Navigation – Plan du site

Aujourd’hui à Chlef le centre Larbi Tebessi, hier à Orléansville le centre Albert-Camus (1955-1961), (architectes Louis Miquel et Roland Simounet)

Today in Chlef the center “Larbi Tebessi”, yesterday in Orléansville the center “Albert-Camus” (1955-1961), (architects Louis Miquel and Roland Simounet)
Heute in Chlef das Centre Larbi Tebessi, gestern in Orléansville das Centre Albert-Camus (1955-1961), Werke der Architekten Louis Miquel und Roland
Soraya Bertaud du Chazaud
p. 117-129

Résumés

Après le séisme de 1954 à Orléansville, Jean de Maisonseul, ami de Le Corbusier et directeur du service d’urbanisme du département d’Alger, met en place une équipe dynamique, issue de l’Agence du plan d’Alger, dirigée alors par Dalloz et Hanning, et décidée à mettre en œuvre une ville « neuve ». De beaux morceaux d’architecture s’érigèrent à la place des ruines de la cité : le centre commercial Saint-Reparatus de Jean Bossu, la mosquée de Robert Hansberger, le centre de jeunesse et de sports de Louis Miquel et Roland Simounet. Ce dernier prendra le nom de d’Albert-Camus lors de son inauguration le 4 avril 1961. Rebaptisé Larbi Tebessi, ce centre culturel n’a pas cédé au terrible séisme de 1980, et l’état actuel de son bâti démontre sa résistance à la nature, au temps et aux hommes. Cet ensemble architectural pensé et construit entre 1955 et 1960, en pleine guerre d’Algérie, est un témoignage touchant de la sincérité de ses créateurs humanistes, architectes généreux liés à la terre qui les a vus naître. Aujourd’hui, le centre de jeunesse et des sports de Miquel et Simounet a résisté au séisme de la nature. Menacé par l’indifférence des hommes, renaît tout de même l’espoir d’une rénovation attentive pour cette architecture remarquable.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Un contexte particulier 
Le séisme du 9 septembre 1954
Le début de la guerre d’Algérie et l’apport d’Albert Camus
Un espoir dans la tourmente : le centre de la jeunesse et de sports Albert-Camus
Louis Miquel, Roland Simounet : les « enfants du pays »
Les conditions du programme : une maison des jeunes et de la culture avant l’heure
Le chantier
La réception du bâtiment
L’inauguration du centre culturel 
De 1962 à aujourd’hui : un bâtiment en survie

Aperçu du texte

Après des recherches sur l’Aéro-habitat de Louis Miquel à Alger, sujet d’un premier mémoire de Master 1 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, mon intérêt pour l’architecture moderne en Algérie s’est accru. C’est en consultant le numéro 329 de la revue Technique et architecture, qui consacre pour les mois de février-mars 1980 un numéro spécial sur l’Algérie, que je découvre le centre culturel Albert-Camus d’Orléansville. Bâti entre 1955 et 1961, il survit au tremblement de terre meurtrier et dévastateur de 1980 à El-Asnam, nom donné à la ville après l’indépendance. Aujourd’hui la ville s’appelle Chlef, et le centre « Larbi Tebessi ».

Depuis mon précédent travail sur l’Aéro-habitat, je connais les difficultés à ouvrir les archives algériennes. Nombre d’architectes ont quitté l’Algérie en y laissant leurs archives, c’est le cas de Louis Miquel et de Roland Simounet, et elles ont disparu. En France, les archives de ces deux architectes sont facilement accessibles, celles de Miquel à ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soraya Bertaud du Chazaud, « Aujourd’hui à Chlef le centre Larbi Tebessi, hier à Orléansville le centre Albert-Camus (1955-1961), (architectes Louis Miquel et Roland Simounet) », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 117-129.

Référence électronique

Soraya Bertaud du Chazaud, « Aujourd’hui à Chlef le centre Larbi Tebessi, hier à Orléansville le centre Albert-Camus (1955-1961), (architectes Louis Miquel et Roland Simounet) », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lha.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/lha.560

Haut de page

Auteur

Soraya Bertaud du Chazaud

Soraya du Chazaud est historienne de l’architecture. Diplômée d’un Master 2 en histoire de l’architecture contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2012, elle a consacré ses deux sujets de mémoire à l’architecture du mouvement moderne en Algérie. Dans un premier travail de recherche soutenu dans le cadre du Master 1, elle traite de l’immeuble « Aéro-habitat » de l’architecte Louis Miquel, construit entre 1950 et 1955 à Alger. En Master 2, elle s’intéresse au centre culturel de la jeunesse et de sports Albert-Camus des architectes Louis Miquel et Roland Simounet, construit entre 1955 et 1961 à Chlef, ex-Orléansville. Adresse électronique : soraya.duchazaud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org