Navigation – Plan du site

Dômes et signes spectaculaires dans les couronnements des grands magasins parisiens : Dufayel, Grand-Bazar de la rue de Rennes, Printemps, Samaritaine.

Domes and remarkable signs in the roof decorations of Parisian department stores : Dufayel, Grand-bazar de la rue de Rennes, Printemps, Samaritaine
Kuppeln und weitere ausgefallene Bekrönungen der Pariser Warenhäuser Dufayel, GrandBazar de la rue de Rennes, Printemps und Samaritaine
Olivier Vayron
p. 89-112

Résumés

De la seconde moitié du XIXe siècle au début de la première guerre mondiale, le paysage parisien, déjà profondément modernisé par les travaux haussmanniens, est remodelé par la soudaine implantation – invasive pour certains – d’une nouvelle catégorie d’édifices : les grands magasins. Concurrentes acharnées, ces firmes privées, issues d’un mouvement de concentration commerciale, établissent fermement leur enseigne dans la capitale par le biais d’une architecture puissante et même « bruyante ». La conception de ces bâtiments modernes de type industriel est due à la collaboration, souvent très active, de directeurs d’établissements et d’architectes d’horizons différents, (Frantz Jourdain, Paul Sédille, André Gutton ou Gustave Rives) ouvrant ainsi la voie à des solutions plastiques aussi originales que diverses. L’analyse et la comparaison des décors de couvertures de ces édifices, qui ont pour vertu de couronner l’enseigne et d’en signaler la présence, offrent à l’historien de l’art un point de vue inédit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Dômes, lanternons, épis et fanions : les signaux des grands magasins.
Le lien entre la clientèle et le décor de couvrement des grands magasins.
Couverture des grands magasins : Laboratoire de la modernité 

Aperçu du texte

Les grands magasinssont apparus dans le paysage parisien essentiellement à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Nés avec la révolution industrielle, ces commerces d’un nouveau genre s’implantent peu à peu dans la capitale en annexant les ilots jouxtant la maison mère. Une fois la parcelle totalement absorbée, ceux-ci peuvent atteindre des dimensions colossales comme en témoigne, dans les années 1880, le Bon Marché d’Aristide Boucicaut. Avec ses 46 451 m², il était le plus grand magasin du monde. Dans une agglomération comme Paris où la consommation de grands espaces est ordinairement réservée à des bâtiments de bien public, son emprise au sol est exceptionnelle. Une majorité des grands magasins investit les nouveaux quartiers parisiens aménagés par le préfet Haussmann, plus particulièrement les zones fortement actives et passantes. En se multipliant dans la capitale entre le dernier quart du XIXe siècle et la première décennie du XXe, les grandes firmes cherchent à établir le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Vayron, « Dômes et signes spectaculaires dans les couronnements des grands magasins parisiens : Dufayel, Grand-Bazar de la rue de Rennes, Printemps, Samaritaine.  », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 29 | 2015, 89-112.

Référence électronique

Olivier Vayron, « Dômes et signes spectaculaires dans les couronnements des grands magasins parisiens : Dufayel, Grand-Bazar de la rue de Rennes, Printemps, Samaritaine.  », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/478 ; DOI : 10.4000/lha.478

Haut de page

Auteur

Olivier Vayron

Olivier Vayron réalise après l’obtention d’une licence en histoire de l’art à l’université de Paris IV, Paris-Sorbonne, son master 2 sur la galerie de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle sous la direction de Barthélémy Jobert, Basile Baudez et Thierry Laugée. Doctorant en histoire de l’art contemporain sous la direction de Barthélémy Jobert à l’université Paris IV, il poursuit son travail de master sur le musée d’anatomie comparée et de paléontologie du Jardin des Plantes en l’élargissant dans une approche pluridisciplinaire et transversale à une étude approfondie de l’ancienne muséographie et des collections dispersées ou disparues de l’institution scientifique. Il est associé au programme de recherche PATRI-Nat (Patrimonialisation du savoir naturaliste), sur le cycle peint d’Auguste Biard à la galerie de minéralogie du Muséum de Paris. Adresse électronique : olivier.vayron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org