconnu réside dans l’emplacement des trois greniers et des ruelles ou couloirs, les premiers étant situés sur les seconds : ces greniers sont-ils situés au second étage ou à un troisième étage36 ?

  • 37 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 654, actes des 16 mai 1641 et 21 mai 1641.

36En ce qui concerne les superficies, l’apparence extérieure et intérieure, ainsi que la hauteur des maisons, les informations sont plus que lacunaires. Des marchés peuvent en donner une idée, comme ceux réalisés par le chapelier Jacques Gastelier ou son collègue Guillaume le Lièvre. Les toitures ne sont jamais indiquées, mais les adjudications par décret, conservées dans la série Y des Archives nationales, font état d’une majorité couverte de tuiles. Les récits des étrangers visitant Paris décrivent des maisons en bois ou en pierre, avec les enseignes pendantes, peintes ou gravées sur le mur. Dans les marchés passés en 1641 avec un charpentier et un maçon, Jacques Gastelier choisit une maison rue Mouffetard, au faubourg Saint-Marceau, à cinq niveaux, enduite de crépi de chaux et de sable qui imite la pierre de taille aux encoignures, des pignons de plâtre, des lucarnes, des escaliers extérieurs côté cour et jardin, plus un intérieur en bois, des poutres et croisées emplâtrées, quatre cheminées avec leurs tuyaux. Le marché passé par Guillaume le Lièvre en 1639 touche à la peinture des intérieurs : les cinq chambres, les planchers, les solives, les garde-robes, les courselles, les châssis et les portes sont couleur bois mais la petite salle sera en gris plombé, les selliers et portes intérieures en gris. À l’extérieur, on retrouve du gris pour les courses et les châssis du devant du logis, les portes et les fenêtres en rouge, les autres châssis en blanc. Quant aux onze cheminées que compte la maison, elles seront peintes en faux marbre. Tout sera peint à l’huile, en deux couches, dans l’espace d’un mois et pour un montant total de mille deux cents livres. Il faut également penser aux décorations intérieures, avec les tapisseries et les tableaux que l’on retrouve respectivement dans cinquante-six et trente-neuf inventaires de chapeliers37.

La maison de Daniel Hélot, entre domicile privé et industrie

  • 38 Arch. nat., Min. cent., ét. LXX, 164, acte du 18 février 1660.

37En 1660 quand meurt le marchand maître et chapelier ordinaire du roi Daniel Hélot, un long inventaire de ses biens est réalisé, à partir duquel on peut imaginer un chapelier heureux en affaires et en famille, qui tient un immense atelier au faubourg Saint-Germain-des-Prés et qui se révèle aussi un amateur de peintures et d’objets rares38. (ill.7).

Ill.7 : coupe verticale du logis de Daniel Hélot, rue du Four, faubourg Saint-Germain-des-Prés

Ill.7 : coupe verticale du logis de Daniel Hélot, rue du Four, faubourg Saint-Germain-des-Prés

D'après son inventaire après décès. Arch. nat., Min. cent., ét. LXX, 164, acte du 18/02/1660

Cliché de l’auteur

38À ce stade des recherches, on n’a pu retrouver que son inventaire après décès, un bail le concernant et deux contrats de mariage, l’un pour une de ses filles qui épouse un ancien employé, l’autre pour une de ses servantes. Il semble être originaire de Rouen et y conserver de fortes attaches. L’une de ses filles y a épousé un marchand teinturier, son fils aîné, Daniel le jeune, y réside encore, comme bourgeois de la ville et comme marchand chapelier. De ses deux mariages il a onze enfants vivants, dont cinq encore mineurs à son décès. Outre les deux enfants précédemment cités, son fils Abraham a épousé une Hollandaise et réside à Amsterdam.

39Son inventaire montre un stock de marchandises prisé plus de 10 500 livres, avec des chapeaux de castor et de vigogne de grande qualité, une cuisine très bien fournie, avec notamment un tourne-broche, des instruments de cuivre et près de deux cent soixante livres d’étain de vaisselle, une centaine de livres de bijoux et cinq fois plus en vaisselle d’argent. La garde-robe est riche et raffinée, avec entre autres quatre habits complets de différentes couleurs et matières, des bas de soie, des robes de chambre et près de quatre cent dix-sept livres de linge commun et fin. Les papiers notés par le priseur font état de dettes passives montant à 15 500 livres mais compensée par un montant similaire de dettes actives. Les dots des filles vont de 2 000 à 4 000 livres, des montants très élevés pour le groupe des chapeliers.

