Navigation – Plan du site

Des phares au concours : de l’Académie royale d’architecture à l’École des Beaux-arts 1745-1966 (2e partie)

L’École des beaux-arts et l’actualité architecturale des phares 1812-1966
Lighthouses in Competition: from the Royal Academy of Architecture to the École des Beaux-Arts 1745-1966. Part 2 : The École des Beaux-Arts and the Architecture of Lighthouses 1812-1966
Leuchttürme im Wettbewerb: von der Académie royale d’architecture zu der École des beaux-arts 1745-1966. Zweiter Teil : Die École des beaux-arts und das architektonische Geschehen der Leuchtfeuer 1812-1966
Olivier Liardet
p. 32-61

Résumés

L’École des Beaux-Arts fut la plus grande institution d’enseignement artistique en France de sa création au début du XIXe siècle. Cet enseignement mettait en avant une approche théorique de l’architecture basée sur l’art de la composition, mais également certains aspects constructifs. Des concours périodiques permettaient aux jeunes élèves-architectes de se confronter à des programmes plus ou moins complexes dont les sujets s’appuyaient souvent sur l’actualité architecturale, et de proposer les solutions techniques de leur réalisation. L’intérêt de l’École pour l’objet phare correspondait au développement des réflexions et aux constructions réalisées par la Commission des Phares créée en 1811 et son vaste programme d’éclairage des côtes décidé en 1825. Pendant toute la période envisagée, de 1812 à la fin de la section d’architecture à l’École en 1968, pas moins d’une trentaine de concours et de sujets de diplôme concernèrent la signalisation maritime, phares, fanaux, feux ou sémaphore. Régulier, le sujet du phare, revenait chaque décennie afin d’habituer les architectes à la réalisation d’un objet spécifique, par sa forme et sa fonction autant que par sa position géographique, permettant toutes les audaces architectoniques et les fantaisies de jeunes artistes avides d’exprimer leur art.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henry Guédy, Dictionnaire d’architecture donnant l’explication de tous les termes employés en Arc (...)

« Phare. Tour construite à l’entrée d’un port ou aux environs
et sur laquelle on tient des feux allumés pendant la nuit
pour guider les vaisseaux dans leur route »1.

1De tout temps, le développement de la navigation maritime et la volonté d’éviter des naufrages trop fréquents ont incité à la construction de phares pérennes destinés à sécuriser les côtes. La France, nation maritime, ne pouvait se détourner de ces équipements d’intérêt public. La plus grande institution d’enseignement artistique française – l’École des Beaux-Arts, héritière des Académies d’Ancien Régime –, s’intéressa donc à ce programme, à l’instar d’autres typologies architecturales. À partir de la création de la Commission des phares en 1811 et la mise en chantier du grand programme national de signalisation des côtes de 1825, le phare devint ainsi un objet architectural « courant » dans l’enseignement de l’architecture à l’École, faisant l’objet de concours réguliers dès 1812. Chaque décennie vit revenir le sujet dans les concours mensuels d’esquisse ou de rendu, voire de construction, jusqu’à la disparition de l’enseignement de l’architecture à l’École à la fin des années 1960.

  • 2 Ce nombre résulte d’un dépouillement systématique des procès-verbaux des assemblées des professeu (...)

2Sur l’ensemble de la période concernée de 1812 à 1966, pas moins de vingt concours de phare furent proposés par l’École à ses jeunes élèves, auxquels il faut ajouter deux concours pour des stations d’éclairage des côtes, deux autres pour des lazarets comprenant des phares ou fanaux, mais aussi au moins quatre sujets de diplôme2. Un projet de sémaphore et un autre de tour d’avant-port comprenant la possibilité d’un feu complètent ce corpus consacré à la protection de la navigation pouvant être interrogé sur les pratiques de l’École et la compréhension de l’objet phare par les architectes.

La pratique du concours à l’École des Beaux-Arts

  • 3 Sur la survivance de l’enseignement académique voir Christopher Drew Armstrong, Julien-David Lero (...)
  • 4 Sur l’évolution des principes de composition et de l’enseignement de l’École voir David Van Zante (...)

3L’enseignement de l’École était basé sur les mêmes principes que celui de l’ancienne Académie royale d’Architecture : un enseignement libre, comportant peu d’obligations, et surtout une pratique des concours appelés concours d’émulation (créés en 1763 par le marquis de Marigny) correspondant aux connaissances théoriques que devait posséder un architecte3. Les concours d’esquisse ou de rendu portaient sur des programmes variés afin de permettre aux élèves de concevoir et composer un édifice ou une partie d’édifice et les préparer au Grand Prix d’architecture, but ultime de la scolarité4. L’appartenance à un atelier libre, puis officiel après la réforme de 1863, ou à une agence d’architecte garantissait un apprentissage des connaissances pratiques. Le règlement de 1819 créant officiellement l’École des Beaux-Arts, modifiée en 1821, codifia pour un siècle et demi ces pratiques.

  • 5 Voir Annie Jacques, « The programme of the architectural section of the École des Beaux-Arts, 181 (...)
  • 6 Pour des exemples de parcours bien documentés dans la première moitié du XIXe siècle, voir Jean-M (...)

4Comme l’a montré Christopher Armstrong, l’Académie royale d’Architecture suivait parfaitement les réflexions contemporaines dans plusieurs domaines et particulièrement sur l’éclairage des côtes. L’École des Beaux-Arts qui lui succéda au XIXe siècle, adopta une stratégie similaire, proposant fréquemment des sujets en rapport avec les types d’édifice courant que les élèves auraient à construire dans leur carrière, avec une insistance cependant sur les édifices d’édilité publique et l’architecture religieuse au détriment des habitations au sens large à l’exception de l’architecture privée de luxe (escaliers de palais, résidences de souverains, fabriques de jardin, etc.)5. Thermes, théâtres, églises, halles, hôtels de ville, etc., faisaient donc partie du lot quotidien de l’élève - architecte, auxquels il convenait d’ajouter des programmes nouveaux, issus des institutions créées sur les ruines de l’Ancien Régime, palais de justice et préfectures, ou des avancées technologiques comme les stations de chemin de fer6. C’est le professeur de théorie, enseignant majeur de la section d’architecture, qui donnait les programmes pour ces concours livrés chaque mois à l’appétit des élèves.

  • 7 Voir J.-M. Leniaud, « Le programme d’une bibliothèque au XIXe siècle », dans J.-M. Leniaud dir., (...)

5En l’absence d’un dépouillement exhaustif par typologie des centaines de sujets de concours proposés durant cette longue période, excepté ceux des Grands Prix, il n’est pas toujours aisé de cerner le rapport direct avec l’actualité architecturale des constructions publiques. Quelques types de sujet ont été étudiés spécifiquement, comme ceux des bibliothèques. Ces derniers apparurent dès le début du XIXe siècle en rapport avec l’afflux des œuvres dans les collections de la bibliothèque nationale suite aux saisies révolutionnaires. Ils furent ensuite concomitants avec les réflexions menées dans le cadre de la bibliothèque royale puis impériale, puis de la bibliothèque Sainte-Geneviève par Louis Visconti (1791-1853) et Henri Labrouste (1801-1875)7.

