Navigation – Plan du site

L’Europe architecturale du second XVIIIe siècle : analyse des dessins

The architectural Europe during the 18th century: analysing drawings
Europas Architektur des späten 18. Jahrhunderts: eine Untersuchung anhand von Zeichnungen
Basile Baudez
p. 43-58

Résumés

La seconde moitié du XVIIIe siècle correspond à une période de grandes transformations dans le dessin d’architecture, une évolution particulièrement sensible au sein des académies européennes. Alors que les dessins des concurrents de l’Académie romaine de San Luca conservaient durant presque tout le siècle les caractéristiques du dessin baroque italien – monochromie, usage de la perspective conique, format relativement petit, larges légendes ornées –, ceux des concours de l’Académie royale d’architecture de Paris connurent une évolution radicale. Sous l’influence de la génération des architectes formés à l’école de Jean-Laurent Legeay et frottés à Rome à l’atelier de Piranèse, les élèves parisiens se mirent à faire des « tableaux d’architecture », sur des formats de plus en plus importants, en empruntant aux peintres leurs couleurs éclatantes et des techniques rhétoriques destinées à séduire un jury de plus en plus dominé par les tenants de « l’architecture au pinceau ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Les attentes des jurys
Les outils du dessinateur
Effets de lumière
Le dessin d’architecture comme paysage
Résistances

Aperçu du texte

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le débat né entre Giovanni Bottari et Francesco Milizia sur les capacités nécessaires à un bon architecte illustre la difficulté qu’avaient les hommes des Lumières à appréhender la nature de ce que l’on définissait encore en paraphrasant Vitruve comme l’art de bâtir. Comme Denis Diderot, Bottari considérait, dans le troisième de ses Dialoghi sopra le tre arti del disegno publié en 1754, que pour être bon, un architecte devait avant tout être bon dessinateur. Milizia qualifia trente ans plus tard cette thèse de falsa supposizione, car, pour lui, le dessin ne devait être qu’un outil au service de l’architecte et non le caractère essentiel de l’architecture. Dans les mêmes années, de l’autre côté de la Méditerranée, Diego de Villanueva, professeur d’architecture à l’Académie de San Fernando de Madrid, reprenait en 1766 dans sa Colección de diferentes papeles críticos sobre todas las partes de la arquitectura les différentes matières vitruviennes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Basile Baudez, « L’Europe architecturale du second XVIIIe siècle : analyse des dessins », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 43-58.

Référence électronique

Basile Baudez, « L’Europe architecturale du second XVIIIe siècle : analyse des dessins », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/543 ; DOI : 10.4000/lha.543

Haut de page

Auteur

Basile Baudez

Basile Baudez, archiviste paléographe, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire du patrimoine moderne et contemporain à l’Université Paris-Sorbonne. Il a codirigé Les Hôtels de la Guerre et des Affaires étrangères à Versailles en 2010 chez Nicolas Chaudun, publié en 2012 aux Presses universitaires de Rennes Architecture et tradition académique au siècle des Lumières, et organisé au printemps 2015 l’exposition Architectures de papier, de Piranèse à Mallet Stevens au Musée Nissim-de-Camondo. Il prépare un ouvrage sur l’histoire des conventions graphiques dans la représentation de l’architecture en Occident. Adresse électronique : basile.baudez@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org