  • 39 Arch. nat., KK, 1021, f. 114 r-v, rôle des boues et lanternes, 1643.

40Son habitation est tout aussi impressionnante. Le rôle des boues et lanternes de 1643 parle de l’hôtel de monsieur « Eslot » qui est taxé aussi cher que celui du maréchal de Villeroi, à savoir 21 livres39. Par les papiers on apprend qu’il a lui-même fait bâtir cet hôtel à six corps de logis et porte cochère rue du Four, au faubourg Saint-Germain-des-Prés, avant de le revendre l’année précédant sa mort pour l’énorme somme de 70 000 livres et de ne plus en tenir que deux corps d’hôtel comportant vingt-six pièces pour un loyer annuel de 1 400 livres. Les raisons de cette vente sont floues : besoin pressant d’argent pour les dots de ses filles, pour son commerce, simple spéculation immobilière, les indices sont maigres.

41Pourquoi ce choix d’une résidence dans le faubourg plutôt que dans le centre de la ville, alors qu’il a évidemment les moyens de s’y implanter ? Tout d’abord il faut observer l’étendue et le nombre de pièces dédiées à la fabrication, entre les caves pour le stockage d’outils et d’écorces pour la teinture, le jardin, la foulerie, la boutique et la salle aux presses au rez-de-chaussée, les étuves au premier étage, puis dans les étages supérieurs différentes chambres « spécialisées » avec la chambre aux étoffes, la chambre au castor, celle aux chapeaux noirs, une autre aux chapeaux gris, la galerie à bâtir les chapeaux, et deux greniers dont un dit à « houette ». Une telle quantité de pièces, notamment spécialisées, un si grand jardin et un atelier si développé, avec différentes presses et une machine à fouler (l’outillage à lui seul vaut plus de quatre cents livres), pouvant accueillir sans encombre une dizaine de compagnons, auraient été impossible à organiser à cette échelle au cœur de Paris. On peut aussi avancer que la réputation de Daniel Hélot attirait suffisamment de clients pour qu’il dédaigne d’habiter dans une rue passante du cœur de Paris, notamment quand ses clients sont des collègues parisiens, rouennais ou étrangers.

42Parmi les pièces privées on trouve la cuisine, six chambres, plus une septième dite « chambre des enfants » attenante à un bouge, ainsi qu’une salle. Plus on monte dans les étages, plus la disposition des pièces est confuse. Le nombre des étages prête d’ailleurs à confusion. Il est légitime d’hésiter entre quatre et six, caves non comprises, car la localisation des chambres aux castors, aux chapeaux noirs, gris, aux étoffes ainsi que le grenier à houette n’est pas clairement notée par le priseur. De plus, ce dernier n’a pas fait la différence entre le premier corps de logis et le second, comme si l’habitation était d’un seul tenant. La confusion est d’autant plus grande que ni le contrat de vente de l’hôtel ni le marché de construction de la maison ne nous sont parvenus.

43Parmi toutes ces pièces, deux sont particulièrement exceptionnelles car elles témoignent de la sociabilité qu’un grand marchand parisien pouvait offrir à l’aube du règne de Louis XIV. La première est bien évidemment la chambre du défunt, avec sa couche estimée cent vingt livres, toute dans les tons rouges et verts, ses tapis et cuirs dorés et ses glaces de Venise, à bordure d’écaille ou d’ébène. C’est une pièce pour les intimes. On y trouve toute une série de tableaux religieux et profanes, d’inspiration hollandaise (on a explicitement un Hollandais et une Hollandaise, des buveurs, ainsi qu’un tigre et des enfants, entre autres), une statue du Temps découvrant la Vérité et un cabinet de curiosités contenant des cadrans marins, des oiseaux empaillés, un crocodile, des bustes de César, des coquillages et un nez de poisson de mer. C’est aussi dans cette pièce que Daniel Hélot conserve sa bibliothèque, comprenant entre autres des atlas, des bibles et livres de saints, les figures de Raphaël, reliés en veau ou en parchemin, pour une valeur totale de cent trois livres.