  • 8 Concours 1931-1932, pl. 60-63.
  • 9 Concours 1955-1956, p. 8-10, pl. 13-14.

6De même, la Grande Guerre produisit une effervescence dans les concours de l’École avec un monument au Souvenir Français et une lanterne des morts dès 1920-21. Le développement important de la voiture suscita également l’intérêt avec une station-service pour automobiles en 19318. Les années 1950 furent propices aux nouvelles réflexions : en 1951 furent proposés les casernements et abris d’une base navale inspirés des constructions allemandes de l’organisation Todt pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1953 un centre d’émissions radiophoniques ou encore en 1955 un camp central de pétrole, les professeurs de l’École ayant compris l’intérêt croissant pour la prospection pétrolière dans des zones vierges de toutes activités humaines9. Mais on pourrait citer également des centres commerciaux, centres villes ou expositions diverses. Parallèlement on continua à offrir des sujets d’un autre âge, destinés uniquement à habituer l’élève à la variété, à décortiquer un programme quel qu’il soit, à proposer des solutions viables, ainsi les concours de 1923 et de 1936 pour un caravansérail !

  • 10 Bertrand Lemoine, « Apprendre à construire : la formation technique des architectes à l’École des (...)
  • 11 Sept volumes de texte et un atlas de planches (Paris, 1802-17). Voir Robin Middleton et Marie-Noë (...)
  • 12 Antonio Brucculeri, « Building Construction and Architectural Practice: The Teaching of François (...)

7À côté de ces programmes prestigieux, l’École dispensait également un savoir technique grâce au professeur de stéréotomie (puis de construction à partir de 1819)10 qui fut Jean-Baptiste Rondelet (1743-1829) de 1806 à 1824, puis François-Marie Jaÿ (1789-1871) jusqu’en 1863. Au début du XIXe siècle, Rondelet apparaissait comme un homme d’expérience avec la reprise en sous-œuvre des piliers du Panthéon et la publication de son Traité théorique et pratique de l’art de bâtir publié à partir de 180211. Quant à Jaÿ, il avait acquis une solide expérience dans les agences lyonnaises de l’architecte Tissot et de l’ingénieur Carron, puis des Bâtiments civils à Paris de 1811 à 186012. Il fut également chargé par le Conseil des Bâtiments civils de nombreux rapports sur des édifices en cours d’achèvement ou en panne de travaux (Palais de la Bourse, Arc de Triomphe de l’Etoile, église de la Madeleine) et sur des procédés techniques nouveaux de mise en œuvre des matériaux. Plus que Rondelet, dont les principes étaient digérés via son Traité, Jaÿ eut une influence durable sur les élèves de l’École.

8Dans le cadre de ces études, l’objet phare apparaissait comme le parangon de l’objet architectural : parfaitement symétrique – en tout cas dans l’esprit néo-classique du début du XIXe siècle – comme les arcs de triomphe, les colonnes monumentales et nombre de monuments commémoratifs, ayant un programme suffisamment simple pour que les élèves-architectes se l’approprient rapidement, et offrant la possibilité d’un effet monumental propre à exciter l’enthousiasme des jeunes artistes.

L’École des Beaux-Arts et le programme de 1825

  • 13 Voir Charles Gourlier, Notice historique sur le service des travaux des Bâtiments Civils à Paris (...)
  • 14 Voir Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris, 2005, 212 p.
  • 15 Voir Jean-Christophe Fichou dir., Noël Le Hénaff, Xavier Mével, Phares. Histoire du balisage et d (...)
  • 16 Commission des Phares, Rapport contenant l'exposition du système adopté par la Commission des pha (...)
  • 17 Voir Hélène Lipstadt et Harvey Mendelsohn dir., Architectes et Ingénieurs dans la presse : polémi (...)

9Le professeur de théorie suivait donc parfaitement l’actualité de la construction, d’autant plus qu’il faisait partie d’un vaste système officiel de l’architecture publique avec à son sommet le conseil des bâtiments civils créé en 179513. Après Léon Dufourny (1754-1818), élève de Julien-David Leroy, qui resta en poste de 1803 à 1818, c’est Louis-Pierre Baltard (1764-1846) qui prit les rênes. Ancien professeur de géométrie descriptive et premier professeur d’architecture à l’École polytechnique de 1794 à 1797, il maîtrisait la rhétorique des programmes d’ouvrages d’art destinés aux élèves-ingénieurs14 et n’ignorait pas la grande révolution opérée dans la signalisation maritime depuis la création de la commission des Phares en 181115. Dès 1812, Dufourny donnait un phare au concours d’émulation de 1ère classe remporté par Haudebourt. Mais c’est surtout après le lancement de la grande campagne de signalisation des côtes françaises mise en œuvre par la commission des Phares en 1825 que l’École développa une véritable réflexion sur cette typologie architecturale16. Cette stratégie peut aussi se comprendre comme un élément du débat entre ingénieurs et architectes, au moment où ces derniers remplaçaient progressivement les premiers dans les postes d’architectes officiels en province, notamment départementaux mais aussi municipaux, même s’il ne faut voir dans ce mouvement qu’une montée en puissance de la formation des architectes et un recentrement des ingénieurs vers leurs missions premières et bientôt vers le développement du chemin de fer17. Le but poursuivi à l’École était de montrer que les architectes étaient capables de construire tout type d’architecture et de suppléer les ingénieurs dans la réalisation de la partie purement architecturale des phares.

  • 18 Formé à l’École polytechnique, puis à l’École des Beaux-Arts et à l’École des Ponts et Chaussées, (...)

10Durant la période d’élaboration et de mise au point des programmes par la commission des Phares et ses membres dans le second quart du XIXe siècle, le phare apparut six fois dans des concours de l’École de 1830 à 1852, sans compter celui du Grand Prix de Rome pour un lazaret en 1829. La section d’architecture de l’École menait ainsi ses propres réflexions sur la typologie architecturale du phare, tant sur le plan esthétique que technique, bien qu’avant les années 1930 aucun architecte n’en ait construit à part Léonce Reynaud (1803-1880), comme ingénieur et directeur du service des Phares et balises pendant plus de quarante ans, qui avait une double casquette d’architecte et d’ingénieur18. Elle proposa alors non seulement des concours d’émulation « classiques » d’esquisse (juin 1830, avril 1834, décembre 1838), ou sur projet rendu (février 1852), mais également deux concours « technique », de construction générale et de construction fer. Ces derniers sont parmi les plus documentés et nous renseignent sur les pratiques constructives et la capacité des élèves - architectes à manier les connaissances propres à la construction, même s’il s’agit pour certains de connaissances livresques.

  • 19 Les dessins sont conservés dans le volume 7 des concours de construction générale de l’École nati (...)
  • 20 Le traité fut mis à jour en 1847-48 par Guillaume-Abel Blouet, professeur de théorie à l’École, p (...)

