Skip to navigation – Site map

La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi

Critical photography used as operative critics in Paolo Portoghesi’s work
Die kritische Fotografie im Dienste einer Verfahrenskritik im Werk von Paolo Portoghesi
Benjamin Chavardes
p. 23-37

Abstracts

Paolo Portoghesi is a singular character in the scope of the historians of architecture in Italy noticeably through his use of photography as a tool to analyze the bond between history and projects. He gives it an important part in his monograph on Guarino Guarini (1956), Roma barocca (1966) or in his monographs about Bernardo Vittone (1966) and Borromini (1967). This use was pointed out (by Pommer, Million and Wittkower), embedded by some (Benevolo) and criticized by others (Zevi et Tafuri). In Roma un'altra città (1968), photography is at the heart of the editorial project. Manfredo Tafuri evokes his work on « critical photography » and the risk of taking autonomous pictures deprived of their link with the studied object: in some cases, abstraction takes advantage over the documentary side. Detailed photography is used as a formal comparison between two eras, in reference to Wölfflin's teaching. The use of low-angle shots puts emphasis on the geometry of the buildings as the « Fish eye » lens magnifies its effect: one could see it as a photographic equivalent of Auguste Choisy's « perspectives plafonnantes ». This work of critical photography takes shape in the continuity of the methodology of the roman school of historical architectural inside which he appears as the best ambassador of the « operational critic ».

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on July 2018.

Outline

Médium fondamental
Photographie critique
Critique opératoire
Michel-Ange architecte (1964)
Zevi, Portoghesi et la photographie
Photographie critique et projet architectural
Les valeurs libres
Conclusion

First lines

Paolo Portoghesi voit le jour en 1931, en plein cœur du centre historique de la Rome fasciste. Il grandit dans un climat d’instrumentalisation de l’histoire, en observant les transformations effectuées par le régime dans la capitale italienne. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il entreprend ses études à l’école de Rome, fondée par Gustavo Giovannoni (1873-1947). Il y est formé par un corps enseignant composé par les anciens architectes du régime, comme Arnaldo Foschini (1884-1968), auxquels on a assigné des assistants antifascistes comme Ludovico Quaroni (1911-1987). Portoghesi fait également partie de la première promotion à bénéficier de l’enseignement de Saverio Muratori (1910-1973). Il est alors influencé par les recherches identitaires de l’architecture italienne de l’après-guerre et notamment par les travaux « néoréalistes » de Mario Ridolfi. Il commence très tôt, parallèlement à ses études, à entreprendre des recherches historiques, nourri par les enseignements d’hi...

Top of page

References

Bibliographical reference

Benjamin Chavardes, « La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 31 | 2016, 23-37.

Electronic reference

Benjamin Chavardes, « La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi », Livraisons de l'histoire de l'architecture [Online], 31 | 2016, Online since 14 July 2018, connection on 30 May 2017. URL : http://lha.revues.org/584 ; DOI : 10.4000/lha.584

Top of page

About the author

Benjamin Chavardes

Benjamin Chavardes, après une formation de géomètre topographe, a étudié l’architecture à Montpellier et à Rome. Il est aujourd’hui architecte en Arles. En novembre 2014, il a soutenu une thèse en architecture sur l’œuvre de Paolo Portoghesi et les débats architecturaux de la seconde moitié du XXe siècle, pour laquelle il a obtenu les félicitations du jury à l’unanimité et le label « doctorat européen ». Son jury de thèse était composé d’Alix Audurier-Cros, Jean-Louis Cohen, Claudia Conforti, Philippe Dufieux, Cristiana Mazzoni et Jean-François Pinchon. Allocataire du ministère de la Culture et de la Communication de 2010 à 2012, il a été boursier de l’École française de Rome à trois reprises, entre 2011 et 2012. Il a enseigné l’histoire de l’architecture et de la ville à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon, où il enseigne actuellement la théorie et la pratique de la conception architecturale et urbaine. Il a enseigné dans le séminaire « Patrimoine ancien, moderne et contemporain » de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine, ainsi qu’à Montpellier, à Avignon et à la Politecnico de Turin. Enfin, il a été membre de jury dans les écoles d’architecture de Marseille et de Rouen. Adresse électronique : benjamin.chavardes@hotmail.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés à l'Association LHA

Top of page
  • Revues.org