Navigation – Plan du site

Authenticité ou décorativité ? Marques d’imprimeur comme ornements architecturaux

Functional or not? Printers’ devices as decorative elements of library buildings
Authentizität oder Gepränge? Druckerzeichen als architektonisches Ornament
Melinda Simon
p. 131-147

Résumés

Cet article présente un cas particulier d’ornements architecturaux de bibliothèques. L'auteur a rassemblé les données autour de 32 édifices qui, tous à l'exception d'un seul, furent érigés aux États-Unis entre 1890 et 1954. Les institutions étudiées sont principalement des bibliothèques universitaires (18) et des bibliothèques publiques (14). Nous connaissons les fabricants des ornements dans la moitié des cas. En moyenne, 25 marques d'imprimeur sont présentes par immeuble. Les techniques appliquées sont : le verre au plomb et le vitrail, la sculpture en relief sur pierre, la peinture murale, le gaufrage sur cuivre, différentes techniques picturales, les grilles en cuivre, les chandeliers, une gravure sur bois, une fontaine en cuivre, un stuc et une mosaïque de sol. Les images choisies pour ces ornements étaient avant tout les marques des premiers imprimeurs, mais dans certains cas les marques des éditeurs américains modernes ont aussi été utilisées. L'auteur donne une liste de popularité des 150 marques anciennes et des 60 marques modernes répertoriées dans son étude.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Annexe 1 : Données relatives aux bâtiments et aux éléments décoratifs traités dans l’étude

Aperçu du texte

Au tournant du XIXe et du XXe siècle et pendant les premières décennies du XXe siècle, les premières marques d’imprimeur étaient très à la mode. En effet, c’est l’époque de la publication des grandes séries de la littérature relative (par exemple les volumes de Die Büchermarken oder Buchdrucker- und Verlegerzeichen édités par Paul Heintz, suivant une répartition selon les villes, publiés entre 1892-1908, ou les volumes de Die Drucker- und Buchhändlermarken, suivant une répartition selon les unités géographiques, parus entre 1924-1929 à Munich) et de nombreuses monographies importantes (par exemple l’ouvrage de Ronald McKerrow sur les marques d’imprimeur anglais et écossais en 1913 ou l’œuvre de base d’Annemarie Meiner en 1922). En Hongrie, c’est également à cette époque-là que Gyula Végh a fait paraître les marques des libraires de Buda.

Cette vogue est également reflétée dans les revues de l’époque, dont les numéros parus dans les années 1920 et 1930 ont souvent publié – uniquement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melinda Simon, « Authenticité ou décorativité ? Marques d’imprimeur comme ornements architecturaux », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 131-147.

Référence électronique

Melinda Simon, « Authenticité ou décorativité ? Marques d’imprimeur comme ornements architecturaux », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lha.revues.org/564 ; DOI : 10.4000/lha.564

Haut de page

Auteur

Melinda Simon

Melinda Simon est docteur, chargée de cours au Department of Cultural Heritage and Human Information Science à l'Université de Szeged en Hongrie. Ses recherches portent sur l'histoire de l'imprimerie. Ses domaines de spécialisation incluent l'étude et l'inventaire des marques d'imprimeur et d'éditeur hongrois, et les caractéristiques des objets d’imprimerie européens des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Adresse électronique : msimon@hung.u-szeged.hu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org