11Dans le concours de construction générale de 183019, la science de la coupe des pierres était mise en avant et les détails constructifs demandés étaient clairement orientés dans ce but. Les nombreux traités sur le sujet en français démontrent l’importance donnée à cette science par les architectes. Les connaissances de cette tradition toute française furent rassemblées et codifiées à des fins pédagogiques au début du XIXe siècle par Rondelet dans son Traité20. Mais les élèves, suivant le programme, exposaient également la mise en œuvre de ces puissantes constructions en pierre en présentant à la fois l’outillage en bois et les échafaudages nécessaires avec parfois une certaine naïveté. Deux d’entre eux, Calamel et Bailly, posèrent leur tour cylindrique sur un haut soubassement évasé tel un tronc d’arbre (ill. 1), inspiré du phare d’Eddystone construit au large de Plymouth de 1756 à 1759. Les élèves dressèrent un phare monumental aux proportions sans commune mesure avec la taille modeste (18 mètres) du phare anglais. Largement copié par la suite comme à Bell Rock en 1811, ce dernier inspira le jeune Reynaud chargé en 1834 de la construction du phare des Héaux de Bréhat.

Ill. 1 : l, Concours de construction générale de 1830

Ill. 1 : l, Concours de construction générale de 1830

Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CG 33

Cl. O. Liardet

  • 21 Concours de 2e classe de construction fer rendu d’octobre 1842. Arch. nat., AJ52 105, p. 378 et s (...)
  • 22 Voir infra l’article de Vincent Guigueno sur les constructions métalliques.
  • 23 Deux des dessins sont reproduits dans Bruno Girveau dir., Charles Garnier. Un architecte pour un (...)

12En 1842, Baltard retint le principe de construction métallique, exigeant que la tour, et pas seulement la lanterne, fussent « en métal fer fondu et fer forgé »21. Le programme ne donnait pas de précision particulière sur la manière de construire l’ouvrage, et pour cause, la France n’avait quasiment pas d’expérience dans la construction de ces phares métalliques22. L’École faisait alors office de précurseur dans l’emploi de ce matériau dans une mise en place pérenne, exigence toujours présente dans ses programmes. Si Charles Garnier, dans son projet, conservait une forme extérieure très proche d’une architecture de pierre avec une mise en page du dessin très rigoureuse et des éléments techniques assez éloignés de la réalité des lanternes par exemple23, d’autres concurrents montraient une véritable appétence pour les possibilités des structures métalliques mises en adéquation avec la forme du fût. Louis-Henri Antoine, comme Gabriel Davioud (ill. 2) ou Martial Sénèque, semble avoir bien compris l’intérêt de l’utilisation du métal et n’en masqua pas les réalités, en particulier les jointures des divers éléments des parois extérieures.

Ill. 2 : G. Davioud, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Ill. 2 : G. Davioud, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Élévation et plan, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 66

Cl. O. Liardet

13Il utilisa d’ailleurs la structure pour créer un jeu d’opposition entre la rigidité des structures portantes et l’ondulation de l’escalier en spirale montant de fond (ill. 3).

Ill. 3 : L.-H. Antoine, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Ill. 3 : L.-H. Antoine, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Coupe, plan et élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 65

Cl. O. Liardet

14Quant à Louis Bresson, il proposa une forme plus atypique, mais sans avenir, d’une tour-colonne aux cannelures creusées exigeant trop de matière (et donc coûteuse) et une prise au vent trop importante (ill. 4).

Ill. 4 : L. Bresson, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Ill. 4 : L. Bresson, Concours de serrurerie d’octobre 1842

Détail du plan de la galerie supérieure, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 69

Cl. O. Liardet

« Un Phare élevé à l’extrémité d’une jetée qui formerait l’entrée du port d’une ville de commerce »24

  • 24 Arch. nat., AJ52 128 no238.
  • 25 L’École ne posséda un local spécifique pour sa bibliothèque qu’à partir de 1864, voir Fabienne Do (...)

15Les données programmatiques formaient les premiers éléments mis à la disposition des élèves. Dans le cas d’un phare, elles étaient probablement les seules disponibles pour des élèves plus habitués aux architectures d’édilité publique ou aux grandes habitations privées et qui n’avaient pas toujours un accès facile aux ouvrages techniques ou d’ingénieurs25. On peut noter une grande continuité dans les données des sujets de phare. La typologie n’admettait guère de « divagations » et le but, l’éclairage des côtes, ne suggérait qu’une haute tour surmontée d’une lanterne dont la hauteur variait selon l’emplacement et le choix du rédacteur. À partir de 1852, le programme n’évolua plus beaucoup proposant des données similaires.

  • 26 Concours 1924-1925, p. 32.

16La détermination du lieu sur lequel devait être implanté le phare à construire, était souvent récurrente et, comme pour d’autres programmes, peu explicites, limitées à un cadre général. Tous les programmes ou presque proposaient une digue ou une jetée de port, un môle ou au mieux un îlot dans un port. Seul le concours de mai 1925 laissait libre le choix des concurrents, rappelant les diverses possibilités sans en imposer une : « Suivant la disposition du terrain, il peut être construit sur un point levé de la côte, sur une pointe basse reliée à la terre, dans une île, sur un rocher toujours apparent ou même sur une roche n’émergeant qu’aux basses mers »26.

  • 27 Arch. nat., AJ52 142.

17Le concours de juin 1830 proposait néanmoins de placer le phare à l’embouchure d’un fleuve, sur un « rocher escarpé avancé dans la mer »27 (ill. 5).

Ill. 5 : J.-H.-T. Trouillet, Concours d’esquisse de 1ère classe de juin 1830

Ill. 5 : J.-H.-T. Trouillet, Concours d’esquisse de 1ère classe de juin 1830

Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Esq. 201

Cl. O. Liardet

  • 28 Voir J.-N.-L. Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre anciens et modernes, Paris, (...)
  • 29 Arch. nat., AJ52 133.
  • 30 Arch. nat., AJ52 131.

18Le modèle du phare de Cordouan, érigé à l’embouchure de la Gironde et inauguré en 1611, complètement détaché de la côté, était probablement dans toutes les têtes, référence obligée de la littérature sur le sujet28. Il réapparaît clairement en janvier 1869 dans ce phare de 1er ordre « placé sur un banc de rocher isolé de la terre ferme » et s’élevant « au milieu d’une cour circulaire de 50m de diamètre entourée de portiques et de bâtiments à rez-de-chaussée couverts en terrasse dont la largeur totale dans œuvre sera de 12 mètres »29. Un quart de siècle plus tard, Edmond Guillaume (1826-1894), professeur de théorie à partir de 1884, faisait encore référence à l’illustre ancêtre, même si dans ce cas, il s’en servait comme figure repoussoir : « La façade vers la mer, sans offrir la sécheresse décorative du phare de Cordouan, commencé sous Henri III à l’embouchure de la Gironde, présenterait un motif encadrant la Madone, qu’invoquent les marins en danger et qu’ils saluent au retour »30.

