Navegación – Mapa del sitio

La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi

Critical photography used as operative critics in Paolo Portoghesi’s work
Die kritische Fotografie im Dienste einer Verfahrenskritik im Werk von Paolo Portoghesi
Benjamin Chavardes
p. 23-37

Resúmenes

Paolo Portoghesi est une figure originale dans le panorama des historiens de l’architecture en Italie, notamment par son utilisation de la photographie comme outil d’analyse, lien entre l’histoire et le projet. Il lui consacre une place importante dans sa monographie sur Guarino Guarini (1956), dans Roma barocca (1966) ou encore dans ses monographies sur Bernardo Vittone (1966) et Borromini (1967). Cette utilisation a été remarquée (Pommer, Million et Wittkower), reprise par certains (Benevolo) et critiquée par d’autres (Zevi et Tafuri). Dans Roma un’altra città (1968), la photographie est au cœur du projet éditorial. Manfredo Tafuri évoque son travail de « photographie critique » et le risque de produire des images autonomes n’ayant plus de lien avec l’objet étudié : dans certains cas, l’abstraction prend le pas sur le caractère documentaire. La photographie de détail sert la comparaison formelle entre deux époques, référence à la pédagogie de Wölfflin. L’utilisation de contre-plongées met l’accent sur la géométrie des édifices et l’objectif « Fish-eye » accentue ces effets : on peut la considérer comme un équivalent photographique des perspectives plafonnantes d’Auguste Choisy. Ce travail de photographie critique s’inscrit dans la continuité de l’enseignement de l’école romaine d’histoire de l’architecture au sein de laquelle il s’affirme comme le meilleur représentant de la « critique opératoire ».

Inicio de página

Extracto

Este documento será publicado en línea con texto integral en julio 2018.

Plano

Médium fondamental
Photographie critique
Critique opératoire
Michel-Ange architecte (1964)
Zevi, Portoghesi et la photographie
Photographie critique et projet architectural
Les valeurs libres
Conclusion

Paolo Portoghesi voit le jour en 1931, en plein cœur du centre historique de la Rome fasciste. Il grandit dans un climat d’instrumentalisation de l’histoire, en observant les transformations effectuées par le régime dans la capitale italienne. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il entreprend ses études à l’école de Rome, fondée par Gustavo Giovannoni (1873-1947). Il y est formé par un corps enseignant composé par les anciens architectes du régime, comme Arnaldo Foschini (1884-1968), auxquels on a assigné des assistants antifascistes comme Ludovico Quaroni (1911-1987). Portoghesi fait également partie de la première promotion à bénéficier de l’enseignement de Saverio Muratori (1910-1973). Il est alors influencé par les recherches identitaires de l’architecture italienne de l’après-guerre et notamment par les travaux « néoréalistes » de Mario Ridolfi. Il commence très tôt, parallèlement à ses études, à entreprendre des recherches historiques, nourri par les enseignements d’hi...

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Benjamin Chavardes, « La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 31 | 2016, 23-37.

Referencia electrónica

Benjamin Chavardes, « La photographie critique au service d’une critique opératoire dans l’œuvre de Paolo Portoghesi », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En línea], 31 | 2016, Puesto en línea el 14 julio 2018, consultado el 26 julio 2017. URL : http://lha.revues.org/584 ; DOI : 10.4000/lha.584

Inicio de página

Autor

Benjamin Chavardes

Benjamin Chavardes, après une formation de géomètre topographe, a étudié l’architecture à Montpellier et à Rome. Il est aujourd’hui architecte en Arles. En novembre 2014, il a soutenu une thèse en architecture sur l’œuvre de Paolo Portoghesi et les débats architecturaux de la seconde moitié du XXe siècle, pour laquelle il a obtenu les félicitations du jury à l’unanimité et le label « doctorat européen ». Son jury de thèse était composé d’Alix Audurier-Cros, Jean-Louis Cohen, Claudia Conforti, Philippe Dufieux, Cristiana Mazzoni et Jean-François Pinchon. Allocataire du ministère de la Culture et de la Communication de 2010 à 2012, il a été boursier de l’École française de Rome à trois reprises, entre 2011 et 2012. Il a enseigné l’histoire de l’architecture et de la ville à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon, où il enseigne actuellement la théorie et la pratique de la conception architecturale et urbaine. Il a enseigné dans le séminaire « Patrimoine ancien, moderne et contemporain » de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine, ainsi qu’à Montpellier, à Avignon et à la Politecnico de Turin. Enfin, il a été membre de jury dans les écoles d’architecture de Marseille et de Rouen. Adresse électronique : benjamin.chavardes@hotmail.fr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés à l'Association LHA

Inicio de página
  • Revues.org