Navigation – Plan du site

Diffusion, réception de l’œuvre d’un artisan-entrepreneur : la maison Monduit

Pavillon de Flore, Pavillon de Marsan: Lefuel’s architectural game of mirrors, and lead ornaments (1861-1878)
Der Pavillon de Marsan und der Pavillon de Flore, architektonische Spiegelbilder Lefuels und Architekturornamentik aus Blei (1861-1878)
Michel Goutal
p. 33-50

Résumés

Après l’incendie du palais des Tuileries par la Commune en 1871 et le long débat qui allait aboutir à sa destruction, l’architecte Hector Lefuel réhabilite de 1874 à 1878 les pavillons de Flore et de Marsan qui avaient été gravement endommagés lors de la guerre civile. C’est alors à un double jeu de miroir architectural auquel on assiste. La réhabilitation donna  lieu en effet pour le pavillon de Flore à une reconstruction à l’identique telle que Lefuel l'avait créé en 1861. Quant au pavillon de Marsan, l’architecte se livre à une simple transposition architecturale du pavillon de Flore. Ainsi les ornements d’architecture en plomb : lucarnes des combles et décor des acrotères du pavillon de Marsan sont une réplique exacte des motifs initialement destinés et réalisés pour le pavillon de Flore quinze ans auparavant par l'architecte. C'est dans le répertoire du décor Renaissance et classique que Lefuel puisa ses références. Les ornements furent exécutés par l’artisan et plombier d’art Monduit et ses associés, Béchet et Gaget Gauthier et les nombreux documents les dossiers d’attachements écrits et figurés, plans, élévations, comptes financiers attestent de l’activité de cet impressionnant chantier.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Lenteur des travaux de reconstruction de Flore et de Marsan
Le pavillon de Flore de 1861, référence architecturale
L’entreprise du plombier d’art Monduit, chantier et aspects financiers
Sources d’inspiration dans les motifs d’ornementation des toitures
Regard contemporain

Aperçu du texte

À peine la liaison du Louvre avec le palais des Tuileries, le grand dessein d’Henri IV, venait-elle d’être réalisée par Napoléon III, qu’un événement tragique, l’incendie des Tuileries lors de la Commune en 1871, entraîna la destruction presque complète du Palais. Chacune des extrémités des Tuileries posait problème : le pavillon de Marsan menaçait ruine et le pavillon de Flore était endommagé. Une reconstruction générale s’imposait et l’architecte Hector Lefuel proposait dès 1871 un premier projet destiné à relever partiellement les Tuileries en suggérant le maintien du pavillon central et des annexes construits par Philibert Delorme que venait prolonger de chaque côté la création de galeries ouvertes. Mais le contexte politique troublé dans la mesure où les Tuileries avaient été depuis la Révolution le symbole du pouvoir exécutif et le souvenir funeste de la guerre civile, empli d’émotion patrimoniale, eut pour conséquence d’enliser les projets successifs sur la reconstruction des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Goutal, « Diffusion, réception de l’œuvre d’un artisan-entrepreneur : la maison Monduit », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 29 | 2015, 33-50.

Référence électronique

Michel Goutal, « Diffusion, réception de l’œuvre d’un artisan-entrepreneur : la maison Monduit », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/484 ; DOI : 10.4000/lha.484

Haut de page

Auteur

Michel Goutal

Michel Goutal, architecte en chef des Monuments historiques, prend ses fonctions en 1983 en Champagne Ardennes et en Lorraine où il travaille dans les départements des Ardennes, de la Meuse, de la Moselle et des Vosges. Il est nommé en 1997 dans le département de la Gironde. Responsable depuis 1999 du musée du Louvre et de l’Orangerie du jardin des Tuileries, puis en 2001 de la Villa Cavrois de Mallet-Stevens, il est également en charge depuis 2007 des domaines nationaux de Jérusalem et depuis 2008 des domaines présidentiels. Au palais du Louvre il a pris part à la restauration de la galerie d’Apollon et travaille actuellement sur le pavillon de Marsan. Parallèlement à ses fonctions d’architecte en chef, Il remplit de 2003 à 2008 la mission d’inspecteur général des monuments historiques en Franche-Comté et en Rhône-Alpes. Membre de l’Icomos international, il a effectué de 2005 à 2007 de nombreuses missions d’expertises notamment à Lalibela en Éthiopie et travaille depuis 2014 au Grand Bassam en Côte-d’Ivoire. Adresse électronique : architectes@mgoutal.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org