  • 31 Arch. nat., AJ52 141.

19Parfois, des compléments étaient introduits dans le programme. Dès 1812, celui-ci prévoyait la possibilité d’une utilisation militaire de la plate-forme : « Le tout sera élevé sur des soubassemens ou plateformes susceptibles de recevoir de l’artillerie pour la défense »31. Le médaillé, Louis-Pierre Haudebourt, envisageait ainsi une série impressionnante de canons, plus nombreux encore côté mer ! Le rôle militaire apparaît également en juin 1830 avec des logements pour les soldats servant les pièces d’artillerie placées à proximité et pour les observations à faire de jour, et de nouveau en décembre 1838 (ill. 6). Le recours à des créneaux ou, plus fréquemment encore, à des consoles formant mâchicoulis sous les terrasses ou les galeries sommitales fut un substitut fréquemment utilisé afin d’évoquer le caractère militaire ou de police douanière des phares.

Ill. 6 : A.-J. Hénard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1838

Ill. 6 : A.-J. Hénard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1838

Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Esq. 284

Cl. O. Liardet

  • 32 Arch. nat., AJ52 128 no238.
  • 33 Voir Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1852, pl. 9 et Musée d’Orsay, ARO 2 (...)
  • 34 Concours 1911-1912, p. 5.

20Quant aux progrès scientifiques dans l’éclairage nocturne, ils n’apparurent vraiment dans les programmes qu’en 1852 où les données stipulent que « La lanterne sera disposée de la manière la plus favorable à ce que la science demande aujourd’hui pour les phares »32. Les résultats ne furent pas tous très concluants sur le plan technique comme le montrent les quelques illustrations disponibles parmi les projets non primés33. Des détails plus techniques furent inclus dans le programme de la station d’éclairage des côtes proposée en 1912 tout en gardant une vision très générale du problème : « Ces phares sont reconnaissables à la couleur de leur feu, à la durée et à la diversité de leurs éclipses »34.

  • 35 Concours 1938-1939, p. 21-22.

21Le phare ne fit l’objet que d’un seul concours d’ornement en 1939 associant à cette date les prix des Fondations Rougevin et Henri-Eustache. Exceptionnellement, le sujet éloignait le phare de sa destination d’origine puisqu’il en faisait un élément d’une composition plus complexe, comme une sorte d’alibi. Le legs d’un donateur prévu dans le programme servait ainsi de prétexte à placer l’ouvrage sous les auspices d’un saint patron dont le monument « puisse apparaître comme une action de grâce envers un saint, protecteur des marins et patron de la cité »35. Les résultats furent assez déroutants, mais proposaient des solutions originales, parfois fantasques comme le projet de Delanoé ou de Brilhault (ill. 7).

Ill. 7 : J. Brilhault, Concours Rougevin/Henri-Eustache de janvier 1839

Ill. 7 : J. Brilhault, Concours Rougevin/Henri-Eustache de janvier 1839

Vue perspective, Concours 1938-1939, pl. 53

Cl. O. Liardet

Circulaire, carré ou polygonal ? Phare et typologie architecturale

  • 36 Sur les formes des phares voir J.-C. Fichou dir., Phares op. cit., p. 200-201.
  • 37 H. Guédy, Dictionnaire op. cit., 1902, p. 401.

22Les programmes des concours de l’École ne privilégiaient généralement aucune forme particulière pour la tour du phare, laissant libre cours à l’imagination des élèves qui ne s’en privèrent pas36. La tour circulaire prônée par les directeurs du service des Phares et balises Augustin Fresnel et Léonce Reynaud, était la forme la plus couramment utilisée par les ingénieurs et c’est la forme encore retenue au début du XXe siècle comme exemple typique d’un phare dans un ouvrage courant à usage des architectes37. Reynaud introduisit dans la construction des phares français la forme polygonale en 1847 (allumage du phare de Fréhel), inspiré par celui de Villefranche-sur-Mer. Ce dernier, mis en service en 1838, situ é alors dans le Royaume du Piémont, présentait un fût vertical avec deux galeries annulaires. Il fut détruit par les Allemands en 1944. La forme carrée, quant à elle, fut très vite réservée aux ouvrages de petites dimensions, ne nécessitant pas le placement de la lanterne sur un haut fût.

23L’octogone fut une forme très tôt envisagée par les élèves de l’École, comme permettant à la fois des jeux de composition et de lumière plus variés que le cylindre traditionnel, d’autant plus que des projets de colonnes et l’imitation des ordres offraient leur lot de formes cylindriques. Dès 1812, Haudebourt proposa ainsi une tour au fût octogonal se rétrécissant à son sommet, posée sur une large base carrée comprenant les services (ill. 8).

Ill. 8 : L.-P. Haudebourt, Concours d’esquisse de 1ère classe de février 1812

Ill. 8 : L.-P. Haudebourt, Concours d’esquisse de 1ère classe de février 1812

Élévation et plan, Paris, École nat. sup. des Beaux-Arts, Esq. 62

Cl. O. Liardet

  • 38 Je remercie Jean-Christophe Fichou d’avoir pointé ce fait lors d’une conférence commune faite au (...)
  • 39 Concours 1959-1960, pl. 46.

24Il semble donc que ce soit la première occurrence d’une tour de ce type en France38. Dans les concours suivants de la première moitié du XIXe siècle (deux en 1830, 1834, 1839 et 1842), la forme octogonale domina la plupart des projets des concurrents. La tour à fût polygonal ne fut plus envisagée par les élèves jusqu’en 1960 où Jean Dellus proposa un phare pentagonal prolongeant un îlot rocheux de forme similaire et l’ensemble comprenant le bâtiment de service et un petit port abrité par une forte digue en pierre se redressant du côté de la mer39.

  • 40 Concours 1957-1958, pl. 6.

25À partir de 1852 par contre, et pour autant que l’on conserve des dessins de ces concours, la tour cylindrique fait un retour en force qui ne se démentit pas par la suite. Cette forme traditionnelle devait rester dominante dans tous les projets avec des variantes multiples jusque dans les années 1960. La forme carrée s’invita de nouveau, le plus souvent avec des angles abattus dans les projets de Blanche pour le concours sur projet rendu de juillet 1921 ou de Trouvé pour celui de juillet 1925. Tandis qu’exceptionnellement, l’ossature pleine de la tour finit par se dissoudre dans les parois d’un plan en T en 1957 sous le crayon de Jacques Lombard40.

Le choix du monumental

26Après 1850, se développèrent deux tendances arrivant à maturité à la fin du siècle. Il s’agit tout d’abord du goût pour le monumental mis en place progressivement par les exploits architecturaux des expositions universelles et internationales dont les architectures éphémères devenaient de plus en plus délirantes dans ce second XIXe siècle. On trouvait fréquemment dans ces parcs fantastiques des tours ou des grands mâts destinés à porter drapeaux et emblèmes, symboles de l’audace et du savoir-faire national. La seconde tendance est celle du renouveau de la grande architecture classique d’Hardouin-Mansart à Gabriel qui s’imposa dans un grand nombre de constructions publiques entre les mains des architectes formés à l’École des Beaux-arts.

