Navigation – Plan du site

Des frontispices aux « éléments analytiques », les compositions graphiques d’architecture à l’École des beaux-arts

From frontispieces to “analytic elements”, graphic architecture compositions at the École des beaux-arts in Paris
Vom Frontispiz zum 'Analyseelement'. Die graphischen Architekturkompositionen an der École des Beaux-Arts
Jean-Philippe Garric
p. 59-68

Résumés

Dans son premier livre dédié aux édifices modernes de Rome, publié en 1798 en association avec Pierre Fontaine, Charles Percier s’occupe plus particulièrement de concevoir les seize frontispices placés au début de chacune des livraisons. Ces compositions de fragments architecturaux sculptés, inspirées notamment de Piranèse, enrichissent ce volume, consacré pour l’essentiel à l’architecture domestique de la Renaissance, d’une dimension ornementale inspirée de l’Antiquité. En même temps, par leur forme, ces planches imposent un type de dessin architectural différent des traditionnels plans, coupes, façades et perspectives, plus libres et qui incarne une dimension artistique de la pratique de l’architecte. Imités par ses disciples et plus généralement par les élèves architectes, les frontispices à la Percier donnent naissance à l’exercice des « éléments analytiques » qui s’impose à la fin du XIXe siècle comme l’une des clés de la formation dispensée par l’école et un marqueur de la culture Beaux-Arts.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Charles Percier et les origines du « frontispice » à l’École des beaux-arts
Les frontispices à l’école de Percier
Un principe de composition libre et convenu, marqueur du style Beaux-Arts

Aperçu du texte

Suivant les catégories d’ichnographia, orthographia et scenographia données par Vitruve, les principaux types de dessin d’architecture utilisés en Occident depuis la Renaissance sont bien connus et peu nombreux : plan, coupe et façade, pour les vues en géométral, perspective et axonométrie pour les vues en trois dimensions. On peut bien les décliner selon le niveau de définition ou l’usage qui sont les leurs : esquisse, avant-projet, document d’exécution, document de concours ou de présentation, d’ensemble ou de détail ; ou considérer leurs hybridations : coupe-perspective, plan ombré permettant d’appréhender la troisième dimension, cela n’en détermine pas moins une gamme limitée de modes d’expression assez étroitement codifiés. Que ceux-ci s’appliquent à une construction bien réelle ou qu’on entend réaliser, à un exercice d’école ou à un projet utopique n’a d’incidence que sur leur degré de précision ou sur la façon avec laquelle ils s’attachent à certains aspects matériels ou prat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Garric, « Des frontispices aux « éléments analytiques », les compositions graphiques d’architecture à l’École des beaux-arts », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 59-68.

Référence électronique

Jean-Philippe Garric, « Des frontispices aux « éléments analytiques », les compositions graphiques d’architecture à l’École des beaux-arts », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/547 ; DOI : 10.4000/lha.547

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Garric

Jean-Philippe Garric est professeur d’histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome (1987-1989), chercheur au Centre canadien d’architecture (2004), puis conseiller scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art (2006-2012), il est membre de l’HiCSA et directeur du labex CAP. Ses travaux portent sur l’architecture en France et en Europe de 1750 à 1914, avec un intérêt particulier pour le livre, la théorie et l’enseignement de l’architecture. Il a notamment publié Recueils d’Italie (2004), La Construction savante (2008, avec Valérie Nègre et Alice Thomine), Le Livre et l’architecte (2010, avec Émilie d’Orgeix et Estelle Thibault), Percier et Fontaine, les architectes de Napoléon (2012), Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles. 1789-1950 (2014). Adresse électronique : jean-philippe.garric@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org