44La deuxième pièce est plus à caractère public. Il s’agit de la salle attenante, où se trouvent concentrés le reste des tapisseries, un cabinet d’ébène, une cassette de nuit de marbre et d’ébène prisée soixante livres, une table de marbre quatre-vingts livres, toute une série de chaises diverses et deux guéridons. On y trouve aussi une écritoire d’ébène, un damier avec le jeu du renard au verso. Aux murs, sur les tapisseries de Bergame et de Flandre, sont accrochés cinq tableaux et trois chartes de paysages, estimés une centaine de livres, dont quarante rien que pour le grand tableau représentant des vaisseaux en mer. D’autres tableaux et pièces d’art, notamment des porcelaines de Hollande et de Chine, sont disséminés dans les autres pièces, pour un montant total de quatre cent soixante-treize livres. C’est dans cette salle que Daniel Hélot doit recevoir ses relations professionnelles (en raison de l’écritoire) et donner à dîner (la table et les chaises).

Les pièces de distraction et de recueillement de Jacques Collin et de Richard Fauvé

  • 40 Arch. nat., Min. cent., ét. XVI, 455, acte du 18 novembre 1652.

45Le jour de son décès, le treize novembre 1652 selon son inventaire40, Richard Fauvé, marchand chapelier ayant réussi, réside dans quatre pièces, dont une petite salle, une plus grande et un cabinet, rue Planche-Mibray. La petite salle contient cinq sièges pliants couverts de tapisserie autour d’une table ronde de noyer, un petit porte-manteau, trois étagères et en guise de décor cinq aulnes de tapisserie de Rouen plutôt vieille et deux petits tableaux représentant la Vierge, l’un sur cuivre et l’autre sur bois, le tout pour la somme globale de six livres. La grande salle concentre l’essentiel du gros mobilier, avec la couche, pas moins de quatorze sièges différents couverts de tapisserie à l’aiguille, une table valant autant que trois des tabourets, une armoire de chêne qui ne vaut pas même le prix de deux tabourets, les ustensiles de cheminée, les armes, quatre tableaux à sujet religieux pour quatorze livres les quatre, un petit miroir à glace ne valant qu’une livre, et treize à quatorze aunes de tapisserie de Rouen, pour une somme totale de cent soixante-dix-huit livres.

  • 41 Trente-six livres si l’on considère les habits inventoriés comme en faisant partie. On peut s’inter (...)

46Le petit cabinet à côté contient un mobilier moins cher, à peine quatorze livres41, mais ce n’est pas une pièce à négliger. En effet, contrairement à la salle où se trouvent la couche et ces quatorze sièges différents, explicitement destinée à un usage social, le cabinet est strictement à usage privé. La table est qualifiée de petite, et est d’un bois léger, le hêtre. Elle est cependant couverte d’un petit tapis de cuir, d’une petite tablette à papiers. Un petit chandelier à deux branches doit pouvoir éclairer la pièce même de nuit. Il n’y a pas de siège inventorié dans ce cabinet, afin de pouvoir écrire à la table, mais quatre sortes de rangements. Y ont été prisés quatre ais servant de tablettes, une petite armoire haute à deux guichets avec son tiroir, une petite layette de cuir rouge fermant à clef, ainsi qu’un petit coffre de bahut à une serrure où doivent se trouver les habits inventoriés. La profusion des adjectifs « petit » pour qualifier le mobilier de ce cabinet nous invite à imaginer que ce cabinet est lui aussi de petite taille. Pourtant, il s’y trouve quatorze petits tableaux sur bois et sur cuivre, où les thèmes représentés ne semblent pas être religieux, et une petite croix de bois noirci où est attaché un petit crucifix de cuivre rouge. Cet espace de travail – Richard Fauvé y fait-il ses comptes, y écrit-il sa correspondance ? La layette de cuivre contient-elle les papiers inventoriés dans la suite de l’inventaire ? – peut être également sa garde-robe et son lieu de recueillement.

  • 42 Arch. nat., Min. cent., ét. XCII, 105, n°38, acte du 09 juillet 1640.

47L’inventaire des biens de Jacques Collin au décès de sa femme42 fait état d’une résidence étalée sur plus de pièces que Richard Fauvé, à savoir une cave, une cuisine, une cour, deux chambres et deux cabinets, situées dans une maison rue des Boucheries paroisse Saint Sulpice, au faubourg Saint-Germain-des-Prés. Deux de ces pièces, la première chambre et le second cabinet, sont particulières et semblent s’opposer dans leurs fonctions, à l’image de la grande salle et du cabinet de Richard Fauvé.