  • 41 Joëlle Neuenschwander Feihl, Dessins d’architecture. Les travaux de l’élève architecte Frédéric d (...)

27Les concours de phares proposés durant cette période furent imprégnés de ces deux tendances générales. Le projet du suisse Frédéric de Morsier pour le concours d’éléments analytiques de novembre 1882 rend bien compte d’un retour au classicisme41. Nous ne conservons quasiment pas de dessins des concours de la seconde moitié du siècle, en revanche les projets des concours de 1898 et 1912 sont bien documentés. Ils participaient pleinement de ce goût du monumental fin de siècle et se présentaient tous deux de la même manière : le phare était l’élément principal d’une fantastique (ou fantasmagorique) station d’éclairage des côtes comprenant mât de sémaphore et sirène. L’éclairage y était réalisé par deux phares mis en parallèle, ce qui n’avait pas de sens sur le plan de la signalisation, mais permettaient une remarquable et spectaculaire composition symétrique chère à l’enseignement académique.

28Dans les projets pour le concours d’émulation de 1ère classe de 1898, les sommets des deux phares étaient reliés par une galerie reposant sur une arche cintrée afin de joindre les chambres de veille, en donnant plus d’ampleur à la composition avec non pas un mais deux mâts de sémaphore... Le projet primé, celui de Julien-Adolphe Paillard, proposait une série d’imposants emmarchements pour accéder à la mer et des éléments destinés à monumentaliser l’ensemble, bossages du soubassement, grande baie d’entrée de la salle des machines avec claveaux en bossage, pattes d’amortissement des cylindres, balcons donnant l’impression de proues de navires et un appareil de pierre très marqué (ill. 9).

Ill. 9 : J.-A. Paillard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1898, Station d’éclairage des côtes, détail des tours

Ill. 9 : J.-A. Paillard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1898, Station d’éclairage des côtes, détail des tours

Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2439

Cl. O. Liardet

  • 42 Concours 1911-1912, p. 5 (programme), pl. 232-241 (projets primés).
  • 43 Voir les cas du Touquet et Saint-Jean-de-Luz dans ce numéro.

29En 1912, le programme donné le 30 mai prévoyait un ensemble complet avec sirène et sémaphore, ainsi que des bâtiments pour les machines, les gardiens, le chef de stations, les douaniers, un abri pour une barque de sauvetage peu utile en cas de tempête et proscrit par les règlements du service des Phares et balises42. Si le programme prenait en compte l’utilité pour la navigation du doublement des feux dans certaines situations particulières43, il le réduisait à une simple donnée du projet monumental à construire, loin des réalités vécues par les ingénieurs des départements maritimes (ill. 10).

Ill. 10 : P.-J.-A. Aubert, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale

Ill. 10 : P.-J.-A. Aubert, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale

Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2586

Cl. O. Liardet

30Les cinq projets connus pour ce concours mettaient en œuvre une vision féérique des lumières dirigeant les routes des marins depuis un plateau rocheux prodigieusement tourmenté, dans une nuit au ciel agitée ou d’un calme remarquable. Les bâtiments étaient groupés autour d’une ou de plusieurs cours comprenant les habitations, les pièces de service et la machinerie. La partie du complexe comprenant les feux, mâts et sirènes formaient éperon sur la mer, posée sur des terrasses aux allures de bastions de fantaisie comme les projets d’Aubert ou de Root (ill. 11) ou de muraille antique (projet de l’américain Milliken).

Ill. 11 : H.-O. Root, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale

Ill. 11 : H.-O. Root, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale

Concours 1911-1912, pl. 240

Cl. O. Liardet

  • 44 Concours 1906-1907, p. 253-254 et pl. 24-27.
  • 45 Idem, pl. 27. Maurice Durand (1884-1978) réalisa plus tard des phares en Vendée (sur ce point, vo (...)

31Entre ces deux dates, prit place un concours plus atypique, celui du Prix de reconnaissance des architectes américains rendu en décembre 1906 ayant pour sujet un phare à l’entrée du port de New York44. Si le programme était plutôt rudimentaire quant aux éléments de service propres à un phare, « quelques pièces pour le personnel et le service de veille sont les dépendances nécessaires », il précisait l’impact monumental à mettre en œuvre dans l’ouvrage dont les feux devaient se trouver à 80 mètres au-dessus du niveau de la mer : « Ce phare monumental, placé à l’extrémité de Pandy Hook, indiquerait l’entrée de la grande ville américaine ». Même si le prix ne fut pas décerné, les quatre projets primés étaient révélateurs de cette idée de l’architecture hors d’échelle prônée par l’École des Beaux-Arts. Mise en œuvre en Europe surtout dans les constructions éphémères des expositions, elle semblait tout à fait acclimatée aux États-Unis, pays des skycrapers et des paysages grandioses, dans les grandes compositions urbaines réalisées par des architectes formés à l’École. Les quatre élèves travaillaient d’ailleurs sous la direction d’architectes Grands Prix de Rome, versant dans le monumental (Jean-Louis Pascal à la Bibliothèque nationale, Henri Deglane à la Banque de France, Edmond Paulin qui a publié sa restauration des Thermes de Dioclétien). Celui de Maurice Durand est peut-être le plus explicite de ce point de vue avec l’affirmation de la structure verticale au détriment de la surface plane du cylindre traditionnel, sa lumière aveuglante à mettre en rapport avec la statue de la Liberté toute proche et son imposant aigle aux ailes déployées, symbole des États-Unis, placé en éperon45.

32En juillet 1921 et mai 1925, les projets présentés optèrent également pour une vision monumentale du phare dans son superbe isolement, noyé dans la brume, les flots battant le rocher à ses pieds, des voiliers voguant sous sa protection. Celui de Féré s’étire même au-delà de la raison perçant le ciel de son doigt effilé (ill. 12).

Ill. 12 : Féré, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1925

Ill. 12 : Féré, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1925

Élévation, coupe et plan, Concours 1924-1925, pl. 143

Cl. O. Liardet

Le phare entre dans la modernité

  • 46 Voir infra l’article de Fabienne Doulat sur Pavlovsky.

33À partir de l’entre-deux-guerres, les architectes commencèrent à être sollicités pour la construction des phares ou des feux d’entrée de port comme Gustave Umbdenstock au feu Saint-Pol à Dunkerque ou bien André Pavlovsky dans le port de Saint-Jean-de-Luz46. L’École continua à s’y intéresser également avec la même régularité.

  • 47 Dunkerque. Dunes, briques et béton, Cahiers du Patrimoine no41, Lille, 1995, p. 227 et sq.

