Navigation – Plan du site

Les crêtes en fonte dans la première moitié du XIXe : le gothique retrouvé avant Viollet-le-Duc

Cast-Iron ridge ornament in the first half of the nineteenth century in France : a gothic decoration revived before Viollet-le-Duc
Metallene Firstbekrönungen aus der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts : die Wiederentdeckung gotischer Formen vor Viollet-le-Duc
Sayuri Kawase
p. 51-71

Résumés

Dans la première moitié du XIXe siècle en France, la recréation de « crêtes » en fonte pour les toitures des monuments gothiques et du néo-gothique a fait l’objet d’un grand intérêt chez les architectes de cette époque. Pour eux, la crête était une caractéristique du gothique flamboyant qu’ils recherchaient et ils savaient aussi que c’était à la période du gothique flamboyant que l’on avait plus souvent employé le fer pour les parties découpées des monuments médiévaux : ils optèrent pour la fonte dans la création de crêtes. Cette première génération du début du XIXe percevait aussi dans les crêtes un ornement symbolique de l’architecture nationale française. Cependant Viollet-le-Duc insista sur la fonction structurelle de la crête dans les faîtages et fit remplacer finalement à la basilique de Saint-Denis la crête en fonte projetée par Debret par une autre en plomb. Pour ce spécialiste de l’architecture médiévale, la crête ne pouvait pas être un simple accessoire, mais devait être un élément fonctionnel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Les premiers essais de crête en fonte
L’École des Beaux-Arts de Paris (1834-1835)
La Sainte-Chapelle de Paris (1837)
La cathédrale de Chartres (1838-1839)
La basilique de Saint-Denis (1846)
La Chapelle royale de Dreux (1839-1845)
Le Palais de Justice de Rouen (1852)
La crête et le nouveau matériau industriel, le choix de la fonte
La mode de la fonte
La fonte et l’architecture gothique, l’architecture nationale
La fin de la crête en fonte
Le tournant : les arguments de Viollet-le-Duc contre la crête de Debret à la basilique de Saint-Denis
Le remplacement de la crête de Debret

Aperçu du texte

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un grand nombre d’édifices médiévaux a fait l’objet de vastes campagnes de restauration et de nombreuses crêtes ont été rétablies pour couronner les combles : Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc (1814-1879) en réalise une à Notre-Dame de Paris vers 1861 et, plus tard, au château de Pierrefonds. Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) restitue à la Sainte-Chapelle de Paris une crête en fleurs de lys, Louis-Charles Sauvageot (1852-1908) en réalise une à la tour du gros-horloge de Rouen ; Victor Ruprich-Robert (1820-1887) exécute celle du château d’Amboise… C’est ainsi que l’on trouve aujourd’hui cet ornement sur la toiture de plusieurs monuments médiévaux restaurés à cette époque. On le rencontre aussi sur des édifices construits en style néo-gothique au XIXe siècle. La pose de crêtes sur la toiture semble ainsi à cette époque faire l’objet d’un grand intérêt.

Or l’apparition des crêtes au XIXe siècle n’a pas été réellement étudiée, en comparaison avec les re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sayuri Kawase, « Les crêtes en fonte dans la première moitié du XIXe : le gothique retrouvé avant Viollet-le-Duc », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 29 | 2015, 51-71.

Référence électronique

Sayuri Kawase, « Les crêtes en fonte dans la première moitié du XIXe : le gothique retrouvé avant Viollet-le-Duc », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/468 ; DOI : 10.4000/lha.468

Haut de page

Auteur

Sayuri Kawase

Sayuri Kawase est née en 1981 à Tokyo et est doctorante à l’École patique des hautes études. Depuis son master à l’université de Tokyo, elle se consacre aux études de l’histoire de la restauration monumentale au XIXe siècle en France afin de réfléchir sur la notion moderne occidentale de « patrimoine ». Après avoir présenté un mémoire de master intitulé « la Monographie de la Cathédrale de Chartres et son époque » également à l’université de Tokyo en 2009, elle a commencé ses études en France en 2011. En 2013, elle a soutenu un mémoire de master intitulé « Les crêtes au XIXe siècle » à l’École pratique des hautes études sous la direction de Jean-Michel Leniaud avec lequel elle travaille actuellement à sa thèse sur les combles métalliques de la cathédrale de Chartres. Elle travaille également comme guide conférencier dans cette belle cathédrale. syrkawase@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org