48La chambre contient huit cent soixante-trois livres dix sols de biens, avec du mobilier coûteux et prestigieux. Deux mobiliers concentrent sept cents livres à eux seuls ! La couche, décrite comme une « grande couche de bois de noier a pied de porc fermant a vis garnie de son enfonseure, une paillasse de canevas, ung lict et traversin plains de plume, une couverture de castelongne verte, trois pantes de viel, trois rideaulx, deux bonnes graces, le fond, dossier et fourreaulx des quenouilles avec une courtepointe et trois pommes, le tout de serge de Mouy verte, garny de franges, crespines, molletz et passemens de soye vert, avec ung tour de lict de serge de Mouy aussi vert garny de molletz de soye et layne » vaut trois cents livres. La tenture de tapisserie de Flandres de verdure de cinq pieds de haut avec sa bande de toile est évaluée quatre cents autres livres. Les autres meubles, bien que moins chers, n’en sont pas moins importants. Les ustensiles de cheminée de cuivre valent cinquante livres, une véritable fortune ! Dans le goût de l’époque et presque aussi cher il y a le cabinet de noyer à quatre guichets garni de marbre, estimé quarante-huit livres. L’autre couche, à pieds de porc aussi, tout de laine verte et de serge de Mouy de la même couleur, vaut trente-six livres. Il y a également deux tables de noyer, dont l’une peut s’agrandir et possède un châssis à sept colonnes, tandis que l’autre, de plus petite taille, est pliante. Pour s’asseoir autour de ces tables on trouve huit placets de noyer, garnis de la même serge verte que les couches. Aux murs, sur les tapisseries, sont accrochés deux miroirs à glace de Venise bordés d’ébène, valant ensemble la coquette somme de vingt livres et dix tableaux prisés ensemble trente livres. Les sujets représentés sont religieux – sainte Catherine de Sienne, l’Annonciation et un Crucifix –, des paysages, ou des portraits de personnages publics : le couple royal, le frère du roi Gaston d’Orléans, le défunt M. de Guise, M. de Montmorency et cité en dernière position – l’ordre était-il conscient ? – le cardinal de Richelieu. Les invités de Jacques Collin pouvaient apprécier son attachement à la foi catholique et à la famille royale, surtout à sainte Catherine de Sienne et au parti du cardinal de Richelieu, ainsi que son goût pour les beaux objets et la modernité, avec le cabinet et le paysage. Les deux coffres de bahut, servant de rangement sont relégués dans le premier cabinet situé au bout de la chambre.

49Le contraste entre cette deuxième chambre et le second cabinet, situé près de la fenêtre de la chambre qui donne sur la cour, est flagrant. Alors que la chambre est plutôt grande pour contenir tout le mobilier mentionné au paragraphe précédent, le cabinet est « petit », et il ne contient « que » quatre-vingts livres de mobilier, dont trente-quatre d’armes. À la différence de ce qu’on y trouve chez Richard Fauvé, le cabinet de Jacques Collin contient un damier d’ébène, à la place de la table, prisé quinze livres, autant que les six petits tableaux qui en décorent les murs. Ces tableaux, à l’exception d’un paysage, ont des thèmes religieux (une Annonciation, la Vierge et son Enfant, saint Joseph, le Christ). Le cabinet contient également dix-neuf livres, dont un grand in-folio des Annales de France recouvert de cuir tanné. Ce cabinet apparaît comme un espace de sociabilité restreint – un adversaire pour jouer aux dames – mais bien plus comme un espace intime, où Jacques Collin se retire pour prier ou lire.

Conclusion

50Les chapeliers sont donc implantés au cœur de la capitale, dans des quartiers plus ou moins spécialisés dans les industries du luxe pour les ponts ou l’île de la Cité, et celles de la teinture et du traitement des peaux, comme le faubourg Saint-Marcel. Ils y retrouvent leur famille, leurs confrères, des clients potentiels et des commerces complémentaires, ainsi qu’une place suffisante pour implanter leur atelier et leur boutique. Ces choix de résidence sont à la fois dictés par ces raisons professionnelles mais aussi par des contingences familiales, en raison d’héritages et de stratégies immobilières.

51Les chapeliers, à l’image du reste de la population parisienne de l’époque, recourent largement à la location et pratiquent la confusion des pièces professionnelles et privées pour les moins aisés. D’autres en revanche laissent voir un début de spécialisation des pièces de travail, voire dans le cas de Daniel Hélot l’implantation d’une véritable industrie sous les pièces à vivre.

52Les guerres de religion, et surtout les conséquences du siège de Paris, sont très peu visibles sur l’habitat des chapeliers, si ce n’est dans un certain tassement des fortunes dans une période allant de 1588 à 1612. Le groupe des chapeliers continue d’être un groupe aux fortunes hétérogènes. Les inventaires après décès du début du règne de Louis XIV montrent des chapeliers ayant réussi, avec un mobilier varié et raffiné et des pièces à caractère intime, clairement séparées des pièces à caractère public, où ils étalent leur richesse et leur réussite sociale.