34À la suite des destructions de la Seconde Guerre mondiale, les architectes furent sollicités pour proposer les plans de reconstruction des villes sinistrées parfois dès après la capitulation du 4 juin 1940 comme celle de Dunkerque par exemple47. Après la Libération, les travaux furent partout lancés. De leur côté, les ingénieurs des ponts et chaussées se trouvaient occupés à la reconstitution des infrastructures et des équipements, en particulier les ports, détruits pendant les bombardements alliés et la retraite allemande.

  • 48 Sur les phares dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, voir J.-C. Fichou dir., Phares op (...)
  • 49 Voir J.-C. Fichou dir., Phares op. cit., p. 364 et sq. Pour le littoral du Nord de la France par (...)

35Les phares furent alors victime de leur utilité et les Allemands en détruisirent ou en endommagèrent près de 17048. Après un premier état des dégâts fin 1944, le service des Phares et balises lança un large programme de reconstitution du parc de phares, d’abord en rétablissant des feux provisoires sur des tours existantes comme par exemple sur l’hôtel de ville du Touquet ou sur des édicules provisoires tel le phare de la Pointe d’Alprech au Portel. En 1950, les travaux devaient atteindre leur terme afin de permettre la navigation sur l’ensemble des côtes métropolitaines et deux ans plus tard, il s’achevait effectivement pour une large part49. Que ce soit à cause de la tâche immense de reconstitution à accomplir, soit parce qu’ils avaient tissé des liens avec des architectes, les ingénieurs locaux firent appel, de manière plus fréquente, à des architectes pour la reconstruction d’un certain nombre de phare. Plusieurs des articles de ce numéro en montrent l’intérêt pour le Service, notamment sur le plan esthétique.

36L’École des Beaux-Arts, après le traumatisme de la guerre, ne reprit ses concours de phare seulement qu’à partir de 1957, puis de nouveau en mai 1960 et en mars 1966 à la veille de la scission des sections de l’École. Tous arrivaient à la fin du grand mouvement de reconstruction, mais étaient le reflet des débouchés en cours pour les élèves - architectes. Celui de 1960 est particulièrement intéressant puisqu’il exposait dans son programme les réticences des enseignants de l’École pour les matériaux nouveaux, au profit de la traditionnelle construction en pierre :

  • 50 Concours 1959-1960, p. 24.

« Les phares métalliques sont trop chauds en été et trop froids en hiver. Le béton armé, dans sa forme actuelle, présente une inconnue pour l’avenir. La pierre en tant que matériau durable, est donc généralement recommandée, particulièrement au contact de l’air marin50. »

37Pour autant, le programme laissait libres les concurrents du mode de construction. Ceux dont les dessins sont conservés, se tournèrent vers la pierre, avec un choix d’appareil assez varié, mais surtout dans une mise en page plus proche des effets du béton armé (ill. 13).

Ill. 13 : J. Dellus, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960

Ill. 13 : J. Dellus, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960

Élévation ; coupe et plans, Concours 1959-1960, pl. 46

Cl. O. Liardet

38Un seul, Raymond Foissac, fit le choix du métal, pour autant que l’on puisse en juger sur le dessin conservé, non seulement pour la tour, mais également pour le bâtiment de service en quart de cercle placé à sa base, donnant à ce métal la même couleur que le rocher qui le porte et qu’il prolonge jusqu’à une lanterne singulière (ill. 14).

Ill. 14 : R. Foissac, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960

Ill. 14 : R. Foissac, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960

Élévation ; coupe et plans, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2784

Cl. O. Liardet

39Le XXe siècle est une période plus significative pour l’histoire de l’enseignement académique que pour celle des phares eux-mêmes. Si l’École continuait d’accompagner les tendances du moment, avec moins de ferveur pour certains sujets comme le phare, elle apparaissait surtout pour beaucoup comme un suiveur à la traîne. Cette incapacité, supposée et en partie réelle, à se renouveler, à proposer aux élèves architectes des sujets et un mode d’enseignement adaptés à la réalité du monde contemporain, aboutit quelques années plus tard à l’implosion du système et à la création des unités pédagogique d’architecture en 1968.

  • 51 Victor-Gaston Martiny et Nadia Mosselmans, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie des Be (...)
  • 52 L’Émulation, 1889, pl. 16.

40Les phares n’intéressèrent pas seulement les élèves - architectes de l’École des beaux-arts, mais aussi les ingénieurs au sein de l’École des ponts et chaussées qui en firent logiquement un objet d’étude. L’absence d’études sérielles sur les sujets donnés dans les écoles d’architecture ou d’ingénieurs, en France ou à l’étranger, ne permet pas pour le moment des comparaisons fructueuses, en partie parce qu’il n’existait aucune école aussi hégémonique dans un pays centralisé. Pourtant une seule plongée dans les quelques études disponibles sur l’Académie royale de Belgique fait déjà apparaître chez un de ses élèves, et pas des moindres, un projet de phare à la fin du XIXe siècle51. Victor Horta, puisqu’il s’agit de lui, est surtout connu pour ses originales productions Art nouveau et ne construisit jamais de phare. Pourtant, lors de son cursus scolaire, il concourut sur un projet de « Phare Baudouin », en l’honneur de l’héritier du trône en 188852. Nul doute que la mise en ligne de documents numérisés ou de bases de données sur les projets scolaires des élèves-architectes permette dans l’avenir d’avancer dans la compréhension de leur éducation au sein des institutions « académiques » et d’effectuer des comparaisons offrant une vision plus large du traitement du sujet.

Haut de page

Annexe

Liste des concours de phare et concernant la signalisation maritime 1812-1966

Liste des concours de phare et concernant la signalisation maritime 1812-1966
Haut de page

Notes

1 Henry Guédy, Dictionnaire d’architecture donnant l’explication de tous les termes employés en Architecture, Beaux-Arts, Jurisprudence et Travaux publics, Paris, 1902, p. 401.

2 Ce nombre résulte d’un dépouillement systématique des procès-verbaux des assemblées des professeurs de la section d’architecture conservés dans la sous-série AJ52 aux Archives nationales (jusqu’en 1920, les suivants étant indisponibles pour cause de déménagement) et des jugements de concours imprimés à partir de 1906 (École nationale supérieure des Beaux-Arts. Concours d’Architecture de l’Année Scolaire…, Paris, Auguste Vincent & Cie, abrégé en Concours), complétés par les dépouillements réalisés par Marie-Laure Crosnier-Leconte pour les sujets de diplôme. Pas moins de 47 projets ont pu être identifiés dans les collections publiques et les jugements imprimés pour les concours de phares, sept pour ceux des stations d’éclairage, deux pour les lazarets, douze pour les tours d’avant-port. L’ensemble des données collectées a été rassemblé dans une annexe en fin d’article.

3 Sur la survivance de l’enseignement académique voir Christopher Drew Armstrong, Julien-David Leroy and the Making of Architectural History, Londres, 2012, 300 p. et Richard Chafee, « The Teaching of Architecture at the École des Beaux-Arts », dans Arthur Drexler dir., The Architecture of the École des Beaux-Arts, Londres, 1977, p. 60-109.

