Navigation – Plan du site

Le dessin de l’architecture et la genèse de l’œuvre

The architecture drawing and the works genesis
Die Architekturzeichnung und das Werden des Werkes
Pierre-Marc de Biasi
p. 93-102

Résumés

Comme le montre l’histoire des termes « dessin », « dessein » et « projet », la création graphique en architecture est indissociable du mouvement qui aboutit à la valorisation des dessins de travail comme témoins du processus de conception de l’œuvre. La sauvegarde de fonds doit donc prévaloir sur la collection de pièces, même exceptionnelles. Bien que précédées d’une phase de conceptualisation non graphique (la « boîte noire », la « mémoire » de Le Corbusier), les séquences génétiques des dessins permettent de reconstituer la genèse de l’idée matricielle et les métamorphoses plastiques qui donnent forme au projet sous l’effet de la « pensée-dessin » qui doit être pensée comme unité originairement synthétique du geste graphique (outil) et de la proposition esthétique (œuvre) développée en tant que processus.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Le dessin et le projet
La collection ou le fonds
Conceptualiser sans dessiner
La pensée-dessin 
Le papier et la boîte noire
Dessins : de quoi parle-t-on ?

Aperçu du texte

Le dessin et le projet

La langue française classique a affiché pendant trois siècles une hésitation troublante sur l’orthographe du mot « dessin » : jusqu’au XVIIIe siècle, on pouvait écrire indifféremment dessin ou dessein. Le mot « dessin » avait le sens de « graphisme » tandis que « dessein », tout en signifiant aussi tracé graphique, contenait une acception seconde : l’idée d’intention, de but, de visée. L’unité des deux sens traversait bien d’autres formulations : en italien, l’esquisse initiale se disait « primo pensiero », première idée. Le dessin/dessein est « cosa mentale ». Au XVIIIe siècle le mot dessein perd progressivement son sens graphique pour ne plus signifier que « conception par l'esprit d'un but à atteindre, d'une fin à réaliser » : forme personnelle et secrète que peut revêtir un projet. C’est le même mot italien disegno, du verbe disegnare, qui avait donné naissance aux deux graphies françaises, et ces deux graphies étaient apparues en France au XVe siècle, c’es...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marc de Biasi, « Le dessin de l’architecture et la genèse de l’œuvre », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 93-102.

Référence électronique

Pierre-Marc de Biasi, « Le dessin de l’architecture et la genèse de l’œuvre », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/555 ; DOI : 10.4000/lha.555

Haut de page

Auteur

Pierre-Marc de Biasi

Pierre-Marc de Biasi est chercheur, écrivain et plasticien. Directeur de recherche au CNRS, producteur délégué à France Culture, auteur de films pour Arte, directeur de collections chez CNRS éditions et chez EAC, il a publié une trentaine d’ouvrages et environ deux cents articles scientifiques sur Flaubert, la critique génétique, l’art, l’architecture, les humanités numériques, l’histoire des idées. Dans le prolongement d’une mission du Ministère de l’équipement réalisée sur l’œuvre des architectes Fernando Montès et Édith Girard (Plan-Construction, 1988) il a défini le principe d’une approche génétique de l’architecture (Genesis n° 14. CCA-JM Place éd., 2000). Son travail de plasticien a donné lieu à une cinquantaine d’expositions et à six commandes publiques en France et à l’étranger. Site : www.pierre-marc-debiasi.com. Adresse électronique : pm.debiasi@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org