Haut de page

Notes

1 René de Lespinasse, Les Métiers et corporations de la Ville de Paris, XIVe-XVIIIe siècles, 1898, Paris, Imprimerie nationale, t. 3, p. 275 et suiv. Les premiers statuts datent du 15 avril 1323, mais la plus ancienne mention d‘artisans du chapeau remonte à 1292, dans le rôle de taille de Paris.

2 Comme les papiers des autres communautés, à l’exception des archives des orfèvres et des monnayeurs, conservées aux Archives nationales, série T, 1490 et 1491. Ces disparitions sont dues aux nombreux déménagements des archives administratives du Châtelet et aux incendies durant la Commune.

3 Jeanne Pronteau, Les Numérotages des maisons de Paris, du XVe siècle à nos jours, 1966, Paris, préfecture de la Seine, service des travaux historiques, 304 p., p. 61-66.

4 Arch. nat., Min. cent., ét. I, 128, f. VII, acte du 14 janvier 1655.

5 Arch. nat., Min. cent., ét. CXIII, 4, acte du 13 avril 1636.

6 Philippe Guignet rappelle l’importance de la location dans les villes de l’époque moderne comme Cambrai, Rouen ou encore Lille où les propriétaires occupants représentent respectivement 28%, 17 et 10,7% (Philippe Guignet, les Sociétés urbaines dans la France moderne, 2005, Paris, Ellipses, 239 p., p. 197).

7 Arch. nat., Min. cent., ét. XLV, 160, acte du 06 août 1588.

8 Arch. nat., Min. cent., ét. XXIII, 163, acte de 1588.

9 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 101, acte du 12 octobre 1620.

10 Tiphaine Gaumy, Chapeau, chapeliers et autres couvre-chefs à Paris, 1550-1660. Aspects économiques, sociaux et symboliques, sous la direction de Olivier Poncet et Michel Pastoureau, École nationale des chartes, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, soutenue en 2012, 4 vol., t. 1, p. 271-272.

11 Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Couperie, « Le mouvement des loyers parisiens de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 25e année, n°4, 1970, p. 1002-1023.

12 Tiphaine Gaumy, op. cit., t. I, p. 276.

13 Arch. nat., Min. cent., ét. XIII, 22, acte du 12/11/1635.

14 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 85, f. XIIc LIII- XIIc XXV, acte du 29 décembre 1615.

15 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 484, f. 69v-70, acte du 25 juin 1551

16 Arch. nat., Min. cent., ét. XXVI, 47*, acte du 19 décembre 1622

17 Arch. nat., Min. cent., ét. XI, 153, acte du 17 novembre 1650.

18 Ils peuvent également être « enchassés en plâtre ».

19 Arch. nat., Min. cent., ét. IV, 72, acte du 08 mai 1634 et ét. XV, 146, acte du 18 novembre 1650.

20 Arch. nat., Min. cent., ét. IX, 283, acte du 28 avril 1581 et ét. XXXIX, 189, acte du 16 décembre 1649.

21 Les planches de l’Encyclopédie montrent un établi d’osier aux bords rabattus. La seule représentation d’une boutique de chapelier au XVIe siècle fait partie de la série gravée par Hans Sachs pour le Livre des métiers de Jost Amman, paru à Leipzig (première édition en 1559). Trois personnages effectuent la vérification du foulage, la mise en forme et la coupe des bords. On distingue une cuve pour la foule ou la teinture et en arrière-plan la « vitrine » du chapelier.

22 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 67, f. 413-407v, acte du 22 juin 1609.

23 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 88, f. VIIIc IIIIxx- VIIIc LXXII, acte du 28 novembre 1616.

24 Arch. nat., Min. cent., ét. CV, 42, acte du 21 janvier 1585.

25 Arch. nat., Min. cent., ét. LXXXVI, 128, acte du 27 juin 1588.

26 Arch. nat., Min. cent., ét. IX, 146, acte du 16 mai 1565.

27 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 98, acte du 29 avril 1557 et ét. CVII, 92, acte du 14 novembre 1570.

28 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 424, acte du 30 mai 1567 et ét. III, 436, acte du 15 mars 1569.