4 Sur l’évolution des principes de composition et de l’enseignement de l’École voir David Van Zanten, « Architectural composition at the École des Beaux-Arts from Charles Percier to Charles Garnier », dans A. Drexler dir., op. cit., p. 110-323; Richard A. Moore, « Academic Dessin Theory in France after the Reorganization of 1863 », Journal of the Society of Architectural Historians, vol. XXXVI, no3, octobre 1977, p. 144-174, et Jacques Lucan, Composition, non-composition. Architecture et théories, XIXe-XXe siècles, Lausanne, 2009, 607 p.

5 Voir Annie Jacques, « The programme of the architectural section of the École des Beaux-Arts, 1819-1914 », dans Robin Middleton dir., The Beaux-Arts and nineteenth-century French architecture, Londres, 1982, p. 58-65.

6 Pour des exemples de parcours bien documentés dans la première moitié du XIXe siècle, voir Jean-Michel Leniaud, Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) ou le temps retrouvé des cathédrales, Genève-Paris, 1980, p. 20-26 ; Marie-Agnès Gilot, Augustin-Nicolas Caristie (1781-1862). Culture architecturale et carrière administrative d’un Grand Prix de Rome, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, vol. 1, p. 31-66 et Fabienne Doulat, Guillaume-Abel Blouet, un architecte en son temps 1795-1853, thèse de doctorat, E.P.H.E., 1ère partie (formation), en cours.

7 Voir J.-M. Leniaud, « Le programme d’une bibliothèque au XIXe siècle », dans J.-M. Leniaud dir., Des palais pour les livres. Labrouste, Sainte-Geneviève et les bibliothèques, Paris, 2002, p. 10-23 ; Louis Visconti (1791-1853), Paris, 1991, notamment Simone Balaye et Kinga Kantorska, « Une bibliothèque nationale rue de Richelieu », p. 112-124, Françoise Hamon, « La bibliothèque indésirable. Un feuilleton à rebondissements », p. 125-132, id., « Les projets de Visconti », p. 133-141 ; sur Labrouste, voir les mises au point dans Corinne Bélier, Barry Bergdoll et Marc Lecœur dir., Henri Labrouste (1801-1875), architecte. La structure mise en lumière, cat. d’expo., Paris, Nicolas Chaudun/Cité de l’architecture & du patrimoine/The Museum of Modern Art/Bibliothèque nationale de France, 2012, 272 p.

8 Concours 1931-1932, pl. 60-63.

9 Concours 1955-1956, p. 8-10, pl. 13-14.

10 Bertrand Lemoine, « Apprendre à construire : la formation technique des architectes à l’École des Beaux-Arts au XIXe siècle », 48-14, no2, 1990, p. 22-34.

11 Sept volumes de texte et un atlas de planches (Paris, 1802-17). Voir Robin Middleton et Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, Jean Rondelet: The Architect as Technician, New Haven (Conn.)-Londres, 2008, 360 p.

12 Antonio Brucculeri, « Building Construction and Architectural Practice: The Teaching of François Marie Jaÿ at the École des Beaux-Arts of Paris (1824-1863) », dans Proceedings of the Third International Congress on Construction History, Brandenburg University of Technology, Cottbus, 20-24 mai 2009, Berlin, 2009, vol. 1, p. 245-255. Jaÿ fut l’élève de Rondelet, puis son répétiteur à partir de 1820. Pour le détail voir notre notice dans l’AKL, à paraître fin 2012.

13 Voir Charles Gourlier, Notice historique sur le service des travaux des Bâtiments Civils à Paris et dans les départements depuis la création de ce service en l’An IV, 1795-1848, Paris, 1848 ; Georges Teyssot, « Planning and building in towns : the system of the Bâtiments Civils in France, 1795-1848 », dans R. Middleton dir. The Beaux-Arts op. cit., p. 34-49; Lauren M. O’Connell, « Redifining the Past: Revolutionary Architecture and the Conseil des Bâtiments civils », The Art Bulletin, vol. LXXVII, no2, juin 1995, p. 207-224.

14 Voir Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris, 2005, 212 p.

15 Voir Jean-Christophe Fichou dir., Noël Le Hénaff, Xavier Mével, Phares. Histoire du balisage et de l’éclairage des côtes de France, Douarnenez, 2006, 451 p. et Vincent Guigueno, Au service des phares. La signalisation maritime en France XIXe-XXe siècle, Rennes, 2001, 257 p.

16 Commission des Phares, Rapport contenant l'exposition du système adopté par la Commission des phares pour éclairer les côtes de France, Paris, 1825, avec carte.

17 Voir Hélène Lipstadt et Harvey Mendelsohn dir., Architectes et Ingénieurs dans la presse : polémique, débat, conflit, rapport CORDA, Paris, 1980, 306 p.

18 Formé à l’École polytechnique, puis à l’École des Beaux-Arts et à l’École des Ponts et Chaussées, Reynaud publia un Traité d’architecture en 1850-58 qui connut une immense succès auprès des architectes. Sur Reynaud et les phares voir infra les articles de Marcelo Puppi et de Vincent Guigueno.

19 Les dessins sont conservés dans le volume 7 des concours de construction générale de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, fo 27 et suivants.

20 Le traité fut mis à jour en 1847-48 par Guillaume-Abel Blouet, professeur de théorie à l’École, prolongeant son enseignement constructif (voir la communication de Fabienne Doulat au colloque Labrouste en octobre 2012).

21 Concours de 2e classe de construction fer rendu d’octobre 1842. Arch. nat., AJ52 105, p. 378 et sq. Les dessins des six concurrents sont conservés dans le volume 9 des concours de construction fer de l’École nat. sup. des Beaux-Arts, fo 1 et suivants.

22 Voir infra l’article de Vincent Guigueno sur les constructions métalliques.

23 Deux des dessins sont reproduits dans Bruno Girveau dir., Charles Garnier. Un architecte pour un empire, cat. d’expo., ENSBA, Paris, 2010, p. 178-179.

24 Arch. nat., AJ52 128 no238.

25 L’École ne posséda un local spécifique pour sa bibliothèque qu’à partir de 1864, voir Fabienne Doulat et Christine Vendredi-Auzanneau, « Le fonds de livres d’architecture à la bibliothèque de l’École des Beaux-Arts au XIXe siècle », dans J.-M. Leniaud et Béatrice Bouvier, Le livre d’architecte XVe-XXe siècle éditions, représentations et bibliothèques, Paris, études et rencontres de l’École des chartes n° 11, 2002, p. 247-270. Des bibliothèques existaient également dans les ateliers, mais contenaient essentiellement les grands ouvrages classiques.

26 Concours 1924-1925, p. 32.

27 Arch. nat., AJ52 142.

28 Voir J.-N.-L. Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre anciens et modernes, Paris, ans VIII-IX, t. 1, p. 34-36, t. 2, pl. 25 ou bien, à l’autre bout du siècle, La Grande encyclopédie. Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, Paris, t. 26, 1899, p. 581-593.

