Navigation – Plan du site

Monduit s’expose : la participation de la maison Monduit aux expositions universelles.

The Maison Monduit on display at the International Exhibitions
Monduit stellt aus: die Teilnahme der Maison Monduit an den Weltausstellungen
Caroline Mathieu
p. 73-88

Résumés

Les expositions universelles au XIXe siècle et au début du XXe siècle ont entre autres excellences contribué à faire connaître le prestige de certains artisans. A ce titre, la maison Monduit figure incontestablement parmi l’une des plus prestigieuses et des plus représentatives de son temps. Grands plombiers d’art, ils ont participé régulièrement aux grandes expositions universelles en France et à l’étranger, mais la reconnaissance de leur talent sur la scène internationale ne fut pas si aisée. Il a fallu que la maison Monduit, relayée par la presse savante et populaire et par les connaisseurs et les experts, ne cesse, dans le cadre des expositions, de rappeler la diversité et le nombre d’œuvres fabriquées et surtout s’emploie à montrer les innovations apportées dans la technique du plomb et du cuivre. Il a fallu qu’elle rappelle que son travail ne s’exerçait pas de façon autonome, mais en collaboration et sous la maîtrise d’œuvre d’architectes parmi les plus talentueux et au service des sculpteurs les plus renommés. Ce double parrainage lui a assuré ainsi qu’à ses ouvriers une large part de sa notoriété et de son rayonnement à l’étranger. L’œuvre réalisée et fabriquée par la maison Monduit résonne enfin en écho sur le long débat engagé tout au long du XIXe siècle sur les délicates limites entre l’art et la technique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

L’excellence dès les débuts de la maison Monduit
Un nouveau départ, Mesureur et Monduit
Le triomphe

Aperçu du texte

Glorification de l'industrie triomphante, manifestations de prestige et d'orgueil, sources de toutes les expériences, de toutes les fantaisies et véritables invitations au voyage, les expositions universelles sont nées du désir de rassembler produits et procédés de fabrications de toutes les puissances modernes, et de stimuler la concurrence. L'industrie s'exposait déjà, en des manifestations nationales, depuis la fin du XVIIIe siècle. La première manifestation française date de 1798 et affirme déjà « vouloir porter le coup le plus funeste à l'industrie anglaise ». Elle s'installe sur le Champ de Mars, qui va devenir l'un des lieux privilégiés des expositions universelles. De 1801 à 1849, ces présentations se renouvellent dans la cour du Louvre, sur la place de la Concorde ou les Champs-Élysées, et durent une semaine pour la première, six mois pour la dernière, ce qui sera la longueur habituelle des expositions universelles. Avec le développement des chemins de fer, du commerce et d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Mathieu, « Monduit s’expose : la participation de la maison Monduit aux expositions universelles. », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 29 | 2015, 73-88.

Référence électronique

Caroline Mathieu, « Monduit s’expose : la participation de la maison Monduit aux expositions universelles. », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/470 ; DOI : 10.4000/lha.470

Haut de page

Auteur

Caroline Mathieu

Caroline Mathieu est au musée d'Orsay dès 1980 et travaille sous la direction de Michel Laclotte, à l'élaboration du programme scientifique du musée. Responsable des collections d'architecture, elle a participé aux expositions Viollet-le-Duc (1980, sous la direction de B. Foucart), Le Japonisme (1988), Paris – Barcelone (2002); au musée, elle a été commissaire de l'exposition: 1889. La Tour Eiffel et l'Exposition universelle, 1989, et de projets soulignant les liens entre art et industrie: Les Schneider, Le Creusot, 1995, La maison de Wendel, 2004, Saint Gobain, 2006. Elle a organisé des expositions contribuant à une meilleure connaissance des collections et de l’art de la seconde moitié du XIXe siècle dans le monde, au Japon, aux États-Unis, en Corée, en Australie, en Chine, à Singapour, au Brésil. C. Mathieu a publié textes et articles (L'art du XIXe siècle, 1990), et, sur les collections du musée : guides du musée et des collections, 1986, 2004 et 2012, La peinture au musée d'Orsay, 2003; Orsay. L'Architecture, 2003. En 2009, elle a organisé pour la ville de Paris la rétrospective consacrée à Gustave Eiffel, le magicien du fer, présentée à l'hôtel de ville. En 2010, elle a assuré le commissariat, avec Akiya Takahashi, de l’exposition Édouard Manet et le Paris Moderne, au musée Mitsubishui Ichigokan de Tokyo, et, en 2011, celui de l’exposition Paris au temps des Impressionnistes à l’Hôtel de ville de Paris. Cette même année, elle a organisé l’exposition Rêve et réalité à Séoul en Corée et à Singapour. Cette année, elle est commissaire de l’exposition Au-delà de l’Impressionnisme : naissance de l’art moderne au National Museum of Korea à Séoul, comprenant 173 œuvres de toutes techniques, puis de l’exposition Naissance de l’Impressionnisme. La liberté de peindre, au National Art Center de Tokyo. Elle a enseigné à l’École du Louvre et à l’Institut national du patrimoine. Adresse électronique : caroline.mathieu@musee-orsay.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org