29 Arch. nat., Min. cent., ét. II, 88, f. VIIIc IIIIxx- VIIIc LXXII, acte du 28 novembre 1616 et ét. LXXXVI, 212, acte du 24 avril 1606.

30 Arch. nat., Min. cent., ét. LXXXVI, 159, acte du 08 janvier 1585.

31 Arch. nat., Min. cent., ét. XLV, 160, acte du 02 décembre 1587.

32 Pierre Couperie, Madeleine Jurgens, « Le logement à Paris aux XVIe et XVIIe siècles », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1962, vol. 17, p. 488-500.

33 Son absence lors de l’inventaire ne signifie pas son inexistence mais plutôt son simple rôle de communication, sans qu’aucun bien n’y soit entreposé. Arch. nat., Min. cent., ét. XXXIII, 20, acte du 26 juin 1545.

34 Arch. nat., Min. cent., ét. III, 300, acte du 11 février 1550 (n. st.).

35 Georges Leclerc vit en colocation, ce qui explique le terme de « première chambre » : il ne s’agit que d’une des chambres comprises dans la maison.

36 Arch. nat., Min. cent., ét. VII, 93, acte du 13 avril 1655.

37 Arch. nat., Min. cent., ét. VIII, 654, actes des 16 mai 1641 et 21 mai 1641.

38 Arch. nat., Min. cent., ét. LXX, 164, acte du 18 février 1660.

39 Arch. nat., KK, 1021, f. 114 r-v, rôle des boues et lanternes, 1643.

40 Arch. nat., Min. cent., ét. XVI, 455, acte du 18 novembre 1652.

41 Trente-six livres si l’on considère les habits inventoriés comme en faisant partie. On peut s’interroger sur la relation existant entre ce cabinet et la robe de chambre inventoriée, à savoir si Richard Fauvé la revêt lorsqu’il travaille dans ce cabinet.

42 Arch. nat., Min. cent., ét. XCII, 105, n°38, acte du 09 juillet 1640.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Carte de l'implantation des chapeliers dans Paris entre 1550 et 1660
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Ill. 2 : Enseigne « le Chapeau fort »
Crédits Tirée de François Boucher, les Enseignes de Paris, tome II, p. 17
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Ill. 3 : Première planche de l'Art du chapelier
Légende De l'abbé Nollet, à Paris, chez Calixte Volland, an VII [1798] (la première édition date de 1765)
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Ill. 4 : Le chapelier
Légende Gravure de Hans Sachs, tirée de Jost Amman, le Livre des métiers, Leipzig, 1568
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Ill. 5 : Coupe verticale et horizontale, étage par étage, de l'habitat de Claude Pesset, rue Saint-Denis
Légende D'après son inventaire après décès (Arch. nat., Min. cent., ét. XXXIII, 20, acte du 26/06/1545)
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Ill. 6 : Coupe verticale du logis de Jacques Broutesauge sur le Pont Notre-Dame d'après son inventaire après décès
Légende Arch. nat., Min. cent., ét. III, 300, acte du 11/02/1550 (n. st.)
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Ill.7 : coupe verticale du logis de Daniel Hélot, rue du Four, faubourg Saint-Germain-des-Prés
Légende D'après son inventaire après décès. Arch. nat., Min. cent., ét. LXX, 164, acte du 18/02/1660
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/354/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Gaumy, « L’habitation du chapelier parisien dans la première moitié de l’époque moderne », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 27 | 2014, 33-50.

Référence électronique

Tiphaine Gaumy, « L’habitation du chapelier parisien dans la première moitié de l’époque moderne », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lha.revues.org/354 ; DOI : 10.4000/lha.354

Haut de page

Auteur

Tiphaine Gaumy

Tiphaine Gaumy est diplômée de master II de l’École pratique des hautes études, mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Pastoureau, et soutenu en 2009 et portant sur « les chapeliers, 1550-1660 ». Elle est diplômée de l’École nationale des chartes (promotion 2012) avec une thèse intitulée « Chapeaux, chapeliers et autres couvre-chefs à Paris (1550-1660). Aspects économiques, sociaux et symboliques » dirigée par Olivier Poncet et Michel Pastoureau. Tiphaine Gaumy est également membre du Centre Jean-Mabillon (EA 3624), doctorante contractuelle à l’École nationale des chartes – Paris IV la Sorbonne, ED 188, avec une thèse sous la direction d’Olivier Poncet portant sur le « chapeau à Paris, 1550 – 1660. Économie et anthropologie historique ». Adresse électronique : tiphaine.gaumy@enc.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org