Navigation – Plan du site

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

On n’aime guère le dessin d’architecture, pas plus qu’on n’aime l’histoire de l’architecture comme discipline universitaire : on les trouve l’un et l’autre austères, rigoureux, difficiles. Le marché lui-même privilégie les dessins de peintre et de sculpteur, plus immédiatement séduisants. Tout se passe comme si l’intérêt qu’il y porte, quand il lui en donne, résulte de la pénurie de marchandise à vendre. Bref, le dessin d’architecture tient du parent pauvre. Et pourtant, il se distingue par son ancienneté comme le prouve le peu qui subsiste du Moyen Âge. Par ses caractéristiques formelles : la précision du trait, l’ingéniosité des perspectives, la beauté d’un poché, la virtuosité d’un lavis. Par le rapport qu’il institue entre l’imaginaire et la réalité dans ses manipulations de l’espace, multiples et raisonnées. Par le caractère pionnier de ses expérimentations dans la fabrication du dessin : l’usage des boîtes optiques, de la photographie, voire de la photogrammétrie, de la progra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Leniaud, « Noir sur blanc », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 5-6.

Référence électronique

Jean-Michel Leniaud, « Noir sur blanc », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/536 ; DOI : 10.4000/lha.536

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Leniaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org