29 Arch. nat., AJ52 133.

30 Arch. nat., AJ52 131.

31 Arch. nat., AJ52 141.

32 Arch. nat., AJ52 128 no238.

33 Voir Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1852, pl. 9 et Musée d’Orsay, ARO 2000 5 à 8 (projet Lisch). Pour ce dernier projet voir également Marc Le Cœur, « Labrouste, chef d’école », dans Henri Labrouste op. cit., 2012, p. 193-199, en particulier p. 192 (illustration) et 199. Je remercie Marc Le Cœur de m’avoir indiqué ces références.

34 Concours 1911-1912, p. 5.

35 Concours 1938-1939, p. 21-22.

36 Sur les formes des phares voir J.-C. Fichou dir., Phares op. cit., p. 200-201.

37 H. Guédy, Dictionnaire op. cit., 1902, p. 401.

38 Je remercie Jean-Christophe Fichou d’avoir pointé ce fait lors d’une conférence commune faite au Musée national de la Marine le 10 mai 2012 dans le cadre de l’exposition « Phares ».

39 Concours 1959-1960, pl. 46.

40 Concours 1957-1958, pl. 6.

41 Joëlle Neuenschwander Feihl, Dessins d’architecture. Les travaux de l’élève architecte Frédéric de Morsier à l’École des Beaux-Arts de Paris 1882-1890, Lausanne, 2011, p. 28, 30 (illustration) et 90.

42 Concours 1911-1912, p. 5 (programme), pl. 232-241 (projets primés).

43 Voir les cas du Touquet et Saint-Jean-de-Luz dans ce numéro.

44 Concours 1906-1907, p. 253-254 et pl. 24-27.

45 Idem, pl. 27. Maurice Durand (1884-1978) réalisa plus tard des phares en Vendée (sur ce point, voir supra l’article d’Alain Delaval avec illustration). Le projet fut exposé au salon la même année (Livret du Salon de 1907, p. 345).

46 Voir infra l’article de Fabienne Doulat sur Pavlovsky.

47 Dunkerque. Dunes, briques et béton, Cahiers du Patrimoine no41, Lille, 1995, p. 227 et sq.

48 Sur les phares dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, voir J.-C. Fichou dir., Phares op. cit., p. 350-363.

49 Voir J.-C. Fichou dir., Phares op. cit., p. 364 et sq. Pour le littoral du Nord de la France par exemple, les phares ou grands feux détruits entièrement pendant la guerre, au nombre de cinq (feu Saint-Pol à Dunkerque, phares du Cap Gris-Nez, de la Pointe d’Alprech, du Touquet et de Berck), furent tous reconstruits à cette date par des architectes (à l’exception de celui d’Alprech).

50 Concours 1959-1960, p. 24.

51 Victor-Gaston Martiny et Nadia Mosselmans, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles des origines à la réforme de 1977 », dans Académie de Bruxelles. Deux siècles d’architecture, Bruxelles, 1989, p. 18-95, en particulier p. 63.

52 L’Émulation, 1889, pl. 16.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : l, Concours de construction générale de 1830
Légende Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CG 33
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Ill. 2 : G. Davioud, Concours de serrurerie d’octobre 1842
Légende Élévation et plan, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 66
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Ill. 3 : L.-H. Antoine, Concours de serrurerie d’octobre 1842
Légende Coupe, plan et élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 65
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Ill. 4 : L. Bresson, Concours de serrurerie d’octobre 1842
Légende Détail du plan de la galerie supérieure, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, CF 69
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Ill. 5 : J.-H.-T. Trouillet, Concours d’esquisse de 1ère classe de juin 1830
Légende Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Esq. 201
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Ill. 6 : A.-J. Hénard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1838
Légende Élévation, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Esq. 284
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Ill. 7 : J. Brilhault, Concours Rougevin/Henri-Eustache de janvier 1839
Légende Vue perspective, Concours 1938-1939, pl. 53
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Ill. 8 : L.-P. Haudebourt, Concours d’esquisse de 1ère classe de février 1812
Légende Élévation et plan, Paris, École nat. sup. des Beaux-Arts, Esq. 62
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Ill. 9 : J.-A. Paillard, Concours d’esquisse de 1ère classe de décembre 1898, Station d’éclairage des côtes, détail des tours
Légende Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2439
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Ill. 10 : P.-J.-A. Aubert, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale
Légende Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2586
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Ill. 11 : H.-O. Root, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1912, Station d’éclairage des côtes, détail de l’élévation générale
Légende Concours 1911-1912, pl. 240
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Ill. 12 : Féré, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1925
Légende Élévation, coupe et plan, Concours 1924-1925, pl. 143
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Ill. 13 : J. Dellus, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960
Légende Élévation ; coupe et plans, Concours 1959-1960, pl. 46
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Ill. 14 : R. Foissac, Concours sur projet rendu de 1ère classe de mai 1960
Légende Élévation ; coupe et plans, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, Pj 2784
Crédits Cl. O. Liardet
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Liste des concours de phare et concernant la signalisation maritime 1812-1966
URL http://lha.revues.org/docannexe/image/90/img-15.png
Fichier image/png, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Liardet, « Des phares au concours : de l’Académie royale d’architecture à l’École des Beaux-arts 1745-1966 (2e partie) », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 24 | 2012, 32-61.

Référence électronique

Olivier Liardet, « Des phares au concours : de l’Académie royale d’architecture à l’École des Beaux-arts 1745-1966 (2e partie) », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lha.revues.org/90 ; DOI : 10.4000/lha.90

Haut de page

Auteur

Olivier Liardet

Olivier Liardet, né en 1969, est chargé d’études documentaires à la conservation régionale des monuments historiques du Nord-Pas-de-Calais depuis septembre 2004, chargé de la protection au titre des monuments historiques. En collaboration avec sa collègue Anne Lefebvre, il a conduit plusieurs campagnes thématiques de protection concernant les églises de Flandre, les temples protestants, le patrimoine du bassin minier afin de préparer la candidature au Patrimoine mondial (Unesco) et les phares (campagne nationale à l’initiative du ministère de la Culture et du ministère en charge de le Mer). Dans le cadre de ce travail, il a réalisé plusieurs publications concernant le patrimoine régional. Ses publications portent sur l’histoire de l’architecture et le patrimoine monumental français, notamment les travaux de l’architecte Charles-Auguste Questel (1807-1888). Il s’est également intéressé à la création architecturale à Nîmes et dans le Gard dans la première moitié du XIXe siècle. Ses derniers travaux ont porté sur l’architecte Garnier dans le cadre de l’exposition Charles Garnier. Un architecte pour un empire (« Charles Garnier, voyageur éclairé ou rêveur impénitent ? », Paris, ENSBA, 2010). Depuis 1999, il participe à l’élaboration de notices biographiques d’architectes et d’ingénieurs français du XIXe siècle pour l’Allgemeines Künstlerlexikon. Adresse électronique : olivier.liardet@culture.gouv.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • Revues.org